Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Nicolas Siorak pour que Vive Saint-Julien-en-Genevois | Page d'accueil | Stéphane Cuenca pour que Vive Saint-Julien-en-Genevois »

vendredi, 07 février 2020

Du va-et-vient permanent à un début de stabilisation des habitants

Retrouvez chaque jour à 13h30 un élément de notre diagnostic de ville

Le va-et-vient permanent de nouveaux habitants freine la convivialité dans la ville

Moins d’un cinquième des habitants de St Julien y sont nés. Avec 7% d’habitants qui partent et 10% qui arrivent chaque année, le va et vient est permanent conduisant à une plus faible cohésion sociale. Une part importante des St Juliennois sont éloignés de leurs réseaux familiaux et amicaux. Ils connaissent peu leurs voisins. Souvent, ils doivent affronter seuls les difficultés de la vie : santé, tensions familiales, chômage. Cela se traduit notamment par des taux de violence familiales et de cambriolages particulièrement élevés car les voisins ne se connaissant pas, ne peuvent pas se protéger mutuellement. Le plus souvent les nouveaux habitants se sont installés à St Julien pour des raisons professionnelles sans nécessairement choisir la commune en tant que telle. Les inciter à y rester est déterminant pour faciliter le développement du lien social à St Julien. Plus que partout ailleurs, nous devons faciliter les rencontres entre des habitants qui ne se connaissent pas. Dans notre grande enquête auprès des habitants si moins de la moitié d’entre eux estiment connaitre suffisamment de monde et un quart ne souhaitent pas particulièrement rencontrer du monde à St Julien, en revanche, un habitant sur trois souhaite développer son réseau de connaissances dans la commune. Cela souligne l’ampleur du potentiel de développement du lien social.

Les St Juliennois commencent à choisir d’y rester

Au cours des dernières années, on a observé un nombre croissant de locataires St Juliennois devenant propriétaires dans la commune, signe d’un début de stabilisation des habitants. En proportion de sa population, St Julien est l’une des communes du Genevois qui connait le plus faible nombre de départ. La composition du parc d’habitat est déterminante pour la stabilisation de la population : en effet, la durée médiane d’ancienneté est de seulement 2 ans dans le parc locatif privé, 6 ans dans le parc social et 13 ans parmi les propriétaires occupants. Les habitants témoignent que l’école, la vie associative, les résidences, les manifestations et les espaces publics sont les lieux principaux de développement de la convivialité à St Julien.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.