Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La méthode brutale de Fillon n'aurait pas permis à St Julien de rééquilibrer ses comptes publics | Page d'accueil | Le naufrage de la droite dépasse la seule candidature de François Fillon »

jeudi, 02 mars 2017

La crise de régime de la Vème république

La crise de régime, nous y sommes. Depuis le 21 avril 2001, la Vème république ne tourne plus rond. Deux partis minoritaires ont détourné le suffrage majoritaire pour imposer leurs lois à la majorité de la population. Les Français se sentent de plus en plus impuissants face à une représentation nationale qui n'en a plus que le nom.

Le copinage et la loi du silence ont remplacé le contrôle démocratique et à la transparence. Des pratiques politiques d'un autre temps ont pu ainsi perdurer à travers le changement de millénaire.

Le duopole alternant à remplacer la construction de coalition de gouvernement. Le débat public sur l'intérêt général a été remplacé par un cirque d'invectives partisanes sectaires qui n'accouche d'aucune proposition constructive au service du pays. A force de se détruire, la gauche et la droite ont finit par détruire la république.

Accroché au rêve d'une alternance promise, le candidat de droite part à la dérive et prépare un report des voix de droite sur une extrême droite en position de force pour le second tour.

Voilà maintenant 16 ans que la Vème république est à bout. Voilà 15 ans que, contre toute apparence, elle résiste. Les institutions sont surprenantes parfois. Mais là les fissures apparaissent de partout en même temps. La droite et la gauche voit l'échéance électorale approcher comme un condamné regarde la potence. D'ors et déjà, un quart des parlementaires renonce à poursuivre leur engagement, un sauve qui peut historique qui sera sans doute complété lors des élections législatives.

D'ors et déjà, le prochain président de la république, quel qu'il soit, sera affaiblit. Il aura la légalité pour lui, mais il lui faudra une légitimité populaire plus grande que cette campagne pour gouverner la France.

Il est temps de sauver les murs de la République. Il est temps de sauver la France et ses valeurs qu'elle porte pour le monde. Il est temps de sauver la fierté nationale mise à mal. Il est temps de s'unir tous ensemble au service du pays pour le redresser. L'union nationale doit désormais devenir réalité.

 

22:14 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.