Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2021-01 | Page d'accueil

jeudi, 18 février 2021

Compte rendu du conseil municipal du jeudi 18 février 2021

Ce soir avait lieu le conseil municipal de St Julien en Genevois. A l'ordre du jour le débat d'orientation budgétaire - obligatoire par la loi... et seulement 9 délibérations d'affaires courantes.

Le débat d'orientation budgétaire a fait apparaitre que la crise COVID a nécessité des dépenses supplémentaires mais a aussi permis à la commune de faire des économies importantes : extinction du chauffage dans les bâtiments publics dès les premiers jours du premier confinement, baisses de commande pour la restauration scolaire, extinction de l'éclairage public pendant le couvre feu du printemps. Economies décidées avant le changement de municipalité.

Ces économies ont été en partie pénalisées par les dépenses supplémentaires décidées par la nouvelle municipalité : extension de la gratuité du stationnement en juin, suppression de la taxe sur les grandes publicités, prime aux agents, création d'un poste, accroissement de l'éclairage public nocturne même pendant le confinement et le couvre feu..

Malgré ces dépenses supplémentaires de la nouvelle municipalité, l'exercice 2020 est le deuxième meilleure exercice de la commune pour la capacité à investir, de toute l'histoire de la commune.

Nous pensons que dans le contexte actuel, la commune devrait poursuivre ses investissements pour équiper la commune des services supplémentaires nécessaires. La municipalité fait un choix différent : elle créé 7 postes... soit autant de créations de poste en seulement 12 mois que le nombre total de postes créés pendant tout le mandat précédent. Il y a seulement quelques mois, les élus UMP/LR s'opposaient et votaient contre toutes les créations de postes.. aujourd'hui ils votent à deux mains les créations de postes. Manifestement, les socialistes de la majorité municipale imposent leur vision des dépenses publiques aux élus UMP/LR qui ne trouvent rien à y redire. Qui plus est, les créations de postes sont surprenantes : en communication alors même que les investissements baissent -une augmentation de +50% du service communication-, en RH alors même que la commune a acquis des logiciels qui permettent d'automatiser de nombreuses tâches, à la police municipale sans que la municipalité n'explique ce qui est mutualisé avec les autres communes, et 3 créations de postes à l'éducation et l'enfance alors même que la municipalité a engagé une consultation sur les rythmes scolaires qui pourrait conduire à des suppressions de postes massives.

Plus grave, la municipalité fait la proposition d'affecter une partie du résultat 2020 au fonctionnement plutôt qu'à l'investissement. Des membres de l'exécutif justifiant ce choix par la nécessité de financer le tram, ignorant manifestement que le tram est payé par la section d'investissement plutôt que de fonctionnement. 

L'adjoint aux finances, Michel de Smedt (version 2021) propose d'augmenter l'endettement à près de 25 millions d'euros... alors que les Michel de Smedt (version 2014 à 2020) estimaient qu'il ne fallait surtout pas dépasser le seuil de 20 millions d'euros. Pourtant la capacité de la commune à rembourser ses emprunts s'est significativement dégradée en 2020. Etre cohérent, défendre les mêmes convictions quelque soit son interlocuteur et sa position sont pourtant essentiel pour être crédible dans le débat public. Pour notre part, nous avions écouté les Michel de Smedt (version 2014 à 2020) en fixant une limite à l'endettement à 20 millions d'euros, nous restons d'accord avec ces Michel de Smedt là. Nous le sommes d'autant plus aujourd'hui que la nouvelle municipalité dégrade en vitesse accélérée la capacité de la commune à rembourser ses emprunts.

Enfin, à ce stade, la commune ne s'engage pas à maintenir le niveau des investissements. Pourtant les effectifs scolaires vont continuer d'augmenter, et ce d'autant plus fortement que la commune a renoncé à faire recours contre la décision du canton de Genève de reporter sur les communes française les coûts de scolarisation de plus de 2000 élèves supplémentaires.

Seule satisfaction, grâce à nos interventions publiques au cours de l'automne la municipalité s'engage à ne pas augmenter les impôts ni les tarifs communaux - nous restons extrêmement vigilant pour l'avenir. En revanche, les créations de postes, l'augmentation des dépenses, l'absence de travail sur les recettes conduisent inévitablement à une baisse du niveau des investissements pour l'avenir de la commune.

Pour le reste, toujours des affaires courantes, des renouvellements de convention, une modification à la marge de la carte scolaire, une garantie d'emprunt prévue de longue date, une régularisation du périmètre autoroutier, une convention habituelle avec le SYANE sur des travaux d'électrification, et la clôture de l'opération de travaux à la mairie. Bref, aucun projet significatif engagé par la nouvelle municipalité.

Aucun projet, aucun avant projet, ni même aucune esquisse, ni même aucun concours ou consultation : nada ! Il y a de très nombreuses raisons pour lesquelles aucun projet n'avance : l'incapacité à prendre des décisions, l'absence de projet de ville, la désorganisation revendiquée à tort comme étant de la transversalité. Au delà, l'équipe municipale a une grande capacité à perdre du temps à toutes les occasions : 66 heures de travail perdues par an en raison des "répondre à tous" aux emails d'une équipe municipale peu familière avec la communication électronique (10 "répondre à tous" x 44 destinataires x 10 réunions par moi x 12 mois x 5 secondes de perdues par destinataire = 66 heures de perdues), 36 heures de perdues à faire l'appel aux conseils municipaux comme si nous étions en maternelle (5 minutes x 40 personnes x 11 CM par an = 36 heures de perdues) -je n'ai jamais vu de séance d'appel dans aucune collectivité locale-, des réunions de travail mal organisées, pratiquement pas animées et peu efficientes.

La commune a besoin d'investissements pour l'avenir et de projets... elle se retrouve avec des dépenses de fonctionnement, de la com et des affaires courantes.

22:13 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

samedi, 06 février 2021

Les enfants sont notre avenir, les rythmes scolaires nous concernent tous

La qualité de l’éducation des enfants de St-Julien nous concerne tous. La Ville lance une consultation sur les rythmes scolaires. Du 4 au 24 février, l’ensemble des habitants va pouvoir voter soit pour la semaine à 4 jours et demi soit pour la semaine à 4 jours.

La question des rythmes scolaires est une question relativement complexe puisqu’elle influe sur l’apprentissage, l’épanouissement et le développement de l’enfant. C'est une réflexion globale puisqu'elle doit tenir compte de l'environnement de l'enfant qu’il soit en famille, à l’école ou dans ses activités extra scolaires.

En complément des informations de la mairie, nous avons souhaité recenser pour vous les principaux avantages et inconvénients de chacune des deux options pour contribuer à la réflexion collective de ce débat public sur la réussite scolaire. En effet, l'enjeu est important au niveau collectif pour les futurs citoyens que sont les enfants de notre commune.

Nous nous basons sur des retours d’expériences de parents d’élèves et des professionnels de l’enfance, sur des recherches scientifiques de chronobiologistes et ainsi que sur l'expertise du corps enseignant. 

 

4 jours 

Avantages :

  • Organisation familiale facilitée pour certaines familles
  • Harmonisation avec les autres communes
  • Un déplacement de moins par semaine pour les enseignants
  • Une journée par semaine de repos

Inconvénients :

  • Journées trop longues avec des apprentissages moins efficaces à certains moments de la journée
  • Désynchronisation le mercredi, avec un potentiel changement de rythme du coucher le mardi soir et du lever du mercredi matin
  • Difficulté de compatibilité professionnelle pour les personnes qui ne peuvent bénéficier de temps partiel (mercredi)
  • Coût financier pour la garde du mercredi 
  • Risque d’augmentation d’enfants livrés à eux-mêmes et / ou devant les écrans le mercredi
  • Impact en termes de ressources humaines pour les équipes d’animation et quel coût pour la municipalité ?
  • Temps réduit pour développer des projets sur le temps périscolaire

4,5 jours 

Avantages :

  • Journées d’apprentissages plus courtes
  • Apprentissages facilités grâce aux 5 matinées travaillées pendant lesquelles l’attention est meilleure
  • Levers et couchers réguliers toute la semaine comme il est recommandé par les spécialistes du rythme des enfants
  • Facilitation de l’apprentissage du français pour les primo-arrivants grâce à la continuité de la semaine
  • Possibilité d’avoir des activités extra scolaires pendant la semaine et du temps pour faire les devoirs
  • Passerelles avec les associations sportives de la ville 
  • Possibilité pour les parents de travailler le mercredi matin
  • Tous les enfants peuvent bénéficier des activités périscolaires (TAP) dès 15h30 d’autant plus qu’elles sont gratuites pour les familles les plus modestes favorisant l’égalité des chances
  • Motivation supplémentaire pour les équipes périscolaires qui ont davantage de temps pour développer les projets pédagogiques

 Inconvénients :

  • Moins de temps de sieste pour les petites sections de maternelle
  • Déplacement supplémentaire pour les enseignants
  • Organisation familiale plus complexe pour certaines familles
  • Semaine non harmonisée avec les autres communes du Genevois

Beaucoup d’entre vous s’interrogent sur l’important turn-over des équipes enseignantes sur notre commune et de la continuité pédagogique qui en découle. Pour votre information, cette situation n’est pas propre à St-Julien ; on la retrouve malheureusement dans d’autres communes du bassin genevois. Un éventuel passage à 4 jours ne pourra pas résoudre à lui seul ce turn-over des enseignant-e-s. En effet, d’autres facteurs expliquent aussi le manque d’attractivité des communes frontalières avec notamment les niveaux élevés des loyers, les difficultés de transport aux heures de pointe ainsi que les difficultés socio-économiques croissantes rencontrées dans les villes de taille moyenne en France.

Nous avons bien conscience des problématiques d'organisation pour certaines familles et enseignant-e-s liées au rythme de 4,5 jours. Cependant et avec un planning cohérent ce rythme nous semble plus adapté aux besoins de l’enfant pour favoriser un meilleur apprentissage.  L'objectif collectif fondamental est de favoriser l'éducation scolaire de l'ensemble des futurs citoyens de notre commune en donnant à chaque enfant de meilleures chances pour sa réussite scolaire et son épanouissement personnel. 

Cette consultation ne concerne pas seulement les parents d’élèves mais bien l’ensemble des habitant-e-s puisque la réussite éducative des enfants relève effectivement de l’intérêt général.

Nous encourageons donc l’ensemble des St Juliennois-e-s à voter lors de cette importante consultation à venir.

Bon début d'année à toutes et à tous !

L'équipe Vive Saint Julien.

 

Voici le lien direct pour participer au vote sur le site de la ville

https://www.st-julien-en-genevois.fr/services/enfance/concertation-les-rythmes-de-l-enfant-1169.html

 

Vous pouvez également voter à l’accueil de la maire du lundi au vendredi de 8h30 à 12h et de 14h à 17h.

 

 

12:50 | Commentaires (2) | |  Facebook | |  Imprimer | |

mardi, 02 février 2021

Commission d'appel d'offre : toujours aucun projet en vue

La commission d'appel d'offre s'est réunie ce jour. Elle a passé en revue des renouvellements de marchés publics : 1) marché d'entretien des espaces verts, 2) acquisition d'un véhicule pour les services techniques, et 3) petites fournitures de bureau.

Après 8 mois, la maire et des adjoints posent encore des questions de compréhension sur les procédures de marchés publics. Informé que la commune de Collonges était sorti d'un groupement de commande sur les fournitures de bureau, j'ai demandé qui était l'élu en charge de la commande publique qui avait conduit les discussions avec Collonges : Michel de Smedt venait seulement d'apprendre quelques jours plutôt que cela relevait de sa responsabilité. Effectivement, il est difficile d'assumer une responsabilité si on ne sait même pas qu'elle nous est confiée !

Il a fallu plus d'une heure de discussion entre les élus de la majorité pour passer en revue de simples renouvellements de marchés où le plus souvent les offres les moins chères étaient aussi les meilleures.

Toujours aucun nouveau marché. Toujours aucun projet en vue. Voilà près d'un an que l'équipe a été élue, 8 mois qu'elle est en responsabilité, mais elle ne conduit toujours aucun projet au service de la ville et de ses habitants. Beaucoup de palabres, beaucoup de communication, mais toujours très peu d'action. Après 8 mois de mandat, on a du mal à comprendre la motivation qui a conduit l'équipe municipale à se présenter aux élections : manifestement pas la volonté de mettre en œuvre un projet de ville au service des habitants.

Avant le début de la réunion, un conseiller municipal a demandé à un agent de la commune si les jardins suspendus de la rue des Sardes étaient réellement suspendus (sic). Alors qu'il lui était répondu que non, il a demandé alors à quoi servaient les câbles sur la parois cloutées - ceux qui servent à guider les plantes grimpantes. C'était un des rares moments vraiment amusant de la réunion, un exemple de médiocrité qui était sans conséquence sur l'avenir de St Julien. Je pensais que d'assister à la chute de ceux qui ont passé 6 ans à nous donner des leçons allait être amusant, en réalité, l'ampleur de leur médiocrité est telle que chaque réunion est profondément affligeante : ils ne font pas que chuter, mais ils entrainent dans leur chute la commune et ses habitants. Cela affecte nécessairement tous ceux qui sont attachés à St Julien, et en particulier ceux qui ont donné tant de temps et d'engagement au service de la ville.

15:08 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |