Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 26 février 2020

Hugo Carl pour que Vive Saint-Julien-en-Genevois

Hugo Carl, VIve Saint Julien en GenevoisEn 2020, cela fait 20 ans que j’habite à Saint-Julien et que j’y suis né.

Après l’école François Buloz et le collège Jean-Jacques Rousseau, j’ai entamé des études de microtechnique, puis d'horlogerie à Genève.

Lors de mes études en Suisse, j'ai pu expérimenter une façon d'enseigner différente. Cette expérience à pu enrichir mon parcours et développé mon ouverture d'esprit.

Je me suis alors intéressé, de manière plus large, à la façon dont s'organisent les choses.

Ma conscience politique a été attisée par les mouvements citoyens, touchant la France depuis plus d’un an. En tant que jeune citoyen, cette remise en question du fonctionnement des institutions françaises, m’a semblé légitime.

Afin de participer de façon constructive aux enjeux auxquels nous sommes tous confrontés, tel que l'environnement ou le social dans le cadre intergénérationnel.

J’ai souhaité m'investir au niveau local, au coté de Vive Saint-Julien pour participer à l’évolution de notre ville et apporter une vision jeune au sein de l'équipe, afin de contribuer, du mieux que je puisse, à représenter la diversité que constitue une commune.

mardi, 25 février 2020

Avant/Après : promesses tenues (8/11)

Retrouvez chaque jour à 13h30 une partie de notre bilan de mandat

Avant, Genève faisait du dumping fiscal pour attirer des dizaines de milliers d’emplois, refusait de construire des logements, nous reportait ses charges publiques et d’urbanisation et St Julien ne disait rien. Grâce à votre soutien, petit à petit nous rééquilibrons les relations avec Genève. Nous leur faisons prendre conscience des conséquences de leurs actes. Nous mobilisons les autorités françaises et européennes pour que les engagements pris par la Suisse vis-à-vis de l’Europe et des Européens soient aussi tenus par Genève.

Avant il y avait très peu de terrasses à St Julien. Grâce à votre soutien, et conformément à notre engagement #4, nous avons pu proposer à tous les restaurateurs, cafetiers et salon de thé d’occuper l’espace public pour que la ville soit plus conviviale.

Avant le nombre de voitures augmentait chaque année à St Julien conduisant à un engorgement des voies de circulation. Grâce à votre soutien, et conformément à nos engagements #7, #8 et #9, nous avons significativement augmenté les itinéraires piétonniers et cyclables. Nous avons installé des abribus. En lien avec la communauté de communes nous avons permis la réalisation de couloirs de bus et le doublement des fréquences. Malgré l’augmentation de la population, il y a aujourd’hui 2% de voitures en moins qui circulent chaque jour sur l’avenue de Genève.

Dominique Gueguen pour que Vive Saint-Julien-en-Genevois

Dominique Gueguen, vive saint julien en genevoisConseillère municipale élue dans la liste d'Antoine, j'ai siégé assidûment dans toutes les commissions pour lesquelles je m’étais engagée, avec mes libertés de parole, de propositions et de vote.

Ayant pris ma retraite de salariée depuis peu, je continue à faire vivre ma petite entreprise crée en 2013, et donne beaucoup de mon temps pour la commune, notamment au CCAS. Je me suis engagée comme bénévole dans l’épicerie sociale pour être à disposition des familles ayant besoin d’un coup de pouce pour assurer le quotidien.

J’ai énormément apprécié le regroupement des commissions en fonction des buts recherchés. La commission affaires sociales-jeunesse-sport, nous a permis d’avoir une vision transversale, et d’engager des actions dont le but est d’ouvrir la conscience de soi et faire se découvrir les talents des jeunes et moins jeunes. Les réalisations les plus marquantes pour moi : le conseil municipal des enfants,  DivR’city, Imp!act, découvertes des talents, tournois sportifs , et les actions menées pour améliorer la vie des personnes âgées …

Je suis aussi particulièrement concernée pour tout ce qui concerne notre environnement : la préservation de l’existant, la re-verduration de la ville, la multiplication de jardins partagés, la gestion des déchets (tri, compostage)

A travers les aléas de la vie, j’ai fait mienne cette citation de Voltaire :

‘J’ai décidé d’être heureuse car c’est bon pour la santé’

lundi, 24 février 2020

Avant/Après : promesses tenues (7/11)

Retrouvez chaque jour à 13:30 une partie de notre bilan 2014-2020

Avant, même une décision aussi importante qu’une augmentation d’impôt n’était discuté ni en commission finance, ni même au conseil municipal lors du débat d’orientation budgétaire. Grâce à votre soutien, et conformément à notre engagement #21, nous avons pu organiser en moyenne une réunion publique par mois sur tous les sujets communaux afin de vous informer d’abord et de recueillir votre point de vue pour adapter nos décisions. Toutes les délibérations sont présentées aux minorités dans les commissions. A ce jour encore, nous sommes la seule liste candidate à avoir réalisé une grande enquête auprès des habitants à laquelle 500 personnes ont répondu.

Avant les documents de travail de la mairie n’étaient pas en ligne. Grâce à votre soutien, et conformément à notre engagement de transparence #19, tous les documents de travail de la commune sont accessibles aux citoyens qui veulent s’informer.

Avant, il n’y avait pas de comité de quartier, ni de comités consultatifs. Grâce à votre soutien, et conformément à notre engagement #20, nous avons pu mettre en place les comités de quartier qui chaque année identifie les problèmes prioritaires à résoudre dans chaque quartier et chaque hameau. Une réponse est adressée à chaque comité de quartier et les demandes qui peuvent l’être sont intégrées dans les plans de charges des services. Le comité consultatif sur les écoles Nelson Mandela a pu faire de nombreuses propositions auxquelles il a été répondu. Les propositions qui pouvaient l’être ont été intégrées dans le projet réalisé. Si nous consultons autant ce n’est pas pour le revendiquer, mais bien parce que nous avons la conviction que cela améliore les projets.

Cédric Marx pour que Vive Saint-Julien-en-Genevois

Cédric Marx pour que Vive Saint Julien en GenevoisMarié et père de 2 enfants, je suis installé à Saint-Julien depuis 15 ans et j’habite aux Cyclades.

Après avoir travaillé de nombreuses années dans un établissement financier, je me suis investi ces dernières années dans mes mandats publics en charge des affaires scolaires et des ressources humaines pour la commune et de la petite enfance au niveau de l’intercommunalité.

J’ai toujours été engagé dans le milieu associatif, que ce soit lors de mes études, plus tard en présidant l’association des anciens élèves, ou également dans le comité du tennis club de la commune. Je suis conseiller municipal depuis 2008. Je me suis beaucoup impliqué dans les domaines de la petite enfance et du scolaire afin de développer les capacités d’accueil et d’assurer une mise à niveau des équipements publics (construction des écoles Nelson Mandela, rénovation à venir de l’école des Prés de la Fontaine).

Je poursuis mon engagement dans l’équipe Vive Saint-Julien car elle a une volonté forte d’engagement au service de l’intérêt général et souhaite continuer la transformation de notre ville. Le projet, sur lequel nous nous engageons, propose aux habitants une ville plus agréable et conviviale avec un centre-ville attractif et arboré tout en intensifiant le travail sur la transition environnementale.

vendredi, 21 février 2020

Avant/Après : promesses tenues (6/11)

Retrouvez chaque jour à 13:30 une partie de notre bilan 2014-2020

Avant la municipalité considérait que St Julien était « une ville dans un écrin de nature » grâce à la campagne environnante. Grâce à votre soutien, et conformément à notre engagement #5, nous avons pu ouvrir le jardin de la maison David, ouvrir le parc du centre aéré de Cervonnex, imposer 25% d’espaces en pleine terre dans les nouveaux projets immobiliers, réaliser un parc avec les écoles Nelson Mandela et réalisé un parc Marie Rose Guillerhmet, ainsi que planifier la réalisation d’un parc dans le quartier du Puy St Martin.

Avant il n’y avait pas de gardien dans les équipements sportifs. Grâce à votre soutien, et conformément à l’engagement #16, des gardiens entretiennent, réparent, nettoient et surveillent les bâtiments publics pour le confort de tous.

Avant les associations sportives ne comprenaient pas les mécanismes d’attribution des subventions. Grâce à votre soutien, et conformément à l’engagement #17, nous avons mis en place des règles simples qui attribuent les subventions proportionnellement au nombre d’encadrants, de jeunes et d’anciens licenciés de St Julien et à la parité dans les clubs.

Avant la programmation culturelle était surtout destinée à un petit groupe de personnes, souvent un peu toujours les mêmes. Grâce à votre soutien, et conformément à notre engagement #10, la programmation culturelle a été diversifiée. Elle s’accompagne le plus souvent de médiation culturelle dans les écoles et touche un public plus large. Elle permet aux cultures de se rencontrer. Le Street Art a permis de faire bénéficier tous les habitants des actions culturelles.

Frédéric Sansa pour que Vive Saint-Julien-en-Genevois

Frédéric Sansa, Vive Saint Julien en GenevoisNé à St Julien il y a 40 ans, j'y ai vécu de nombreuses étapes de ma vie. Désormais résident à Neydens, je n'en demeure pas moins investi dans la vie locale notamment en tant que conseiller municipal sortant. Après avoir été pendant 17 ans directeur d'une entreprise de négoce de spiritueux à Archamps, j'ai décidé de changer de métier et me voilà désormais gestionnaire de copropriétés depuis 1 année.

Je m'engage avec cette équipe Vive Saint Julien car je retrouve une volonté de poursuivre les actions entreprises depuis 6 ans mais avec une nouvelle dynamique. La mixité entre des élus sortants et de nouvelles personnalités issues d'univers variés est primordiale pour continuer à insuffler les changements dont St Julien a besoin. De grands projets ont été entrepris pour rendre cette ville plus conviviale et agréable à vivre au quotidien et il convient de les poursuivre dans la même dynamique. Je pense notamment au développement du "coeur de ville", aux équipements structurants tels que le projet "Tram" ou aux entrées de ville mais aussi à tous les petits travaux du quotidien destinés à rendre la ville plus facile à vivre (travaux sur la voirie, élargissement des trottoirs, travaux aux abords des écoles, aménagements de bancs ...).

Je compte apporter mon expérience d'élu à cette nouvelle équipe et continuer à travailler sur tous ce qui permet de mieux vivre ensemble : culture, social, commerce local et durable, solidarité intergénérationnelle développement durable. 

jeudi, 20 février 2020

Avant/Après : promesses tenues (5/11)

Retrouvez chaque jour à 13:30 une partie de notre bilan 2014-2020

Avant l’Ecole de Musique et de Danse permettait à des St Juliennois de se former à la danse et à la musique. Grâce à votre soutien, l’accent a été mis sur des cours collectifs ou semi-collectifs qui ont permis à deux fois plus d’habitants de bénéficier de ses enseignements.

Avant la carte scolaire avait, de fait, institué une école de riches, une école intermédiaire, une école rurale et une école de pauvres. Grâce à votre soutien, nous avons pu modifier la carte scolaire et permis à tous les enfants de St Julien d’apprendre et de grandir avec leurs futurs concitoyens.

Avant la proportion de logements sociaux était stable. Il n’avait jamais été construit aussi peu de logements sociaux que depuis que la commune avait une municipalité socialiste. Grâce à votre soutien, et conformément à notre engagement #28, nous avons augmenté les servitudes de logements sociaux pour les promoteurs. Nous avons vendu deux parcelles communales pour la réalisation de logements sociaux. Nous avons également vendu 40 logements communaux à un bailleur social pour leur conversion en logements sociaux. Le nombre de logements sociaux a augmenté de 50% en 6 ans permettant à environ 500 actifs de St Julien (enseignants, infirmières, artisans…) de pouvoir se loger parmi nous.

Avant le budget du centre communal d’action social restait stable chaque année, alors que les besoins augmentaient avec la commune. Grâce à votre soutien, et conformément à notre engagement #29, le budget du CCAS n’est plus en baisse proportionnellement au budget de la commune. Conformément à notre engagement #30, nous avons développés des tarifs adaptés en fonction des revenus sur l’ensemble des services publics.

Avant il n’y avais pas d’autopartage à St Julien. Grâce à votre soutien, 60 St Juliennois sont désormais abonnés à Citiz et ont pu renoncer à posséder une voiture, soit près de 1000 m2 de voitures en moins à St Julien !

Marie-Thérèse Brun pour que Vive Saint-Julien-en-Genevois

Marie-Thérèse Brun, Vive Saint Julien en GenevoisJe suis originaire de St-Julien où j'ai toujours vécu et travaillé. Après 38 ans dans la même agence immobilière, j'ai pris ma retraite de syndic. Ce qui m'a permis de m'engager comme conseillère municipale.

Depuis 6 ans je me suis plus particulièrement investie dans les commissions urbanisme, finances et dans tous les ateliers de travail s'y rapprochant.

Cette expérience citoyenne m'a appris à défendre l'intérêt général, à combattre une vision passéiste de notre ville pour admettre que son évolution est inévitable et est une chance. Il faut continuer à créer son avenir. Le travail est immense. Les leviers sont nombreux : dans le désordre sécurité, mobilité, culture, social, environnement, sports, logements abordables, scolarité, convivialité, commerces, artisanat, espaces verts, jeunesse, séniors etc.. etc.. en tenant compte de la disparité des revenus,

On peut constater toutes les connaissances, la rigueur, la gymnastique intellectuelle que demande la gestion d'une ville, toute sa complexité : législation, finances qui obligent à prioriser les projets si nombreux dans une ville en plein développement et donc à faire des mécontents, urgences qui entravent les décisions prises (par exemple obligation de rattraper le retard en construisant une école, en agrandissant d'autres ; dépense indispensable mais qui a lourdement grevé notre budget)

On voit qu'il n'y a pas de place pour l'amateurisme.

6 ans c'est court pour constater les fruits d'un tel travail. Je pense par exemple au PLU étudié et voté au cours du mandat (2017) et qui va seulement devenir opérationnel, or il va permettre de limiter le nombre de constructions, d'améliorer leurs qualités architecturales et environnementales.

Aussi c'est toujours avec la même motivation et le même enthousiasme que je me représente sur la liste « Vive St Julien » car j'ai pu apprécier les compétences d'Antoine Vielliard et constater que cette équipe soudée et dynamique, reste fidèle aux valeurs portées pendant 6 ans : transparence, échanges, vivacité d'esprit, écoute, nombreuses compétences et une volonté unanime de contribuer à faire de St Julien une ville agréable pour y vivre et pour inciter les gens à y rester.

mercredi, 19 février 2020

Avant/Après : promesses tenues (4/11)

Avant, il y avait plus d’un millier d’habitants non déclarés ce qui engendrait une perte importante de recettes pour la commune. Grâce à votre soutien, nous avons instauré des campagnes de recensement des frontaliers qui se sont intensifiées années après années avec des campagnes toutes boites, des campagnes en ligne et des actions coup de poing aux frontières. Cela a permis de doubler le nombre d’habitants frontaliers suisses officiellement déclarés. La rétrocession genevoise a pu passer de 3,9 millions d’euros annuels en 2013 à 6,2 millions en 2019.

Avant la commune ne réagissait pas lorsque les subventions départementales étaient attribuées sur des critères autres que l’intérêt général. Grâce à votre soutien, nous avons saisi le tribunal administratif de la délibération de répartition des subventions départementales. Le département a modifié sa politique d’attribution des subventions et attribué 600 000 euros de subventions aux écoles Nelson Mandela. La commune a retiré son recours au tribunal administratif.

Avant, la commune proposait des activités clefs en main à seulement une poignée de jeunes qui franchissaient la porte des centre municipaux d’animation. Grâce à votre soutien, et conformément à notre engagement #25, le service jeunesse va au-devant des adolescents dans les collèges et les quartiers et les aide à monter leurs propres activités. Cent fois plus de jeunes bénéficient aujourd’hui des actions du service jeunesse.

Avant les subventions aux associations sportives finançaient de manière équivalente des associations qui comptait surtout des St Juliennois et des associations qui en comptaient peu. Grâce à votre soutien, les subventions communales sont orientées en priorité vers les associations qui comptent de nombreux St Juliennois. Nous continuons de soutenir les autres associations au travers des équipements mis à leur disposition et de leur entretien.

Hekuran Bislimi pour que Vive Saint-Julien-en-Genevois

Hekuran BislimiJe m’appelle Hekuran Bislimi j’ai 29ans. Je suis diplomé à l’IAE annecy en économie, finance et gestion d’entreprise. Je suis depuis un an entrepreneur dans le secteur du BTP. J'ai grandi à Lyon et je suis arrivée en 2005, à l’age de 14 ans, à Saint-Julien.

J’ai pu observer le changement et l’évolution de la ville depuis plusieurs années avec l’apparitions de plusieurs nouveau quartiers, nouvelles routes, nouvelles structure sportives, la ville a grandi et les besoins des habitants aussi ! En observant tout ces changement, ce travail réalisé depuis plusieurs années durant le dernier mandat j'ai souhaité m’engager avec l’équipe « vive Saint-Julien » pour apporter mon aide et ainsi continuer le bon travail réalisé jusqu’à présent pour le bien de notre ville. L’arrivée du Tram sera l’un des gros projet passionnant et important pour notre ville. En tant que conseiller municipal je souhaite contribuer à sa mise en oeuvre durant ce prochain mandat.

Etant membre pendant plusieurs années de l'US Saint-Julien, le club de football de notre ville, je souhaiterais apporter mon aide dans le développement des activités sportives et associatives de la ville. Je suis aussi très motivé par le projet du coeur de ville qui va nous permettre de rendre la ville plus dynamique, plus festive, plus structurée et plus conviviale, ainsi satisfaire les demandes des jeunes, parents, aînés et tout les habitants de Saint-Julien.

 

mardi, 18 février 2020

Avant/Après : promesses tenues (3/11)

Retrouvez chaque jour à 13:30 une partie de notre bilan 2014-2020

Avant tous les enfants de maternelles devaient prendre un car pour aller à la cantine. Grâce à votre soutien, et conformément à notre engagement #1, un tiers des enfants peuvent déjeuner dans ou à proximité de leur école au Puy St Martin, aux collèges et au lycée. La restauration scolaire sera organisée sur place aux écoles Nelson Mandela dès 2020 et en 2022 aux Prés de la Fontaine.

Avant, les temps d’activités périscolaire n’étaient pas suffisamment encadrés et il arrivait que des enfants soient perdus. Grâce à votre soutien, et conformément à notre engagement #3, nous avons pu améliorer les taux d’encadrement, pérennisé les emplois temporaires en emplois stables pour mieux recruter des professionnels et leur proposer des formations. La sécurité d’abord mais la qualité aussi des activités périscolaires a pu être améliorée.

Avant, les parents devaient prendre une demi-journée de congé toutes les 6 semaines pour faire la queue en mairie dès 7 heure du matin pour inscrire leur enfant au centre de loisir, comme si St Julien était en Union Soviétique. Grâce à votre soutien, les inscriptions peuvent se faire en ligne et nous répondons à toutes les demandes sans nécessité de faire la queue.

Avant les dépenses de fonctionnement de la commune augmentaient à un rythme deux fois plus élevé que les recettes. Grâce à votre soutien nous avons maitrisé les dépenses de fonctionnement et restauré la capacité de la commune à investir.

Thierry Fauvergue pour que Vive Saint-Julien-en-Genevois

Thierry Fauvergue, VIve Saint Julien en GEnevoisNé à Bailleul (Nord) en 1968, marié, 2 enfants. Actuellement chef de cuisine au collège de Groisy, je travaille pour le conseil départemental de la Haute Savoie.

Après plusieurs demandes de mutation, je suis arrivé dans la commune en août 2014. Je connaissais la région pour y avoir travailler en saison et mes vacances.

J'aime tout type de sports et plus particulièrement le football, joueur, éducateur et responsable d'école de foot à St Julien et au Châble. J'aime la nature, les manifestations de notre commune.

Après avoir participé à la commission électorale et au groupe de travail sur le projet "sport, culture, jeunesse, convivialité", je choisi de m'engager au sein de l'équipe "Vive St Julien" car je crois au programme établi qui à mon sens est un bon projet pour les années à venir. Saint Julien est et sera "une ville où il fait bon vivre".

Etre acteur de sa commune au service des habitants pour que ceux-ci s'y sentent bien. Etre à l'écoute de nos citoyens est important.

Je décide de rejoindre Antoine Vielliard pour son implication, sa rigueur, son expérience, sa transparence des dossiers. Le projet "coeur de ville" est un atout important qui permettra à St-Julien de devenir un lieu de vie avec des espaces vert, des zones plus confortables pour les piétons, des endroits pour se rencontrer.

"Vive Saint Julien" une équipe jeune, de tous horizons, créatif, volontaire et au service des Saint Juliennois. Se sont des valeurs qui me représentent.

lundi, 17 février 2020

Avant/Après : promesses tenues (2/11)

Retrouvez chaque jour à 13:30 une partie de notre bilan 2014-2020

Avant, la commune avait autorisé la construction de 1000 logements sur la seule année 2010. Grâce à votre soutien, et conformément à notre engagement #6, nous avons pu en 2017 adopter un nouveau Plan Local d’Urbanisme et quadrupler les taxes aux promoteurs immobiliers ce qui a permis de diviser par deux le nombre de logements autorisés.

Avant, et malgré une augmentation de la population de +50%, la commune n’avait ouvert aucune salle de classe de 2000 à 2014. Des articles de presse encore en ligne, qui ne datent pourtant pas du 1er avril, relatent encore les propos de mon prédécesseur affirmant avec sérieux que les nouveaux habitants n’avaient pas d’enfants ! Grâce à votre soutien, et conformément à notre engagement #2, nous avons pu rattraper une partie du retard en réalisant l’extension de l’école du Puy St Martin, en réalisant le nouveau groupe scolaire Nelson Mandela, en lançant l’extension de l’école des Prés de la Fontaine, en lançant l’ouverture d’une nouvelle école à Cervonnex, en programmant une nouvelle extension de l’école du Puy St Martin.

Avant, il n’y avait aucune incitation aux travaux de rénovation énergétiques. Grâce à votre soutien  et conformément à notre engagement #23, nous avons pu baisser la taxe foncière pour les propriétaires qui font des travaux de rénovation énergétique et nous avons pu obtenir des subventions de l’état pour la rénovation énergétique du St Georges.

Avant la consommation énergétique de la commune augmentait chaque année. Grâce à votre soutien et conformément à notre engagement #24, la commune a baissé des deux tiers sa consommation électrique pour l’éclairage public, a entrepris de nombreux travaux d’isolation et de rénovation thermique et s’approvisionne en énergie renouvelable pour son tarif jaune.

Edy Carl pour que Vive Saint-Julien-en-Genevois

Edy Carl, Vive saint julien en genevoisLe chêne, le graphisme qui illustre nos visuels, nos affiches et nos tracts de la campagne des municipales de Saint Julien en Genevois offre des proportions harmonieuses et pour être majestueux, il a de solides racines comme celles des convictions républicaines de notre équipe.

Je suis né en 1950 dans le Doubs. Marié et père de 2 enfants. Je suis haut savoyard  d'adoption depuis 1952 et je vis à Saint Julien en Genevois depuis 50 ans. J’ai été facteur à Saint Julien de 1968 à 2002 puis j’ai été détaché permanent dans une association à vocation sociale. (agent technique secteur associatif à La Poste).

J’étais, il y a 25 ans , au bureau d'aide sociale avec les Assistantes Sociales de la Mairie quand elles ont mis sur pieds les statuts de l'épicerie sociale la Passerelle du Salève. C’est un devoir de solidarité qui anime les bénévoles de cette association et un gros travail pour celles et ceux qui gère son fonctionnement.

Avec les disparités de revenus en zone frontalière, il est indispensable d'aider les familles aux revenus modestes, à les accompagner pour s'affranchir des difficultés économiques.

Je suis sensible aux questions du logement social et à l'hébergement  temporaire d'urgence. Les loi Alur et Elan, le PLU, le plan de gestion du logement social sont des outils pour la transparence et l'équité. Un bon diagnostic des besoins favorise une bonne gestion.

L’ambition de notre équipe d’une urbanisation maîtrisée est un axe fort de notre projet, le logement collectif est un besoin essentiel sur notre territoire afin de préserver les espaces naturels et de protéger les terres cultivables et les agriculteurs.

J’accorde un grand intérêt aux questions de santé, de prévention, d'insertion et d’intégration, du lien social et intergenérationel, de la sécurité. Notre projet de ville s’est élaboré en atelier avec une réelle participation des Saint Julienois. Une synthèse de ce travail nous a regroupé le 11 décembre à l'Arande.

Fort des 33 engagements de notre équipe et des 33 réalisations du mandat actuel, le dimanche 15 mars 2020, nous méritons votre soutien  et d'avance nous vous remercions de votre confiance.

Un seul tour!

vendredi, 14 février 2020

Avant/Après : promesses tenues (1/11)

Retrouvez chaque jour à 13h30 une partie de notre bilan 2014-2020

L’équipe Vive Saint Julien a pris 33 engagements lors des élections municipales de 2014. Nous en avons rendu compte aux habitants chaque année depuis. Les 33 engagements ont été tenus. Même les conseillers municipaux minoritaires aujourd’hui candidat sur l’autre liste ont reconnu dans le Messager du 29 août que notre bilan est très positif et souligné la bonne gestion municipale. Ils reconnaissaient que c’est la qualité de notre bilan qui les a incités à faire une liste d’union PS-LR. Voilà quelques-unes de nos réalisations.

Avant, la commune augmentait ses impôts tous les 2 ou 3 ans. Grâce à votre soutien, nous avons pu maintenir le niveau d’imposition et même le baisser de 15% pour les locataires.

Avant, la commune disposait de moitié moins de containers de tri sélectif que les préconisations. Grâce à votre soutien, et conformément à notre engagement #22, nous avons pu doubler le nombre de containers de tri pour réduire les déchets ménagers et réduire la taxe d’enlèvement des déchets.

Avant, même un Sous-Préfet était sorti de son devoir de réserve pour dénoncer publiquement l’état des routes à St Julien. Grâce à votre soutien, nous avons pu tripler le montant des investissements de la commune ce qui a permis de commencer à mieux entretenir les routes et les bâtiments publics.

Avant, l’éclairage public était ancien et éclairait autant le ciel que le sol. Grâce à votre soutien, nous avons pu engager un programme de rénovation de l’éclairage public qui a permis de passer à de nouvelles technologies, de programmer des extinctions nocturnes et de réduire de 65% la consommation électrique de l’éclairage public tout en améliorant la qualité de l’éclairage.

Antoine Vejux pour que Vive Saint-Julien-en-Genevois

Antoine Vejux, vive saint julien en genevoisJ’ai 36 ans, en couple sans enfants. J’habite St Julien, plus précisément Lathoy depuis maintenant 3 ans. Je suis né à Genève et ai grandi au pied du Jura. Je suis très attaché à notre belle région. Issu de l’immobilier, je suis actuellement en reconversion professionnelle.

Je suis très sensible à la protection de la nature.

Lorsqu’Antoine m’a proposé de rejoindre sa liste, j y ai vu l’occasion de pouvoir être plus qu’un simple citoyen et pouvoir participer à la vie communale activement. Notre liste est issue de tous horizons, toutes origines sociales et représente parfaitement ce qu’est notre ville. 

Très attaché au vivre ensemble, au mélange des cultures qui est une chance et permet d’avancer ensemble dans notre société. Saint Julien est riche de citoyens venant du monde entier, il faut encourager des fêtes et une vie de quartier, une ambiance de village où chacun rencontre ses voisins sera une force. 

Le projet Coeur de ville permettra de redonner à St Julien un vrai centre et cassera le côté ville dortoir que nous regrettons tous. Un vrai centre de bourg, où une vie de village renaîtra.

Je souhaite apporter mes connaissances en droit de l’urbanisme, mes engagements dans la protection de l’environnement afin de faire de St Julien une ville qui se développe non pas en bétonnant bêtement mais avec des projets où l’humain et l’environnement seront au centre de tout. Eco-quartiers, espaces vert, quartiers solidaires, zéro déchet, espaces naturels et agricoles sont l’avenir.

La Nature ne doit plus être à l’extérieur des villes mais bel et bien dans la ville.

Être vigilant quant à la qualité des constructions et leurs impact environnemental, la mobilité douce, l’intégration de tous mes concitoyens  et le respect de notre planète seront au cœur de mon engagement. Pour que Saint Julien soit un exemple et une ville d’avenir où il y fait bon vivre.

jeudi, 13 février 2020

Tram, Coeur de ville, Pôle Gare, Entrée sud : les 12 travaux d'Hercule de St Julien

Les 12 travaux d’Hercules de St Julien : Tram, coeur de ville, pôle gare, entrée sud....

Pour les années à venir le défi de St Julien sera de gérer ses grands projets. Cela posera de nombreux défis qui restent à relever. Quatre grands projets sont d’ores et déjà programmés : 1) le projet cœur de ville de réhabilitation du centre-ville qui se fera en plusieurs tranches de 2020 à 2027, 2) le projet de tram qui commencera en 2021 jusqu’à fin 2023 si les délais sont tenus par nos voisins genevois, 3) le projet pôle gare dont les travaux commenceront également en 2021 et s’étendront probablement jusque vers 2030, et 4) le projet entrée sud dont la programmation doit être bouclée dans les prochains mois. A cela nous souhaitons ajouter le projet des jardins de l’Aire en contre bas du quartier des Jardins de l’Europe. Ces projets posent plusieurs défis de financement, de coordination entre eux, d’impact sur la ville et de suivi. Pour rappel, la deuxième plus petite ville de France qui a un projet de tram après St Julien est Annemasse qui est trois fois plus importante et ce sont ensuite des villes de plus de 100'000 habitants qui disposent de moyens humains bien plus importants que St Julien. Or non seulement St Julien a un projet de tram, mais ce n’est qu’un des projets urbains de la commune. Pour autant, les habitants soulignent à quel point tous ces projets sont décisifs pour l’avenir de la commune et tout aussi importants. Dans la grande enquête auprès des habitants, la mise en œuvre de ces projets doit être de très loin la priorité du prochain mandat. Si le projet Pôle Gare est largement autofinancé et générera à terme de nouvelles recettes pour la commune et les dépenses liées à la mobilité du projet de tram seront pris en charge par la communauté de communes, en revanche, il faudra de nouvelles sources de financement pour les aspects urbains du projet de tram, pour le projet cœur de ville et pour le projet entrée sud. La poursuite des campagnes de recensement de frontaliers telles que pratiquées ces dernières années doit permettre à la commune de dégager des moyens supplémentaires importants. Il faudra également coordonner ces chantiers importants afin d’en réduire les inévitables nuisances. En particulier veiller au maintien de l’activité commerciale de la commune au travers d’un plan d’accompagnement des commerces. La commune devra également renforcer ses moyens humains pour la mise en œuvre de ces investissements. Les dépenses de fonctionnement de la commune ont été particulièrement maitrisées ces dernières années. Cependant, elle manque à ce stade d’ingénieurs, de techniciens, d’aménageurs et des services supports nécessaires pour la mise en œuvre et le suivi d’autant de grands projets. Les travaux du tram en particulier mais aussi les autres projets lorsqu’ils impacteront des voiries importantes auront des conséquences sur notre mobilité. Cela devra être anticipé au mieux. Ces contraintes doivent devenir des opportunités d’organiser un report modal sur les modes de transport alternatifs à la voiture.

Jean-Paul Servant pour que Vive Saint-Julien-en-Genevois

Jean-Paul-Servant_058-Liste A. Vielliard.jpgJ’aurais 49 ans le 17 mars prochain, né à La rochelle et père de 2 enfants. Je suis ingénieur et responsable d’un département en Automation dans l’entreprise DEC à Lausanne. Suisse Appenzellois par ma mère, Français Charentais par mon père, je suis arrivée dans la région en 1991 en provenance de Bordeaux, région dans laquelle j’ai grandi et que j’apprécie autant que la Haute-Savoie, et j’ai posé mes bagages à St Julien en Genevois depuis plus de 7 ans, ville dynamique à deux pas de Genève que j’ai traversé maintes fois depuis mon arrivée dans la région.

J’avais depuis longtemps l’ambition, l’envie, de m’engager dans une action municipale, dans le but de devenir un acteur de la ville et d’essayer d’apporter mes idées et d’en faire bénéficier le plus grand nombre. J’ai donc rejoint l’équipe d’Antoine, pris le rôle de conseiller municipal, puis délégué et enfin maire adjoint en charge du commerce. Ce 1er mandat fut aussi et surtout l’occasion d’apprendre, d’écouter et de découvrir la richesse thématique de notre ville.

En concertation avec les habitants, beaucoup de projets ont été réalisés, d’autres sont en cours, et tant d’autres sont à lancer, voire imaginer, pour répondre aux besoins de la ville et de ces habitants pour les années futures. Des projets pour répondre aux enjeux sociaux, mobilités, énergétiques ou développement durable, aux enjeux du commerce local, face à la concurrence numérique notamment, et bien d’autres enjeux encore, c’est pour tous ces enjeux que j’ai envie de poursuivre l’effort et l’engagement pris il y a déjà 6 ans avec l’équipe de Vive Saint-Julien.

mercredi, 12 février 2020

Mobilité de nets progrès qui restent à poursuivre

Une mobilité encore entravée malgré les progrès réalisés

La mobilité est l’un des sujets de préoccupation majeur des habitants et des actifs de St Julien. Au cours des 5 dernières années de nombreuses initiatives ont été prises pour inciter au report sur les modes de transports qui ne saturent pas les voies de circulation : couloirs de bus, abribus, doublement de fréquences de la D, stationnement payant en sortie de ville et gratuit à la gare, multiplication des itinéraires cyclables et aménagements piétonniers, incitation au covoiturage. Cela a permis de réduire de 2% le nombre de voitures sur l’avenue de Genève malgré une augmentation de la population de plus de 10%. C’est un début mais il est notoirement insuffisant pour redonner aux habitants de la liberté de déplacement. La distance médiane domicile travail des St Juliennois est de 9km. En Haute-Savoie les distances domicile travail ont augmenté de +37% en 10 ans. La réduction des distances domicile-travail est nécessaire pour réduire les besoins en mobilité. Les infrastructures routières nouvelles si elles soulagent temporairement les engorgements se retrouvent vite saturées en incitant à l’utilisant des modes de transports individuels qui les engorgent à nouveau rapidement. En revanche, les pistes cyclables, les trottoirs, les couloirs de bus sont des investissements de mobilité beaucoup plus durables. A ce jour encore 50% des déplacements sont effectués en voiture pour des distances de moins de 3km qui permettent l’utilisation des modes doux. Dans l’enquête conduite auprès des habitants, ces derniers souhaitent que soient favorisés le déplacement en transport en commun, en vélo traditionnel et électrique, à pied et en train plutôt que les déplacements en voiture, en scooter et en moto. Les difficultés à se déplacer nous placent nécessairement face à la responsabilité d’un aménagement du territoire plus cohérent : il doit permettre que les nouveaux habitants résident dans des immeubles à proximité des réseaux de transport plutôt que dans un habitat individuel qui ne peut être desservi que par des transports individuels.

13:30 | Commentaires (1) | |  Facebook | |  Imprimer | |

Robin Maillard pour que Vive Saint-Julien-en-Genevois

robin maillard,vive saint julien en genevoisOriginaire de Franche-Comté voisine, je me suis installé à Saint-Julien en avril 2013 et vis à présent à l’Atrium. Historien de formation, je suis à libraire à Tanigami à Genève et, à mes heures perdues, chanteur et écrivain amateur, ainsi que youtubeur. J’ai eu la chance de voyager et de vivre dans divers pays européens (Allemagne, Luxembourg et Suisse), ce qui m’a permis de connaître différentes cultures et donc d’expérimenter d’autres façons de penser, d’agir et de vivre.

Je reste profondément attaché aux valeurs de notre République. Pour moi, c’est une chance et un devoir de participer activement à la vie de notre commune. Etre conseiller municipal, c’est devenir porte-parole des citoyens, car le représentant élu doit uniquement se battre pour le bien-être de ceux qu’il représente. De ce fait, devenir conseiller municipal de Saint-Julien signifie représenter tous les Saint-Juliennois et travailler dans l’intérêt de tous et non dans l’intérêt de quelques-uns, et encore moins dans le propre intérêt du conseiller lui-même. Et c’est sincèrement dans cette optique que notre équipe a travaillé ces six dernières années.

Car notre équipe de « Vive Saint-Julien » menée par Antoine Vielliard, est issue de différents milieux sociaux, de différentes sensibilités et travaille de façon pragmatique, refusant toute idée partisane afin de servir comme il se doit et comme ils le méritent les Saint-Juliennois. Cette façon d’agir a été le leitmotiv de notre projet de « Vive Saint-Julien » actuel et de nos projets pour notre futur mandat : agir pour le bien-être de tous, de notre commune, afin d’améliorer la qualité de vie de tous les habitants, qu’ils aient de hauts ou de bas revenus.

mardi, 11 février 2020

Les contribuables de St Julien de très loin les premiers financeurs de la vie associative, culturelle et sportive de la communauté de communes

Une vie associative riche et dynamique portée principalement par les contribuables de St Julien

La vie associative est particulièrement riche à St Julien avec 421 associations enregistrées au répertoire national. Les associations sont particulièrement actives dans les domaines sportifs, culturels et le social. La commune contribue à leur activité par la mise à disposition de locaux et leur entretien, par les moyens humains et de communication mis à leur disposition et par des subventions de fonctionnement. Même rapporté au nombre d’habitants, la contribution de la commune de St Julien est sans commune mesure avec la contribution des communes environnantes. St Julien porte grandement le développement de la vie associative pour l’ensemble des communes du territoires. Certaines associations financées principalement par la commune de St Julien comptent pourtant une minorité de St Juliennois dans leurs effectifs. La poursuite du développement de la vie sportive et culturelle comme des activités associatives sociales passe nécessairement par un soutien plus marqué de l’intercommunalité ou des communes environnantes au développement des associations, à leur hébergement et à leur soutien.

Marie-Laure Thomas-Bard pour que Vive Saint-Julien-en-Genevois

marie laure thomas bard,vive saint julien en genevoisJe suis mariée et maman d’un petit garçon de 3 ans. En 2015, une mutation professionnelle m’a amenée à travailler et à vivre à Saint-Julien. J’ai appris à découvrir et à aimer cette ville en l’arpentant quasi quotidiennement à pied ou à vélo. A Saint-Julien, j’ai retrouvé le confort d’une ville (culture, transports en commun, commerces…), mais j’ai aussi découvert son esprit « village ». J’ai également apprécié de voir que Saint-Julien était une ville / village en évolution, notamment par les efforts d’aménagements de pistes cyclables, la réflexion conduite sur le cœur de ville, ou à la création d’un marché de producteurs locaux.

Aujourd’hui, j’ai décidé de m’engager sur la liste « Vive Saint-Julien-en-Genevois » car je crois à la réelle pertinence du projet de ville qui a été construit.

Initialement, je m’étais d’ailleurs engagée à travailler pendant un an à la construction d’un projet de ville, sans souhait de candidater aux élections municipales. Toutefois, au cours de cette année de travail, j’ai rencontré des personnalités très différentes, venant d’horizon variés, mais partageant des points de vue dans un esprit constructif et bienveillant. Ceci a donné lieu à de riches et nombreux échanges, ayant pour unique fil conducteur : Saint-Julien et ses habitants. Or, c’est ainsi que je conçois l’action locale : un travail d’équipe pour et au service de l’intérêt général, hors de toute politique « politicienne » ou de logique partisane, avec pour seul objectif l’intérêt de Saint-Julien et des Saint-Juliennois(es).

Juriste en droit public de formation et ancienne cadre de la fonction publique d’État, je suis sensible à toutes questions participant à la qualité de vie des habitants au quotidien : sécurité, mobilité, urbanisme, environnement, mais aussi citoyenneté, culture, ou fonctionnement des services. Je serai donc attentive à tous les sujets susceptibles de rendre notre ville toujours plus agréable à vivre au quotidien, tout en faisant face aux défis de demain.

lundi, 10 février 2020

Richesse et pauvreté se côtoient à St-Julien-en-Genevois

Retrouvez chaque jour à 13h30 une partie de notre diagnostic de la ville

A St Julien se côtoient richesse et grande pauvreté

St Julien est l’une des communes de France où le pouvoir d’achat est parmi les plus élevés. Le revenu disponible médian des ménages y est 50% plus élevé que le reste du pays. Cependant, cette prospérité ne masque pas une profonde précarité. Les 10% des St Juliennois qui disposent des revenus les plus faibles disposent de moins de revenus qu’ailleurs en France alors même qu’ils font face à un coût de la vie plus important. Un St Juliennois sur sept vit en dessous du seuil de pauvreté.

Plus de logements sociaux, mais encore insuffisant pour loger les actifs qui font vivre la commune

Le nombre de logements sociaux est passé de moins de 1000 en 2014 à plus de 1500 en 2020. Une telle augmentation ne suffit cependant toujours pas à répondre aux besoins de logement des 3000 personnes qui travaillent à St Julien mais n’y vivent pas. Le coût des logements et le coût de la vie incitent les actifs de St Julien à vivre loin de la commune et pose des défis de continuité d’activité tant pour les entreprises privées que pour les services publics. La construction de suffisamment de logements pour les actifs de St Julien est un défi pour l’avenir. Cela passe par le logement social, mais au-delà par la mise en œuvre de nouvelles formes de logements plébiscitées par les habitants. Si moins d’un habitant sur 5 souhaite plus de logements sociaux et un habitant sur 5 en souhaite moins, en revanche près de la moitié des habitants souhaitent de nouvelles formes de logements abordables tels que des baux emphytéotiques, des baux réels et solidaires, des logements intermédiaires, des logements coopératifs ou encore des viagers.

Le quartier prioritaire de la politique de la ville concentre la plupart des enjeux sociaux

En septembre 2014 St Julien a été identifié par l’Etat comme l’une des 1000 villes de France (dont seulement 6 en Haute-Savoie) à compter en son sein un quartier prioritaire de la politique de la ville. Il s’agit d’un quartier où vivent plus de 1000 habitants vivant sous le seuil de pauvreté. Au cours des 5 dernières années, des moyens humains et financiers importants ont été consacrés à l’amélioration du quartier, avec notamment une médiatrice sociale et une adulte relais qui font le lien entre les habitants du quartier et l’ensemble des services publics afin qu’ils y aient également accès. Par ailleurs, près de 15 millions d’euros sont investis par les propriétaires dans le quartier pour rénover l’habitat, les espaces publics et améliorer l’isolation. La commune a veillé à la bonne intégration des habitants du quartier dans l’ensemble de ses dispositifs (école de musique et de danse, centre de loisirs, activité périscolaire, restauration scolaire…). Par un changement de la carte scolaire, la commune a veillé à une meilleure mixité sociale. Pour autant le travail doit se poursuivre en particulier en matière d’intégration professionnelle et plus particulièrement auprès des mères célibataires.

Stéphane Cuenca pour que Vive Saint-Julien-en-Genevois

Stéphane Cuenca, vive saint julien en genevoisOriginaire du Sud de la France, après avoir fait mes études infirmières à Paris, où j'ai exercé plusieurs postes dans les hôpitaux de l'assistance publique, je suis venu m'installer à Saint Julien en 2001, pour travailler dans diverses spécialités comme infirmier à Genève.

Quitter une ville comme Paris, avec son "speed", son stress, son insécurité, son individualisme et arriver dans une ville agréable, calme, où il fait bon vivre comme Saint-Julien-en-Genevois ne m'a pas donné envie de la quitter depuis 19 ans.

J'ai donc pu constater de près l'évolution de cette ville durant toutes ces années, où l'engagement du Maire était d'en faire une ville agréable et conviviale :

Mission plutôt réussie il me semble : raison pour laquelle j'ai décidé désormais de m'engager dans l'équipe "Vive Saint Julien" afin de participer au développement futur avec des projets à venir plus que passionnants .

J'ai pu faire la connaissance d'un groupe uni à l'écoute, motivé, dynamique et déterminé : tant de caractères nécessaires pour en faire une ville plus forte, chacun avec ses spécialités et ses expériences .

Pour ma part, et de par ma profession, mon intérêt se porterait bien entendu vers la santé et le social.

Dans un monde en perpétuelle évolution technologique, avec une société de plus en plus individualiste, revenir aux fondamentaux, c'est à dire les relations humaines, la solidarité, l'empathie me parait essentiel .

Face à une population vieillissante agrémentée d'une forte croissance démographique, dont Saint Julien n'échappe évidement pas, créer un lien solidaire entre nos aînés (de plus en plus isolés) et nos jeunes nous concerne tous.

vendredi, 07 février 2020

Du va-et-vient permanent à un début de stabilisation des habitants

Retrouvez chaque jour à 13h30 un élément de notre diagnostic de ville

Le va-et-vient permanent de nouveaux habitants freine la convivialité dans la ville

Moins d’un cinquième des habitants de St Julien y sont nés. Avec 7% d’habitants qui partent et 10% qui arrivent chaque année, le va et vient est permanent conduisant à une plus faible cohésion sociale. Une part importante des St Juliennois sont éloignés de leurs réseaux familiaux et amicaux. Ils connaissent peu leurs voisins. Souvent, ils doivent affronter seuls les difficultés de la vie : santé, tensions familiales, chômage. Cela se traduit notamment par des taux de violence familiales et de cambriolages particulièrement élevés car les voisins ne se connaissant pas, ne peuvent pas se protéger mutuellement. Le plus souvent les nouveaux habitants se sont installés à St Julien pour des raisons professionnelles sans nécessairement choisir la commune en tant que telle. Les inciter à y rester est déterminant pour faciliter le développement du lien social à St Julien. Plus que partout ailleurs, nous devons faciliter les rencontres entre des habitants qui ne se connaissent pas. Dans notre grande enquête auprès des habitants si moins de la moitié d’entre eux estiment connaitre suffisamment de monde et un quart ne souhaitent pas particulièrement rencontrer du monde à St Julien, en revanche, un habitant sur trois souhaite développer son réseau de connaissances dans la commune. Cela souligne l’ampleur du potentiel de développement du lien social.

Les St Juliennois commencent à choisir d’y rester

Au cours des dernières années, on a observé un nombre croissant de locataires St Juliennois devenant propriétaires dans la commune, signe d’un début de stabilisation des habitants. En proportion de sa population, St Julien est l’une des communes du Genevois qui connait le plus faible nombre de départ. La composition du parc d’habitat est déterminante pour la stabilisation de la population : en effet, la durée médiane d’ancienneté est de seulement 2 ans dans le parc locatif privé, 6 ans dans le parc social et 13 ans parmi les propriétaires occupants. Les habitants témoignent que l’école, la vie associative, les résidences, les manifestations et les espaces publics sont les lieux principaux de développement de la convivialité à St Julien.

Nicolas Siorak pour que Vive Saint-Julien-en-Genevois

Nicolas Siorak, vive saint julien en genevoisJe suis habitant de Saint-Julien depuis 2008, père de deux enfants scolarisés sur la commune. Enseignant à Genève en recherche, stratégie et adaptation aux conséquences du changement climatique, la pédagogie et la diffusion des connaissances font partie de mes engagements. Connaissant bien la ville et ses habitants j’ai eu la chance de participer à de nombreux projets collaboratifs environnementaux, sociaux, culinaires, culturels, scientifiques et sportifs. Avec mes enfants, ces domaines sont mes petits moteurs du quotidien.

Étant intervenu régulièrement à Saint-Julien lors de débats et conférences portant sur les enjeux environnementaux, je ne pensais pas donner une dimension politique à ces interventions. Ayant rejoint en 2019 un groupe de travail portant sur la durabilité, j’ai beaucoup apprécié son ouverture, sa transparence et la capacité à partager tous les points de vue. Au-delà d’une volonté d’œuvrer pour la commune, l’objectif de faire progresser la durabilité à Saint-Julien par le biais de réalisations concrètes, collectives, et d’indicateurs mesurables m’a beaucoup plu. Et pour finir, les relations humaines lors des échanges avec les différents groupes m’ont donné envie de m’investir davantage et de rejoindre la liste « Vive Saint-Julien »

Nous subissons déjà les conséquences du changement climatique à Saint-Julien, par exemple lors d’épisodes caniculaires ou de tempêtes accompagnées de pluies intenses. En raison de l’inertie climatique, ces événements vont s’accentuer en fréquence et en intensité durant les prochaines décennies. La résilience des habitants et des infrastructures à ces effets va nécessiter des efforts. Des décisions opérationnelles, comme des choix d’infrastructure, peuvent anticiper les nouvelles dimensions climatiques, diminuer leurs coûts sociaux, sanitaires mais aussi financiers.  

Ayant déjà entamé le plan de résilience de Saint-Julien, je souhaite poursuivre ce travail avec les habitants et associations, autour d’indicateurs partagés et leur suivi sur le prochain mandat. Construire et atteindre avec les Saint-Juliennois(es) ces objectifs de résilience, motivent mon engagement avec l’équipe de « Vive Saint-Julien ».

jeudi, 06 février 2020

La croissance exponentielle des besoins scolaires est difficilement supportable pour la commune

Retrouvez chaque jour à 13h30 un élément de notre diagnostic de ville.

La croissance exponentielle des effectifs scolaires est particulièrement coûteuse pour la commune

Au cours de ces années, la commune aura dû consacrer près de 23 millions d’euros à la construction de salles de classe ! Soit plus d’une fois et demi la totalité de ses versements à la section d’investissement ! Cela nous a conduit à augmenter le niveau d’endettement de la commune de +30%. Nos ratios de désendettement se sont améliorés car la capacité d’autofinancement a été améliorée deux fois plus vite que l’endettement. Cependant, pour rattraper sa croissance St Julien doit à la fois accélérer ses investissements et décélérer sa croissance démographique. La maitrise de la croissance démographique n’a pu être engagée qu’avec l’adoption du nouveau Plan Local d’Urbanisme en 2017. Il faudra encore environ 5 à 6 ans pour que cela se traduise d’abord par les mises en chantiers, les livraisons, les naissances puis le nombre d’enfants scolarisés.

Sabrina Fares pour que Vive Saint-Julien-en-Genevois

sabrina fares,vive saint julien en genevoisOriginaire du canton de Saint-Julien en Genevois, j’habite notre commune depuis 10 ans avec mon mari et nos deux enfants. J’ai travaillé pendant huit ans au sein d’organisations internationales à Genève et à l’étranger où j’étais chargée des relations extérieures, avec les gouvernements et le secteur privé. Il y a trois ans, j’ai quitté la fonction publique internationale pour me lancer dans l’entreprenariat. Avec mon mari, nous avons créé une entreprise de restauration basée à Neydens,  et je viens de lancer une marque de bijoux éthique et responsable fabriqués par des coopératives d’artisans au Niger.

Cela fait plusieurs années que j’ai plaisir à voir notre ville se transformer sous l’impulsion du maire Antoine Vielliard en un lieu de vie dynamique et tourné vers l’avenir. Je partage l’ambition forte qui est celle de « Vive Saint Julien » pour notre commune et je suis heureuse de contribuer à ce mouvement de réflexion et d’action qui vise à faire de Saint Julien en Genevois une ville moderne et engagée pour le bien-être de ses habitants et pour le respect de l’environnement et de la biodiversité.  

La question du développement de l’activité économique sur notre territoire m’intéresse particulièrement. Pour être attractive et agréable à vivre, une ville a besoin de disposer d’une offre diversifiée en termes de commerces et de services. Aussi, je souhaite mettre à profit mon expérience et ma motivation pour soutenir les initiatives entrepreneuriales sur la commune, ce qui impliquera par ailleurs de faciliter l’accès au logement pour les personnes qui travaillent à Saint Julien et qui font vivre le cœur de ville. Je suis aussi intéressée par les questions transfrontalières. L’équipe actuelle a porté haut et fort la voix de Saint Julien dans les débats avec nos voisins Suisses. A ma manière, j’espère pouvoir soutenir cet effort,  en promouvant la visibilité et les intérêts des Saint-Juliénois dans le processus de développement du Grand Genève.

mercredi, 05 février 2020

St Julien est passé d'une situation financière dégradée à un triplement de ses investissements

Retrouvez chaque jour à 13h30 un élément de notre diagnostic de ville

En 2014, St Julien les finances communales étaient dégradées

En 2014, la situation financière de la commune était dégradée : le tirage d’une ligne de trésorerie de 5 millions d’euros juste avant les élections (soit presque un tiers du budget annuel) avait permis à la municipalité précédente de réduire l’affichage de sa dette, puisque les lignes de trésorerie ne sont pas comprises dans la dette communale. Cela avait conduit à une crise de liquidité en mai 2014 pour payer les salaires des agents de la commune. Au cours du mandat précédent, l’augmentation des dépenses de fonctionnement à un rythme deux fois supérieur aux recettes avait conduit à une réduction de moitié de la capacité de la commune à investir dans son avenir. Mais surtout l’absence de toute construction de salles de classes de 2000 à 2015 alors que les effectifs scolaires augmentaient de +30%, et alors que des permis de construire avait été délivrés en très grand nombre, a conduit à une crise de la capacité d’accueil dans les écoles.

St Julien a triplé le rythme de ses investissements pour rattraper son retard

St Julien a commencé à rattraper son retard en triplant le rythme de ses investissements. Cela a pu être possible grâce à une gestion rigoureuse des dépenses de fonctionnement (1 millions d’euros par an de capacité d’autofinancement), par un meilleur recensement des frontaliers (+2,3 millions d’euros de recettes annuelles) et par l’instauration d’une taxe majorée sur les promotions immobilières (+1,5 millions d’euros par an). La commune a dû demander à tous de participer aux efforts : agents communaux, associations, habitants. Elle a dû être particulièrement ferme sur les demandes particulières et individuelles. En contrepartie, cela a permis la réalisation de grands travaux tels que l’accès ouest, de nombreux travaux d’amélioration de voirie et des bâtiments ou encore les écoles Nelson Mandela. Cependant, une part très importante de notre capacité d’autofinancement a été absorbée par la hausse exponentielle des effectifs scolaires.