Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Point de situation Covid 19 au 7 mai 2020 | Page d'accueil | Merci de votre confiance au cours des 6 dernières années »

jeudi, 14 mai 2020

Deux mois de confinement à votre service

Dès le samedi 29 février un premier cas de Covid 19 a été confirmé à St Julien. La Haute-Savoie a été parmi les premiers départements touchés en France. St-Julien a fait partie des 5 premières communes touchées dans le département. En une semaine, deux autres familles étaient également contaminées par deux autres sources différentes. St Julien est passé très près de la catastrophe : nous aurions pu être l'un des principaux clusters du pays.

Selon le rythme de diffusion de l'épidémie avant le confinement une personne contaminée conduisait à la contamination de 2000 autres 30 jours plus tard. Avec 7 cas confirmés à St Julien début mars, toute la commune aurait pu être contaminée avant la fin du mois. Nous pouvons tous remercier l'excellent travail réalisé par l'antenne départementale de l'Agence Régionale de Santé sous la direction de Luc Rollet et en lien avec les équipes du CHANGE. En permettant d'identifier très rapidement les premiers cas, de les isoler, de conduire les enquêtes épidémiologiques en version commando et en plaçant en quarantaine les personnes contacts, l'ARS a sauvé la vie de plusieurs St Juliennois et la santé de milliers d'autres. Le CHANGE y a grandement contribué en faisant les tests sur place et en accueillant les premiers malades en quarantaine. Merci à eux ! C'est ce travail que nous devrons tous faire collectivement dans les prochains mois dès l'apparition du moindre symptôme pour éviter une nouvelle propagation du virus parmi nous.

Dès début mars, les services communaux ont largement communiqué sur les gestes barrières. Des affichettes de sensibilisation ont été apposées aux portes d'entrées des immeubles par les agents de la commune permettant de diffuser les pratiques de prudence. L'ensemble des supports d'information communaux ont été mobilisés pour les appels à la prudence.

Le vendredi 13 mars, avant même que le confinement ne soit annoncé, et alors qu'il semblait encore inimaginable pour beaucoup d'entre nous, nous avons convoqué une réunion de crise avec l'ensemble des services communaux afin de mettre en place le plan de continuité d'administration. L'objectif était d'assurer la continuité du service et de réduire les risques de contamination en mettant en place le télétravail généralisé partout où c'était possible. Le samedi 14 mars après midi, l'équipe Vive Saint Julien s'est réunie pour préparer un plan d'action pandémie à mettre en oeuvre dès le lendemain de l'élection si les électeurs nous faisaient confiance. Avec le confinement et la prolongation du mandat, nous avons pu mettre en oeuvre les idées immédiates pour les premières semaines.

Pour notre part, nous avons commandé des stocks de gel hydroalcoolique dès le début du mois de février. Nous étions parmi les premières communes à en commander. Nous étions bien équipés pour les élections municipales. Les élections municipales ont été organisées selon les consignes strictes de sécurité : marquage au sol, distanciation, isoloirs retournés, gel hydroalcoolique, pas de tampons sur les cartes d'électeurs et pas de contact avec les pièces d'identité. La quasi totalité des assesseurs ont respecté les consignes pour sécuriser les citoyens et montrer l'exemple.

Le confinement a commencé le mardi 17 mars à midi. Nous avons supprimé l'éclairage public nocturne. Nos habitudes à tous devaient changer fondamentalement et rapidement. L'extinction de l'éclairage public a permis d'accélérer cette prise de conscience. Nous savions que ces changements provoqueraient des désagréments, mais qui nous ont semblé secondaires par rapport à l'avantage de stopper la propagation du virus à St Julien en dissuadant les sorties nocturnes.

Nous avons constaté que de nombreuses personnes se rassemblaient sur les aires de jeux et les parcs. Nous avons pris un arrêté de fermeture des parcs et jardins. Jusqu'au jeudi soir, toutes les décisions étaient prises en lien avec la future municipalité, d'abord avec Véronique Lecauchois qui a ajouté une bonne partie de son équipe ensuite. Donnant son accord sur la fermeture des parcs et jardins, Véronique Lecauchois jugeait utile d'ajouter par écrit  "...et on communique en disant que c'est suite aux directives du Président et de son ministre Gastaner (sic)". Cependant, j'ai pu observé l'incapacité de la future municipalité à passer de la discussion à la décision collective : chacun y allait de son petit commentaire sur des boucles Whatsapp qui jamais ne se terminaient par une décision collective. J'ai pu mesurer à quel point ils n'avaient pas pris la mesure de la gravité de la pandémie : ils étaient près à réunir un conseil municipal au complet et ouvert au public le 20 mars en plein confinement. "Ce serait tellement dommage qu'ils ne puissent pas venir" estimait encore Véronique Lecauchois alors que le confinement était en cours et que le virus circulait activement à St Julien. Ils se déplaçaient en groupe avec des personnes à risque. Et le pompon a été la distribution de pain dans les hameaux en porte à porte pendant le confinement par une ex-gilet jaune et future adjointe, ce qui a valu à St Julien de faire le buzz dans toute le Grand Genève. Dans la phrase « Restez chez vous, sauvez des vies » il y a manifestement une partie qui n’a pas été comprise par la future municipalité.

Lorsque le Premier Ministre a annoncé le report des conseils municipaux inauguraux, il est apparu que je devrai personnellement assumer la responsabilité juridique de la commune pendant deux mois. Des vies étaient en jeu. J'ai donc décidé de reprendre les rennes et de confier à la future équipe municipale la responsabilité des décisions qui impliquaient la commune pour les mois et les années à venir et que nous nous consacrions pour notre part aux affaires courantes et aux urgences de la situation de pandémie. Peu d'équipes municipales sortantes en France ont ainsi permis à des équipes qui avaient passé des mois et des années à les critiquer agressivement, de prendre des décisions avant leur installation formelle. Nous l'avons fait. Ils ont ainsi pu procéder aux recrutements d'une nouvelle directrice générale et d'un nouveau directeur des services techniques. Quelques semaines avaient passé, ils ont pris ces décisions non plus de manière collective mais avec ce qu’ils appellent désormais « le noyau dur ». D'autres que nous auraient pu procéder au recrutement ou laisser les postes vacants : nous avons privilégié l'intérêt général.

Nous avons pris la décision d'instaurer un couvre feu. Cette décision a été prise suite à la recommandation publique du ministre de l'intérieur et en lien avec les forces de l'ordre de St Julien. Au cours des premiers jours du confinement, il y avait beaucoup d'infractions. La police municipale n'a eu le droit de verbaliser les infractions au confinement qu'à compter du lundi 23 mars. Du 17 au 22 mars les gendarmes étaient seuls habilités à effectuer ces contrôles. Il apparaissait utile de faciliter le travail de nuit par un couvre feu afin de concentrer les moyens sur le contrôle du confinement le jour. Par ailleurs, le message de couvre feu a grandement contribué à appuyer la consigne de confinement. Dès la mise en place du couvre feu et avec le renfort de la police municipale, le confinement a été très largement respecté à St Julien. On voyait dans la commune en pleine semaine moins de monde qu'un dimanche du mois d'août. La député a jugé utile de contester le couvre feu de St Julien auprès du Préfet, qui a lui même jugé utile d'émettre des doutes sur le couvre feu auprès de la député, et la député s'est empressée de répéter les doutes du Préfet auprès de journalistes du Messager. Pendant qu'on travaillait à sauver des vies, Virginie Duby-Muller continuait d'être égale à elle-même.

La vague épidémique a été modérée à St Julien et la décrue est intervenue très rapidement. Même s'ils sont incomplets à ce jour, les chiffres de l'état civil indiquent une mortalité en baisse sur le mois de mars et en légère hausse sur le mois d'avril : très loin des statistiques nationales d'une surmortalité de près de +40% et des statistiques départementales d'une surmortalité de +20%. Les morts n'étant pas toujours enregistrés sur la commune, il faudra attendre les statistiques de l'INSEE pour savoir combien de vies ont pu être sauvées grâce à l'effort collectif de tous les St Juliennois.

En 2014, lorsque nous avons été élus, il n'y avait pas assez de liquidités pour payer les traitements des fonctionnaires dès le mois de mai. Pour notre part cette année, nous avions planifié une ligne de trésorerie de 2,8 millions d’euros et un emprunt de 2 millions d'euros sur lequel nous pouvions tirer. Normalement, la commune n'aura besoin ni de l'un ni de l'autre avant la transition. La future équipe municipale aura 4,8 millions d'euros de liquidités disponibles en plus du courant pour les prochains mois. Il fallait quand même être prêt en cas de retard de paiement ou d'imprévu. Soit cotracter la ligne de trésorerie à 0,49% d'intérêts ou l'emprunt à 2,04%. J'ignore pour quelle véritable raison Michel de Smedt, l'ancien et le futur adjoint aux finances, souhaitait le 29 avril tirer l'emprunt pourtant 4 fois plus cher pour un surcoût de 7500 euros par trimestre pour les St Juliennois, mais je pense que nous devons tous nous inquiéter pour les finances communales dans les prochaines semaines et nos taux d'imposition pour 2021. Pour ma part, j'ai pris la décision de contracter la ligne de trésorerie conformément à l'intérêt général des habitants.

Contrairement à de nombreuses communes, nous avons maintenu le marché du vendredi 13 mars car il s'agissait d'un commerce alimentaire de plein air qui nous semblait moins risqué que les commerces habituels. Nous avons demandé à l'ensemble des exposants de mettre en place des mesures strictes de sécurité ce qu'ils ont fait de manière parfaitement responsable. Les marchés ont ensuite été interdits par le confinement. Des dérogations ont été possibles mais uniquement dans les communes qui ne disposaient pas de commerces alimentaires. Dès que nous avons pu obtenir une dérogation préfectorale, le marché à réouvert à St Julien le vendredi 3 avril : avec uniquement les commerces alimentaires, avec un parcours, des distances, des gels hydroalcooliques en entrée et sortie. Merci aux agents communaux qui ont mis en place cette organisation exemplaire. Il reprendra sa pleine activité dès la semaine prochaine. Merci à chacun de venir autant que possible avant 10h et après 12h afin d'éviter les regroupements de personnes.

Une de nos préoccupations majeure a été les violences familiales. Nous avons à nouveau sensibiliser sur ce sujet. Des affiches, des messages internet et sur les réseaux sociaux ont été diffusés pour informer les victimes de ressources disponibles.

Sous la responsabilité de la directrice générale des services et du directeur des services techniques, l'ensemble de l'administration a continué de fonctionner à distance. St Julien était plutôt bien préparé : pionniers parmi les communes du département, nous avions introduit le télétravail depuis quelques années, il y avait des portables pour les réunions et pour le télétravail, nous avions des logiciels métiers, des serveurs sécurisés, des formations des agents pour travailler à distance. Nous avions surtout un fantastique service informatique heureusement mutualisé avec la communauté de communes. Bien sûr rien n'est facile à distance, mais les agents de la commune ont fait preuve de créativité, d'initiative et d'engagement : le service jeunesse a réinventé son métier en mode confinement, le service enfance a organisé un carnaval à la maison, l'état civil s'est organisé pour accueillir les familles suites aux naissances et aux décès qui n'ont pas cessé. Les finances ont continué de payer les factures des fournisseurs pour les aider à passer le cap du confinement.

Les services sociaux de la commune ont du remplacer le service de portage de repas qui était trop risqué pour les personnes à risques par un service de courses à domicile doublé d'un service de suivi téléphonique de l'ensemble des bénéficiaires. Ils ont garantit la continuité de l'épicerie sociale. Les services enfances et scolaires ont assuré l'accueil des enfants des personnels soignants particulièrement nombreux à St Julien : tant avec le personnel de l'hôpital que le personnel des établissements de santé genevois. Les inscriptions scolaires pour la prochaine rentrée ont été fait. Les instructions de permis ont continué. Les services voiries, bâtiments et marchés publics ont du s'assurer d'abord de l'interruption ordonnée des travaux puis petit à petit de leur reprise dans des conditions sécurisées. La communication a été particulièrement mobilisée pour informer, répondre et diffuser les messages de prudence. La circulation a été chaotique alternant entre routes désertes et bouchons monstres : la police municipale a organisé des convois pour permettre aux soignants et aux véhicules de secours d'accéder à l'hôpital malgré les bouchons. La police a dû assurer également les permanences funéraires pour sécuriser les mises en bière. Le centre technique municipal a continué d'entretenir les bâtiments, les voiries, le matériel et les espaces verts mais avec des effectifs réduits. J'exprime ici une profonde reconnaissance publique et collective à l'attention de Charline Renevret, Directrice Général des Services qui quitte ses fonctions la semaine prochaine et à Thierry Adam, directeur des services techniques, qui a cessé ses fonctions au 1er mai et qui tous deux ont eu un engagement exemplaire au service de tous durant toutes ces années et jusqu'au terme de leur contrat. J'engage tous ceux d'entre vous qui ont pu bénéficier de la continuité des services communaux ces dernières semaines à exprimer votre reconnaissance aux agents concernés. Une reconnaissance méritée. Les adjoints chacun dans leur délégation ont travaillé en lien avec les services. Pour ma part, au delà des prises de décision et du suivi des affaires courantes, j'ai tâché d'informer les habitants lorsqu'il y avait des éléments nouveaux d'information.

Les services ont produit un tableau recensant toutes les décisions à prendre. Nous avons attribué la responsabilité des décisions à l'équipe en place pour les urgences, le courant et le court terme ou en la déléguant à la future équipe pour toutes les décisions importantes de moyen et long terme. A charge pour eux de prendre les décisions qui concernent les prochains mois.

Dès l'annonce de la réouverture des écoles, les équipes ont travaillé sur les conditions d'accueil. En lien avec les animateurs, les ATSEM, les enseignants, les directeurs d'écoles, l'éducation nationale et les parents d'élèves. Il a fallu de nombreuses réunions de travail jusqu'aux conseils d'écoles dans les quatre écoles de la commune. Le dernier conseil d'école a eu lieu le jeudi 7 mars au soir. Les équipes de la commune ont travaillé le vendredi 8 mai, jour férié et le week-end. Des approvisionnements sont arrivés le jeudi, puis le lundi et les derniers le mardi matin. Les équipes étaient mobilisées jusqu'au lundi soir à 20h pour permettre l'ouverture des écoles le mardi matin. Sans attendre, dès le début d'après midi, unilatéralement et sans informer ni l'éducation nationale ni la commune les directeurs d'écoles ont informé les parents d'un report de la rentrée de deux jours. Cela a valu quelques messages d'insultes de parents d'élèves aux agents qui avaient travaillé d'arrache pied pour organiser la rentrée. Le mardi matin nous avons inspecté l'ensemble des écoles pour s'accorder sur la réouverture ce jeudi 14 mai.

Le vendredi 8 mai nous avons souhaité maintenir la cérémonie de commémoration de la fin de la seconde guerre mondiale : en période d’isolement ces moments collectifs sont encore plus importants. La préfecture autorisait des manifestations mais pas avec plus de 5 personnes. Le Sous Préfet ayant confirmé sa venue, il ne pouvait y avoir que 4 autres participants. Dans un esprit d’ouverture, j’ai proposé à la future équipe municipale de désigner deux personnes et que nous venions nous mêmes avec 2 personnes. Rien ne nous y obligeait, mais cela m'a semblé juste. Manifestement, même le 8 mai, la future équipe municipale n'avait toujours pas pris la mesure de la pandémie : ils sont arrivés à plus d'une dizaine sur la place de la mairie, dont une personne à risque ! Alors que je lui faisais remarquer qu'un tel attroupement était illégal, "Mais t'es vraiment incroyable ! Mais c'est comme au marché" m'a objecté Véronique Lecauchois, oubliant qu'au marché il y avait un sens de circulation, des distanciations, des gels hydroalcooliques et des barrières de sécurité. Non seulement ils se mettent en danger les uns les autres, mais ce faisant ils mettent en danger tous les St Juliennois. Comment aurait évolué la pandémie à St Julien si la nouvelle équipe avait été installée le 20 mars, sans couvre feu, sans extinction de l'éclairage public, sans préparation, sans décision, sans prise de conscience de la gravité de la situation ? Les prochains mois permettront peut être de répondre à cette question.

La commune n'a pas reçu les masques tant vantés de la région Auvergne Rhône Alpes. La région a préféré favoriser les communes rurales à forte participation électorale plutôt que les communes urbaines à forte densité de population. Nous n'avons toujours pas de date de livraison à ce jour. Heureusement, les masques sont disponibles sur réservation dans les grandes surfaces et pharmacies de la commune et vous trouverez également le matériel nécessaire pour vous en fabriquer vous même à la Maison de la Couture.

La commission de sécurité se réunira le jeudi 28 mai au matin pour permettre l'ouverture au public des écoles Nelson Mandela. Nous assumerons cette dernière responsabilité pour des écoles qui représentent l'investissement communal le plus important de toute l'histoire de St Julien. Un projet qui verra le jour à la rentrée prochaine et que nous avons mené à bien malgré les oppositions des minorités LR et PS qui forment ensemble la future municipalité. Le Conseil Municipal se réunira à la suite de cette commission de sécurité pour procéder à l'élection de la nouvelle municipalité.

J'ai jugé utile de vous rendre compte de notre action pendant le confinement comme nous l'avons fait tout au long du mandat, en toute transparence. Pour ma part, je vous adresserai un dernier message en tant que maire sur ce blog le jeudi 28 mai au matin.

20:19 | Commentaires (3) | |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

Un grand merci à Antoine VIEILLARD pour le bon travail accompli au cours de son mandat.
Nous comptons sur sa forte personnalité et son ses des responsabilités pour continuer à s'investir et exprimer ses idées pur défendre les intérêts des habitants de ST-JULIEN
Meilleures salutations.
M et Mme Dereux

Écrit par : Dereux | vendredi, 15 mai 2020

Bonjour Monsieur le Maire,
Merci pour votre engagement.
Morgane, Erwan et Virginie

Écrit par : Marechal | dimanche, 17 mai 2020

Bonjour Monsieur
Merci pour votre implication et le travail effectué pendant ces 6 années.
Au plaisir de vous rencontrer à Lathoy.

Écrit par : Roset Pascal-Lathoy | mercredi, 27 mai 2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.