Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 3ème année de baisse consécutive du trafic routier avenue de Genève | Page d'accueil | Qu'a donc fait Pierre Maudet de si grave ? »

lundi, 17 septembre 2018

Les scandaleux profits de l'ATMB... en hausse de +9% !

L'ATMB réalisait déjà des profits exorbitants l'an dernier avec une marge nette qui représentait 30% de son chiffre d'affaire. A titre de comparaison, le groupe LVMH, privé, coté en bourse et dans le domaine du luxe ne réalise une marge nette "que de" 13%. La marge de l'ATMB a encore augmenté de +9% en 2017 passant de 56 millions à 62 millions. Pour être totalement transparent, il faudrait également ajouter les 30 millions d'euros d'impôts payés par l'ATMB à son actionnaire principal qui est l'Etat.

Au total les usagers seront heureux d'apprendre que la moitié de leur ticket d'autoroute est en réalité un impôt déguisé. A ces niveaux là, peut-on encore parler d'impôts ?

En théorie on pourrait se réjouir s'il s'agissait d'une saine gestion. Cependant, chacun constatera que l'ATMB vit dans une telle opulence qu'elle n'a pas encore mis en œuvre la gestion différenciée des espaces verts comme les communes doivent le mettre en œuvre dans les villes. Nos abords d'autoroute sont entretenus comme des terrains de golf inclinés pendant que des prairies fleurissent dans nos villes. On peut constater que l'ATMB est un grand investisseur d'espaces publicitaires dans les médias locaux, ce qui explique peut être pourquoi des journalistes de la presse locale m'ont exprimé les difficultés qu'ils avaient à écrire librement des articles sur l'ATMB.

A l'ATMB on estime légitime ces profits exorbitants sous prétexte qu'il s'agirait d'une entreprise publique. Les profits sont légitimes lorsqu'ils sont raisonnables, lorsqu'ils rémunèrent une prise de risque financière. Ils sont moins légitimes lorsqu'ils deviennent déraisonnables. Ils sont scandaleux lorsqu'ils ne rémunèrent aucune prise de risque. S'agissant ici d'un monopole et de fonds publics du contribuables, le niveau de prises de risque ne justifie pas une rémunération aussi délirante d'une marge nette de 30%.

Les initiatives de l'ATMB pour favoriser le covoiturage et tous les modes de transport alternatifs sont les bienvenues, mais elles ne sauraient excuser un niveau de marge outrancier.

Avec un tel niveau de profit, il serait absurde d'ajouter un péage entre Annemasse et St Julien. Au delà de l'absurdité économique, ce serait surtout une absurdité juridique, environnementale et de mobilité. En effet, selon les dernières données de la DDT, la route nationale gratuite est déjà saturée avec un trafic variant entre 5000 et 16000 véhicules selon ses sections. Dans le même temps ce sont près de 50000 véhicules qui passent chaque jour sur l'autoroute A40 entre Annemasse et St Julien. Si seulement 10% de ces véhicules abandonnaient une autoroute qui serait devenue payante, le trafic doublerait sur des sections de la route nationale et engorgerait par ricochet l'ensemble du Genevois. Bien sûr, chacun peut s'attendre à ce que le ministère des transports qui impose à toutes les collectivités des études d'impact puisse prendre une telle décision... sans étude d'impact. Mais pour être bien sûr, en cas d'oubli, la Communauté de Communes du Genevois a commandé une étude pour mesurer le report de trafic attendu sur l'ensemble du réseau routier si l'idée farfelue de mise en péage étaient mises en œuvre. Tous les Français ont droit à un réseau routier gratuit et suffisant. C'est parce que nous ne l'avons pas que le Genevois a aujourd'hui le droit d'avoir une section autoroutière gratuite (sections gratuites qui existent également entre La Roche et la Vallée Verte ou entre Sallanches et St Gervais et autour de nombreuses agglomérations françaises).

Pour justifier de son péage, l'ATMB promeut le projet de triplement de la voie entre Annemasse et St Julien : alors même que la mise en service du Léman Express dans quelques mois doit considérablement réduire le trafic pendulaire. En résumé, pour justifier d'un prélèvement supplémentaire absurde, investissons les recettes supplémentaires dans un projet pharaonique encore plus absurde. Cela est d'autant plus grave qu'un tel projet condamnerait définitivement la possibilité de doubler la voie de chemin de fer entre Bellegarde et Annemasse. Alors qu'il n'y a qu'une unique voie de chemin de fer, et 4 voies d'autoroute, le doublement de la voie de chemin de fer est beaucoup plus important et beaucoup plus urgent.

De toute évidence, la mise en péage est socialement inacceptable. Elle donnerait lieu à des destructions à répétition de la part des citoyens. Pour ma part, je resterai vigilant et mobilisé tant que l'ATMB n'aura pas officiellement et définitivement annoncé l'abandon de cette idée absurde d'une mise en péage. Je fais confiance aux Conseillers Départementaux d'Annemasse et de St Julien, actionnaires de l'ATMB, pour veiller à ce que les habitants du Genevois aient aussi le droit de circuler gratuitement entre les deux principales villes du Genevois comme tous les autres français.

11:16 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.