Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Saint-Julien, le déclin | Page d'accueil

vendredi, 30 avril 2021

Echangeur de Viry : un enjeu pour tous

A ce jour, il n'y a qu'un seul lien structurant entre l'ouest et l'est du canton : le carrefour des routes départementales 1201 et 1206. TOUS les habitants de Viry, Valleiry, de tout le Vuache mais aussi une bonne partie de ceux de Frangy et de Seyssel doivent passer par ce carrefour pour rejoindre l'est du canton ou la douane de Bardonnex.

L'échangeur de Viry permettra à des milliers d'habitants de rejoindre la douane de Bardonnex sans encombrer des voiries déjà saturées. Pour St Julien ce sont 3500 véhicules en moins en entrée de ville... 3500 véhicules qui n'ont rien à y faire car ils ne vont pas à St Julien, 3500 usagers qui pourraient gagner un temps précieux tous les jours... ainsi que les milliers d'autres qui perdent inutilement du temps pour se rendre à St Julien.

Contrairement aux mauvais calculs des élus de Soral, l'échangeur de Viry est précisément un itinéraire alternatif aux petites douanes.

Le vote de la commune de Viry est un revers pour ce projet. Un revers à mettre sur le compte des élus départementaux qui ont été largement absents : pendant des années aux réunions auxquelles j'ai participé (alors que cela ne relevait d’aucune de mes délégations), je n'ai vu que le Vice Président du conseil départemental Denis Duvernay.. mais jamais les conseillers départementaux qui auraient du s'impliquer sur le projet. Si Christian Monteil et Virginie Duby Muller avaient été aussi présent aux réunions de travail qu'aux séances photos aux inaugurations le projet n'aurait pas pris autant de retard et ce revers aurais pu être évité.

Les habitants de Viry seront les plus pénalisés par le retard qu'induit ce revers. Comment ont ils été associés ? Quelle information ont ils reçu de la part du Conseil Départemental et de la Communauté de Communes qui portent le projet ?

De 2011 à 2015, lorsque j'étais conseiller général, nous avons pu financer et réaliser le rond point du pont de combe à Archamps, le carrefour des Mouilles à Neydens et boucler le financement et lancer les travaux de l'entrée ouest...depuis que Christian Monteil et Virginie Duby Muller sont conseiller départementaux : NADA, rien ! Les financements du tram peut être, mais ils étaient déjà sécurisés dès 2015 grâce à la création du fonds départemental des investissements structurants. Si ! nos conseillers départementaux ont financé des rénovations de cimetières et de fontaines un peu plus particulièrement dans les communes dont les maires sont des copains et apporté leur soutien à l’élection d’une municipalité UMPS incompétente et sans projet. Si les habitants au lieu de s'adonner à la facilité de se plaindre sans cesse comme des consommateurs, ne consacraient qu'une partie de ce temps à se comporter en citoyens, à s'informer, réfléchir et voter et faire voter une fois tous les 6 ans, une grande partie de leurs problèmes pourraient être résolus très rapidement. Les citoyens du Genevois français sont les premières et sans doute les seules victimes de leur paresse citoyenne.

Les St Juliennois ont dépensé 5 millions d'euros pour financer l'entrée ouest au service des habitants du Vuache notamment. Notre commune ne doit pas assumer seule l'hyper développement du Vuache. Pourquoi les St Juliennois devraient continuer de subir le trafic de transit de Viry qui s'est développée rapidement mais qui refusent d'en assumer les conséquences ? Pourquoi les St Juliennois devraient financer de manière aussi déséquilibrée les infrastructures pour ces communes en hypercroissance ? La croissance démographique du Vuache a été supérieure à celle de St Julien.

Si Viry ne souhaite pas assumer les conséquences de son hypercroissance alors les schémas d'aménagements intercommunaux doivent désormais le prendre en compte et limiter aussi strictement tout nouvel équipement public ou tout projet à la seule exception des logements sociaux. Si Viry n'est plus un partenaire intercommunal alors l'intercommunalité ne doit plus être un partenaire pour Viry.

Tôt ou tard, l'échangeur de Viry se fera : car il est nécessaire et que tôt ou tard les nécessités s'imposent. Parfois des erreurs de jugements, des incompétences peuvent retarder l'inévitable. Selon la compétence ou l'incompétence des personnes responsables, le projet prendra 2, 5, 10 ou 20 ans de retard au détriment des habitants, mais tôt ou tard, la marée montante des mécontents finira par imposer ce projet nécessaire à tous.

10:42 | Commentaires (3) | |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

Bien vu, cet échangeur a été imposé lors de la construction de l’autoroute A40?

Écrit par : BIETRIX | vendredi, 30 avril 2021

Bonjour Antoine,
"L'échangeur de Viry permettra à des milliers d'habitants de rejoindre la douane de Bardonnex sans encombrer des voiries déjà saturées".
Certes, ce sera pratique et intéressant pour st julien qui se verra délesté d'une partie du trafic.
Mais comme tu le sais, chaque nouvelle offre routière crée sa nouvelle demande et tôt ou tard, les automobilistes qui passaient par st-julien y repasseront car ils voudront éviter les bouchons de Bardonnex.
Ainsi, comme l'autoroute Annecy-Genève, celle du Chablais bientôt et toutes ces nouvelles infrastructures routières, nous créons les conditions à une augmentation de la circulation, en plus de grignoter davantage des terres agricoles qui nous manquerons surement dans les années à venir. J'ai peu suivi les discussions autour de ce projet mais je ne comprends pas que l'on souhaite dépenser autant d'argent public pour des projets me paraissant dépassés et en dehors des enjeux qui se posent à nous au regard de la crise climatique et énergétique. A choisir, je préfère que nous employons ces fonds à faire des pistes cyclables, des voies bus ou d'augmenter les cadences des lignes existantes plutôt que de favoriser les déplacements en voiture.
Au plaisir.

Écrit par : benjamin | lundi, 03 mai 2021

Bonjour Benjamin,

L'un n'empêche pas l'autre : on peut à la fois organiser des infrastructures de mobilités hiérarchisée ET investir dans la mobilité douce et les transports en commun. Les bouchons sur des itinéraires secondaires ne font que dégrader la qualité de vie sans améliorer le report modal : bien au contraire, les bouchons ralentissent les transports en commun et pénalisent leur attractivité. Le seul report modal vraiment encouragé par les bouchons ce sont les motos qui ne sont pas vraiment plus vertueuses et qui à ce jour sont le mode de transport en plus forte croissance dans notre agglomération.

Par ailleurs, la mobilité douce qui doit être développée, ne répond pas aux besoins de tous les habitants... et en particulier dans le secteur du Vuache, de Frangy et de Seyssel, dont les actifs travaillent à des dizaines de kilomètre de leur lieu de domicile, peuvent avoir des enfants à conduire à l'école ou ne plus être en âge ou avoir les conditions de santé pour pouvoir se déplacer à vélo.

Ce que tu proposes revient à stopper le développement de notre région en condamnant les habitants à une dégradation de leur mobilité et de leur qualité de vie et en espérant que par ricochet cela conduise moins de personnes à s'installer. Pour ma part, plutôt que de dégrader les conditions de vie des habitants, il me semble plus pertinent de prendre le problème à la base : 1) réduire la croissance exogène en réduisant l'attractivité fiscale : RFFA est un très modeste premier pas, j'espère qu'une forme d'harmonisation fiscale internationale nous permettra de connaitre une croissance économique et démographique plus supportable, 2) construire des logements là où sont les emplois, tu y travailles au quotidien et tu constates par toi même qu'à ce jour Genève continue de vouloir une hypercroissance économique sans en assumer les conséquences urbaines - tant que Genève aura une croissance de ses emplois 4 fois supérieure à celle de ses logements des milliers d'habitants devront aller se loger à des distances qui ne peuvent pas être desservies en TP ou en mobilité douce, 3) rattraper le retard dans le développement des mobilités alternatives moins consommatrices d'espaces, et adapter les infrastructures à l'état de l'agglomération actuelle. L'échangeur de Viry relève du simple rattrapage : on ne peut pas relier l'est et l'ouest du canton avec près de 25000 habitants de part et d'autre par seulement une route départementale. Amicalement,
Antoine

Écrit par : Antoine Vielliard | lundi, 03 mai 2021

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.