Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La croissance exponentielle des besoins scolaires est difficilement supportable pour la commune | Page d'accueil | Du va-et-vient permanent à un début de stabilisation des habitants »

vendredi, 07 février 2020

Nicolas Siorak pour que Vive Saint-Julien-en-Genevois

Nicolas Siorak, vive saint julien en genevoisJe suis habitant de Saint-Julien depuis 2008, père de deux enfants scolarisés sur la commune. Enseignant à Genève en recherche, stratégie et adaptation aux conséquences du changement climatique, la pédagogie et la diffusion des connaissances font partie de mes engagements. Connaissant bien la ville et ses habitants j’ai eu la chance de participer à de nombreux projets collaboratifs environnementaux, sociaux, culinaires, culturels, scientifiques et sportifs. Avec mes enfants, ces domaines sont mes petits moteurs du quotidien.

Étant intervenu régulièrement à Saint-Julien lors de débats et conférences portant sur les enjeux environnementaux, je ne pensais pas donner une dimension politique à ces interventions. Ayant rejoint en 2019 un groupe de travail portant sur la durabilité, j’ai beaucoup apprécié son ouverture, sa transparence et la capacité à partager tous les points de vue. Au-delà d’une volonté d’œuvrer pour la commune, l’objectif de faire progresser la durabilité à Saint-Julien par le biais de réalisations concrètes, collectives, et d’indicateurs mesurables m’a beaucoup plu. Et pour finir, les relations humaines lors des échanges avec les différents groupes m’ont donné envie de m’investir davantage et de rejoindre la liste « Vive Saint-Julien »

Nous subissons déjà les conséquences du changement climatique à Saint-Julien, par exemple lors d’épisodes caniculaires ou de tempêtes accompagnées de pluies intenses. En raison de l’inertie climatique, ces événements vont s’accentuer en fréquence et en intensité durant les prochaines décennies. La résilience des habitants et des infrastructures à ces effets va nécessiter des efforts. Des décisions opérationnelles, comme des choix d’infrastructure, peuvent anticiper les nouvelles dimensions climatiques, diminuer leurs coûts sociaux, sanitaires mais aussi financiers.  

Ayant déjà entamé le plan de résilience de Saint-Julien, je souhaite poursuivre ce travail avec les habitants et associations, autour d’indicateurs partagés et leur suivi sur le prochain mandat. Construire et atteindre avec les Saint-Juliennois(es) ces objectifs de résilience, motivent mon engagement avec l’équipe de « Vive Saint-Julien ».

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.