Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Je ferai tout pour aider #Macron | Page d'accueil | La crise de régime de la Vème république »

jeudi, 02 mars 2017

La méthode brutale de Fillon n'aurait pas permis à St Julien de rééquilibrer ses comptes publics

saint julien en genevoisDans un mois seront présentés au conseil municipal les comptes administratifs de St Julien pour 2016. Il permettront de vérifier en monnaie sonnante et trébuchante l'ampleur des économies réalisées par la commune. Ces économies permettent aujourd'hui à la commune d'investir : de construire les écoles qu'elle aurait du construire depuis longtemps, de commencer, petit à petit, à remettre à niveau ses bâtiments, ses équipements sportifs et culturels, sa voirie, son matériel, les outils de travail des agents et ses espaces publics.

Le devoir est accompli. La semaine dernière nous avons présenté à six banques le résultat de ces efforts. Au vue de ces résultats, les partenaires financiers de la commune sont très intéressés à financer nos investissements. Au total, la commune de Saint Julien dépensera plus, mais elle dépensera surtout beaucoup mieux : elle dépensera moins en fonctionnement et beaucoup plus en investissement pour préparer son avenir.

Ces économies ont été possibles grâce à la participation de chacun. Il a d'abord fallu partager le diagnostic : la commune avait laissé filer ses dépenses et était dans une situation où elle risquait de ne plus pouvoir rembourser ses emprunts et donc encore moins ses investissements futurs. Ce diagnostic a été partagé avec les agents, avec les habitants et avec tous les partenaires. Il a été fait par un cabinet indépendant, utilisé par la précédente équipe municipale, dont le diagnostic était incontestable.

Nous avons chercher à responsabiliser tout le monde dans cette démarche : car l'argent public c'est l'argent de tous et pas l'argent de personne. Les agents ont été sollicités : ils voient au jour le jour les actions de la commune et ont proposé de nombreuses idées d'économies. Les habitants ont été sollicités. Tous les conseillers municipaux ont été sollicités dans cette démarche y compris les minorités et en toute transparence.

Toutes les idées ont été prises en considération. Il a été répondu à chacune. La majorité des idées étaient pertinentes et ont été prises en compte. D'autres étaient irréalistes mais ont pu inspirer d'autres idées. Certaines étaient impossibles à mettre en œuvre au quel cas il a été expliqué pourquoi.

Si nous avions fait comme François Fillon le propose des économies brutales et autoritaires simplement parce que nous avions remporté les élections, l'une ou l'autre des minorités auraient critiqué chacune de nos mesures d'économies comme l'a fait la minorité de gauche, mais nous n'aurions pas pu les placer face à leurs propres responsabilités "quelles économies alternative proposez vous ?". Si nous avions fait comme François Fillon, chacun aurait pu estimer être ciblé, avec notre démarche, les associations, la MJC, la Présentation de Marie, les agents, les élus, les automobilistes, les résidents secondaires, les propriétaires bailleurs, les fournisseurs avaient tous conscience qu'ils participaient à un effort collectif et que personne n'était particulièrement ciblé.

C'est parce que nous avons responsabilisé chacun, que chacun a pu contribuer à l'amélioration de l'efficience de la dépense publique communale, au quotidien, dans son travail pour les agents, ou dans les commissions pour les élus, dans le cadre des marchés publics pour les fournisseurs. Avec la méthode brutale et autoritaire de François Fillon, nous n'aurions pas pu bénéficier de cet engagement collectif.

Bien sûr avec la méthode de François Fillon, nous aurions pu avoir des grèves, des pétitions, des manifestations, nous aurions pu renoncer à restaurer l'équilibre des comptes publics communaux et nous aurions pu ensuite nous plaindre en prétendant que la France est ingouvernable.

Plutôt que l'infantilisation d'une méthode autoritaire, nous avons fait au contraire le choix de la responsabilisation collective. Nous avons fait le choix d'y arriver tous ensemble. Bien naturellement, nous remercions toutes les personnes qui ont contribuées à ce succès. Cette démarche d'économie a été une chance pour la commune car elle nous a permis d'améliorer l'efficacité de nos dépenses et de mieux investir pour l'avenir.

 

PS : bien sûr, je ne parle ici même pas de la méthode de Benoit Hamon, qui consiste à refuser d'améliorer l'efficacité de la dépense publique et à refuser de rembourser les emprunts passés. Avec la méthode de Benoit Hamon, nous n'aurions pas gagné en efficacité, et nous n'aurions pas pu financer les écoles, car nous n'aurions pas pu emprunter pour les payer.

 

11:12 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.