Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« GLCT du Grand Genève : la question de la scolarisation des Genevois de France | Page d'accueil | Travailler à St Julien en Genevois et s'y loger »

lundi, 25 novembre 2019

Les violences familiales à St-Julien-en-Genevois

L'actualité résonne des violences familiales. Une réalité qui peut sembler éloignée pour la majorité des habitants qui ne connaissent pas ces situations. Dans le récent questionnaire auquel ont répondu près de 500 habitants, il s'agissait pour les habitants du sujet les moins importants concernant l'action social. Seulement 4 répondants sur 100 l'évoquait comme une priorité.

Cette réponse est intéressante. Elle montre que cette réalité sociale est à ce jour ignorée de la quasi totalité des habitants de St Julien.

Pourtant à St Julien comme ailleurs, les violences familiales connaissent une vertigineuse augmentation. J'ignore si cette augmentation résulte d'un meilleure traitement, d'un meilleur accueil des victimes, d'une meilleure écoute ce qui serait encourageant ou d'une violence accrue dans les familles. Je crains que cela ne soit un peu des deux. On observe dans tous les lieux et fonction d'accueil du public une violence en hausse qui traduit une violence accrue de nos rapports humains.

Si cette hausse des violences familiales est importante partout en France. La situation est bien particulière dans le Genevois. Les familles sont souvent éloignées de leurs parents et fratries : la famille nucléaire est souvent bien seule pour affronter les difficultés de la vie. Les violences familiales sont en hausse partout, mais elles partent de haut dans le Genevois.

Les femmes sont les premières victimes de ces violences familiales, mais pas uniquement, les enfants sont souvent aussi au premier rang. Les services communaux procèdent régulièrement à des informations préoccupantes auprès des services sociaux qui ont souvent du mal à faire face à le multiplicité des signalements. Parfois ce sont aussi des hommes qui sont victimes de ces violences même si c'est plus rare.

Bien souvent, les citoyens pensent que l'insécurité est une affaire nocturne sur l'espace public. Pourtant, majorité des crimes jugés  en assises sont commis par des proches, souvent au sein même du domicile familiale.

Presque chaque jour, la gendarmerie de St Julien procède à une garde à vue pour des faits de violences familiales. Presque chaque jour la maison de la justice et du droit répond à une consultation pour des faits de violences familiales.

Ces violences touchent tous les milieux sociaux, tous les quartiers.

Nous pouvons tous contribuer à réduire ces violences : les bourreaux ont des voisins qui ont une responsabilité dans la dénonciation de ces crimes. Les victimes, souvent sous l'emprise psychique ou économique de leurs bourreaux ont besoin des dénonciations des voisins pour que les faits puissent être jugés par la justice.

L'association Espaces Femmes, subventionnée par la commune, tient des permanences régulières pour les personnes concernées.

Quelques numéros doivent être mieux connus de tous :

Le 3919 : le numéro d'écoute national anonyme et gratuit qui permet d'aider les victimes et de les orienter

17 : le numéro d'urgence de la gendarmerie à n'utiliser qu'en cas d'urgence

 

13:25 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.