Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Quand tout le monde sait, il faut que quelqu'un parle | Page d'accueil | La transparence et l'omerta en Haute-Savoie »

mardi, 17 octobre 2017

Notre stratégie sur le patrimoine immobilier communal

La commune de St Julien dispose d'un patrimoine immobilier important. Plus d'une quarantaine de bâtiments communaux. Un nombre de bâtiments bien supérieur à ce que possèdent des communes de taille comparable. Un nombre de bâtiments bien supérieur à ce que la commune a les moyens humains et financiers d'entretenir. Ainsi de nombreux bâtiments communaux sont laissés à l'abandon, inutilisés, pas entretenus ou parfois les trois en même temps : l'arrière de l'Espace Jules Ferry, la boulangerie Lavorel jusqu'à ce qu'elle soit vendue, la maison Hoo Paris, l'ancienne école de Lathoy, l'ancienne école de Cervonnex, l'ancienne cure.. etc..etc...

Le plus souvent il s'agit de bâtiments anciens. Ils ne répondent plus aux normes d'accessibilité et d'isolation. Une réouverture au public nécessiterait des travaux particulièrement lourds et coûteux. Nous n'en avons ni les moyens humains ni les moyens financiers.

Le plus souvent ce sont des bâtiments de petite taille. Pourtant, comme tout bâtiment, ils ont un toit, une source d'énergie, une étanchéité, des besoins de sécurisation et d'isolation. Même pour peu de mètres carrés disponibles ils demandent autant d'attention et de travail que des bâtiments importants utilisés par le plus grand nombre. Même inutilisés ils coûtent chers, en taxe foncière, charges de copropriété, travaux minimum de maintient.

Plutôt que de les laisser dépérir et tomber en ruine, nous avons décidé de les vendre. Des acquéreurs pour une propriété privée ne sont pas soumis aux mêmes contraintes réglementaires qu'une commune pour un bâtiment ouvert au public.

Petit à petit le service bâtiment peut se concentrer sur les bâtiments réellement utilisés par les habitants et s'assurer de leur bon entretien et de leur bonne conservation. Comme pour la voirie communale, il faudra sans doute 5 à 10 années pour que le patrimoine soit à nouveau bien entretenu, utilisable et ouvert au public. Mais il faut d'abord vendre les bâtiments qui ne sont pas utilisés pour des missions de service publique.

L'enjeu de ces ventes n'est pas financier : la plupart de ces bâtiments ne valent pas grand chose. Au total, les ventes rapporteront entre 1 et 1,5 millions d'euros à la commune (logements du St Georges mis à part), très loin des 3 millions par an de capacité d'autofinancement que nous avons pu restaurer avec notre programme d'économies. Le montant des ventes représente donc à peine 10% des capacités d'autofinancement que nous avons rétablies pour le mandat. Si les habitants nous font confiance pour un nouveau mandat, c'est la capacité d'autofinancement que nous avons restaurée qui permettra à la commune de continuer à investir comme elle le fait.

Malgré tout, au delà du produit des ventes, il y a également des économies de fonctionnement non négligeables : taxe foncière perçue plutôt que d'être payée, énergie, entretien...

Au final, dans quelques années, la commune possèdera moins de bâtiments, mais ils seront mieux entretenus, ouverts au public et utilisés par un plus grand nombre d'usagers. Par ailleurs, loin de se réduire le patrimoine de la commune augmente comme jamais il n'a augmenté auparavant : jamais la commune n'a autant investit. Le patrimoine communal augmente avec des écoles en construction, des infrastructures et des bâtiments en meilleur état, un vestiaire de foot dont les travaux vont pouvoir commencer prochainement, des abribus. Au total, pour la première fois dans l'histoire de St Julien les dépenses d'investissements pour l'avenir seront presque aussi élevées que les dépenses de fonctionnement pour le présent qui est déjà passé, c'est rarissime dans une commune.

10:34 | Commentaires (4) | |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

Bonjour,
Et que va devenir le domaine David, il me semble que ça appartient à la ville depuis des années ?
Merci,

Écrit par : Fantanel | mardi, 17 octobre 2017

Bonjour,

La ferme a fait l'objet d'une donation par laquelle la commune s'est engagée à en faire un lieu pour la petite enfance ou la culture. A ce stade, il n'y a pas de projet à court terme.

La maison est occupée pour l'instant par des associations. Une réflexion doit s'engager pour son avenir, mais elle n'est pas concernée par la politique de mise en vente du patrimoine communal.

Dans les deux cas, à ce stade, nous n'avons pas de ressources financières et humaines pour nous occuper de ces projets. Cela viendra.

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard | mardi, 17 octobre 2017

Bonjour,
Comment savoir quels bâtiments sont encore à vendre, leur prix et leurs caractéristiques ?
Merci par avance pour votre réponse.
Cordialement

Écrit par : Amandine | dimanche, 22 octobre 2017

Bonjour,

Les biens sont mis en vente les uns après les autres successivement en fonction de la charge de travail sur les projets. En ce moment nous procédons à la mise en vente de l'ancienne école de Lathoy. Cependant la remise des offres est terminée. La vente est annoncée dans les supports communaux, sur place et sur les sites internet spécialisés. Vous pouvez suivre les infos également sur le site de la commune section finances communales :
http://www.st-julien-en-genevois.fr/2/mairie/323/finances-communales/379/vente-de-biens-communaux.html

Les procédures peuvent varier en fonction de la nature des biens et de leur état ainsi que de leur localisation. La maison Hoo Paris située sur la place de la libération étant donné sa localisation ET sont état a fait l'objet d'une procédure d'appel à projet. Elle est vendue pour un euro symbolique mais avec de grosses contraintes sur sa fonction et sa rénovation.

Le plus souvent nous demandons aux acheteurs de faire une offre et nous déterminons en fonction des offres reçus. Il nous est arrivé de prolonger les périodes d'offres lorsque nous jugions que nous n'avions pas assez de propositions.

Bien cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard | lundi, 23 octobre 2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.