Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2019-07 | Page d'accueil

mercredi, 21 août 2019

Mes propositions pour le Genevois

8C1A9BC5-FC82-4636-97F1-195A13A36F82.jpegPour ma part, je considère que la politique consiste à proposer des idées utiles pour les habitants, à convaincre de leur pertinence pour pouvoir ensuite les mettre en oeuvre. Si nécessaire, les corriger et les ajuster. Puis recommencer avec d'autres propositions. Je trouve cela beaucoup plus intéressant que de prendre des selfies, publier des photos de vacances, se faire remarquer ou faire des remarques sur les tenues vestimentaires ou d'envoyer des tacles à des ministres sur Twitter.

J'ai eu l'occasion de présenter mes idées pour le Genevois lors des deux premières éditions du magazine cantonal. La troisième édition est en cours de distribution, vous la trouverez téléchargeable en pièce jointe ci-dessous. Vous y trouverez des propositions sur la maîtrise de l'urbanisation, sur la gratuité de l'autoroute, sur la scolarisation des enfants des Genevois installés en France, sur la nécessité de planter des arbres pour nous préserver des effets du réchauffement climatique.

Bonne lecture,

Bien Vivre dans le canton de St Julien en Genevois par Antoine Vielliard.pdf

09:51 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

vendredi, 16 août 2019

75ème anniversaire de la commémoration de St Julien en Genevois

C83F5729-B741-41AA-B005-E68EB506C300.jpegLa commémoration du 75ème anniversaire de la libération se déroule un peu partout en France depuis quelques mois et pour encore quelques mois. Comme un écho de ces journées historiques, ville après ville, jour après jour, les cérémonies d’aujourd’hui résonnent en écho de l’avancée des armées de libération et de combats de la résistance.

Parmi toutes ces cérémonies, celle de St Julien est particulière, tout comme le fut cette journée du 16 août 1944 : première ville libérée par elle-même, après combats, du premier département libéré par lui-même.

Bien sûr, cela doit être restitué dans son histoire. Cela faisait déjà près d’un an que l’Italie avait signé l’armistice et rejoins les alliés, quelques mois après le débarquement de Sicile. Ici, à St Julien, les armées d’occupation Italiennes avaient fui en Suisse subrepticement à la nuit tombée le 8 septembre 1943 de crainte d’être fait prisonniers par les armées Allemandes. Les troupes d’occupation Allemande les avaient remplacées quelques jours plus tard.

Avec le succès du débarquement de Normandie, le 6 juin 1944, l’issue de la guerre approchait. Les troupes d’occupation devenaient de plus en plus nerveuses. Les miliciens aussi. Les arrestations, les contrôles, les exécutions et les déportations se multipliaient.

Le débarquement de Provence le 15 août 1944 annonce le soulèvement national avec des combats de libération un peu partout en France. Ces combats libèrent des villes et des départements, mais contribue aussi à désorganiser l’armée d’occupation et à l’empêcher de contre attaquer.

Le 15 août ce sont 350 000 hommes qui débarquent entre Toulon et Cannes, dont 250'000 Français. Ce second débarquement a pour objectif de faire la liaison avec les troupes débarquées en Normandie pour assurer le lien logistique.

En Haute-Savoie, les combats sont planifiés pour le 17 août. Pierre Ruche juge la situation intenable à la frontière suisse et demande à ses hommes de se tenir prêt. Ayant repéré les préparatifs de combat, les Allemands prennent l’initiative dès 7h du matin le 16 août. Sur tous les points du secteur frontalier ce ne sont que fusillades et éclatement de grenades. Les forces d’occupation résistent. A midi aucun poste n’est tombé.

Le commandant Ruche décide de concentrer les forces successivement sur chacun des postes.

Après de lourds combats qui feront 1 mort côté français et 2 morts côté Allemand c’est le poste de Perly qui tombe en premier sous les yeux des habitants de Perly massés à la frontière. Le poste de Valleiry suit avec 22 morts côté Allemand et 2 morts côté français. Et enfin le poste de commandement de St Julien. Les nazis reviennent à la charge de Fort l’Ecluse et incendient les villages de Bloux, Chevrier et Valleiry fusillant sept civils innocents. Ils sont finalement repoussés définitivement jusqu’au Pont Carnot. Le bilan de cette journée de libération s’élève à 9 morts côté français et 24 côté allemand.

L’histoire de la libération de St Julien est la contribution des combattants de St Julien à l’histoire de France. Un peu partout en Haute-Savoie et dans la Vallée du Rhône, le soulèvement national parvient à désorganiser l’armée d’occupation. Les alliés arrivent à Lyon début septembre, avec deux mois d’avance sur les prévisions. Un mois seulement après le débarquement, les hommes de la deuxième division blindée de Leclerc, rejoignent en Bourgogne ceux de la première division blindée de De Lattre.

Saint-Julien-en-Genevois est la première ville de Haute-Savoie libérée après combat, par elle-même, ou plutôt par ces hommes qui ont pris l’initiative de se battre pour notre liberté jusqu’à la mort. Lancer la révolte en premier c’est aussi héroïque que de choisir de partir au front en première ligne. Ils ont vécu jusqu’au sacrifice suprême cette maxime de la résistance héritée de la révolution : Vivre Libre ou Mourir.

M. Pinsard, votre présence parmi nous ce matin est un honneur. Quelques soit notre reconnaissance et nos remerciements pour votre action, ils resteront dérisoires face au cadeau de la liberté que vous avez contribué à nous rendre. Témoin de ces jours historiques, compagnon d’armes de ces héros et héro vous-même, vous êtes notre mémoire mais aussi une source d’inspiration.

Cette commémoration est pour nous l’occasion de vous rendre hommage ainsi qu’à tous vos camarades disparus ce jour là et depuis. Que cette commémoration soit pour nous l’occasion de leur rendre hommage et à notre échelle, de manière pacifique en ces temps de paix, poursuivons leur combat pour la liberté, l’égalité et la fraternité.

 

 

10:03 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

jeudi, 15 août 2019

Municipales 2020 : une nouvelle équipe, un nouveau projet

Dans quelques mois auront lieu les élections municipales. Depuis le début de l'année, nous travaillons à élaborer un nouveau projet et à constituer une nouvelle équipe.

Bien sûr le projet sera en continuité avec ce qui a été entrepris depuis près de 6 ans. Cependant, c'est un nouveau chapitre qui s'ouvre pour St Julien : des enjeux nouveaux ont pris de l'importance comme la transition énergétique et la préservation de la biodiversité qui nécessitent d'aller plus loin, plus vite et plus fort que les mesures que nous avons pu prendre depuis plusieurs années. Sur la mobilité, de nombreux itinéraires piétons, cyclables et de transports collectifs ont été réalisés, mais il faudra aller plus vite et plus fort. La transformation du petit bourg en ville agréable doit aussi se poursuivre et s'accélérer. Un nouveau chapitre de l'intercommunalité doit aussi s'ouvrir pour plus d'efficience et de mutualisation.

Depuis janvier, 6 réunions plénières thématiques ont eu lieu sur les thèmes importants pour St Julien. Une trentaine de personnes a déjà participé à ces réunions de travail : pour moitié des conseillers municipaux sortants et pour moitié des habitants qui souhaitent s'engager pour la commune. Nous poursuivons désormais le travail en sous groupes thématiques sur les principaux enjeux communaux. Notre objectif est de décliner un nouveau projet de ville qui se traduira par de nouveaux engagements politiques pour l'avenir.

Si vous souhaitez vous engager pour la commune vous pouvez nous rejoindre. Venez contribuer au projet de ville et peut être, si vous le souhaitez, devenir conseiller municipal. Je me tiens à votre disposition pour plus d'informations.

10:43 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

mercredi, 14 août 2019

Les pétitions c'est important !

Une commune, un pays, ce sont des communautés. Pour progresser, pour avancer, il faut travailler ensemble et entraîner. La transition énergétique et la préservation de la biodiversité, l'amélioration de notre compétitivité pour retrouver le plein emploi, le rétablissement de nos comptes publics ou encore la contribution aux objectifs de paix et de développement humain dans le monde, nécessite une mobilisation collective à l'échelle nationale.

Même à l'échelle d'une commune, la propreté, la lutte contre les cambriolages, l'amélioration des conditions de circulation, tous les sujets nécessitent une mobilisation collective. Beaucoup de choses peuvent se décider en mairie, mais resterait sans effet sans la mobilisation collective des habitants.

Pour que chacun contribue, il faut que chacun soit associé aux décisions. C'est la raison pour laquelle nous avons associé les minorités aux décisions du conseil municipal au travers des commissions, organisé une réunion publique par mois en moyenne sur le mandat, mis en places des enquêtes publiques et des questionnaires, créé des comités de quartier, consulté des citoyens tirés au sort.

Nous aimerions pouvoir plus compter sur les pétitions pour contribuer à cette démocratie participative. Comme cela se fait à Genève avec le droit de pétition : les pétitions y sont vérifiées et font l'objet de débat au parlement puis de réponses officielles et parfois de proposition de loi.

A St Julien, nous constatons que les pétitions ne sont malheureusement pas assez prises au sérieux par ceux qui les signent et ceux qui les font signer : nous avons eu des pétitions avec des centaines de signatures hors commune, parfois même des quatre coins d'Europe !

La pétition sur la prétendue suppression de parking au cœur de ville est une pétition mensongère qui tente de faire croire que l'offre de stationnement sera réduite ce qui n'est pas le cas : la gratuité dans les parkings existant sera étendues et un parking souterrain sera créé. J'ai eu l'occasion de la signer moi-même tant le projet "cœur de ville" y répond déjà ! Combien de centaines de personnes ont été trompées par un habitant qui défend surtout son privilège de pouvoir stationner gratuitement en bas de chez lui ? Bien sûr, cette pétition sera sans effet sur le projet cœur de ville puisque la demande est déjà prise en compte. D'ici quelques semaines ou quelques mois, le bouche à oreille faisant son office, et le temps son oeuvre sur les mémoires, ces mensonges disparaîtront.

Une autre pétition a pu circuler, exigeant le classement de la mairie comme monument historique : comme s'il était dans l'intention de quelque municipalité que ce soit de détruire la mairie !?! La seule chose qui pourrait nuire au bâtiment de l'Hôtel de Ville c'est qu'il perde toute utilité publique. Une menace impossible aujourd'hui, mais qui verrait le jour si le bâtiment était classé : il est étouffant pendant les chaleurs d'été, difficile à chauffer dans certaines parties l'hiver. Il doit être adapté aux conditions climatiques d'aujourd'hui pour pouvoir rester durablement un lieu de travail pour les agents et d'accueil pour les habitants. Les normes d'accessibilité sont plus exigeantes aujourd'hui qu'elles ne l'étaient lors de sa construction. Il faudra des rampes d'accès et des ascenseurs. Toutes choses qu'un classement aux monuments historiques rendrait difficile voir impossible. Un classement condamnerait la mairie à une inutilité et à un abandon ! Les signataires en ont-ils conscience ?

Mais surtout, j'ai été très étonné de voir les propriétaires de commerces du centre ville signer une pétition qui demande des fouilles archéologiques. D'abord parce que de toute façon la loi encadre la chose assez précisément : la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) est notifiée et précise la nécessité de faire des fouilles. Les fouilles sont prescrites s'il est probable d'y faire des découvertes originales qui n'auraient pas pu être faites ailleurs. A ce stade, selon un architecte du patrimoine qui a travaillé dans le secteur, le site qui a le plus d'intérêt était sous la Rose des Vents. Il est probable qu'il ne reste plus rien. Si la DRAC estime qu'il y a du potentiel, les travaux doivent être interrompus quelques mois pour laisser le temps à la DRAC de mobiliser une équipe d'archéologues, puis 3 mois pour que ces archéologues puissent faire des fouilles et ensuite le temps qu'il leur faudra pour finaliser ces fouilles. Bien sûr, cela sera mis en oeuvre conformément à la loi s'il est jugé que les fouilles peuvent avoir un intérêt. Le cas échéant, pendant ces longs mois, il n'y aura ni stationnement ni alternative au stationnement. L'activité commerciale et la circulation s'en trouveraient particulièrement perturbés au centre ville. Je doute que les commerçants qui opèrent à la Rose des Vents aient eu conscience de cela lorsqu'ils ont signé la pétition exigeant des fouilles archéologiques devant leur magasin !

Pour ma part, je fais la part des choses dans ces signatures de commerçants qui manifestement n'ont pas pris la mesure des conséquences de ce qu'ils demandent sur leur propre activité. Mais la pétition a aussi été envoyée à la DRAC qui sera sans doute à la fois très heureuse et profondément surprise de ce soutien original des commerçants pour des fouilles archéologiques.

Pour notre part, nous aimerions pouvoir mieux prendre en compte les pétitions. Cela suppose que ceux qui prennent l'initiative de pétitions informent pleinement les signataires et veillent à ne pas les induire en erreur. Cela suppose que les signataires soient réellement de la commune. Cela suppose aussi que les habitants prennent la mesure de l'importance que revêt leur signature à une pétition et soient pleinement conscients des conséquences de ce qu’ils approuvent en signant.

10:42 | Commentaires (1) | |  Facebook | |  Imprimer | |