Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Robin Maillard pour que Vive Saint-Julien-en-Genevois | Page d'accueil | Jean-Paul Servant pour que Vive Saint-Julien-en-Genevois »

mercredi, 12 février 2020

Mobilité de nets progrès qui restent à poursuivre

Une mobilité encore entravée malgré les progrès réalisés

La mobilité est l’un des sujets de préoccupation majeur des habitants et des actifs de St Julien. Au cours des 5 dernières années de nombreuses initiatives ont été prises pour inciter au report sur les modes de transports qui ne saturent pas les voies de circulation : couloirs de bus, abribus, doublement de fréquences de la D, stationnement payant en sortie de ville et gratuit à la gare, multiplication des itinéraires cyclables et aménagements piétonniers, incitation au covoiturage. Cela a permis de réduire de 2% le nombre de voitures sur l’avenue de Genève malgré une augmentation de la population de plus de 10%. C’est un début mais il est notoirement insuffisant pour redonner aux habitants de la liberté de déplacement. La distance médiane domicile travail des St Juliennois est de 9km. En Haute-Savoie les distances domicile travail ont augmenté de +37% en 10 ans. La réduction des distances domicile-travail est nécessaire pour réduire les besoins en mobilité. Les infrastructures routières nouvelles si elles soulagent temporairement les engorgements se retrouvent vite saturées en incitant à l’utilisant des modes de transports individuels qui les engorgent à nouveau rapidement. En revanche, les pistes cyclables, les trottoirs, les couloirs de bus sont des investissements de mobilité beaucoup plus durables. A ce jour encore 50% des déplacements sont effectués en voiture pour des distances de moins de 3km qui permettent l’utilisation des modes doux. Dans l’enquête conduite auprès des habitants, ces derniers souhaitent que soient favorisés le déplacement en transport en commun, en vélo traditionnel et électrique, à pied et en train plutôt que les déplacements en voiture, en scooter et en moto. Les difficultés à se déplacer nous placent nécessairement face à la responsabilité d’un aménagement du territoire plus cohérent : il doit permettre que les nouveaux habitants résident dans des immeubles à proximité des réseaux de transport plutôt que dans un habitat individuel qui ne peut être desservi que par des transports individuels.

13:30 | Commentaires (1) | |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

Bonjour Antoine,
L'enjeu écologique a pris une place très importante ces dernières années. La liste que tu présentes semble préoccupée par ce thème, tant mieux.
Je pense également que beaucoup a été fait pour augmenter l'offre de transport public, tenter de diminuer le trafic de transit à st julien et encourager à la pratique du vélo.
Par contre, nous avons négligé l'impact négatif des déplacements en lien avec les commerces avec une multiplication depuis une dizaine d'année de zones "périphériques" (vitam, biofrais, picard et bientôt l'extension de vitam et la zone de cervonnex), véritable "aspirateur" à voiture et créateur de nouvelle demande en déplacement individuel.
Toutes ces zones sont datées et conçues pour un usage en voiture et aucune ligne de bus ne pourra absorber la demande.
Je pense donc que les orientations futures en matière d'aménagement devront être plus radicales au regard de l'écologie et plus cohérentes pour localiser les futurs commerces dans le centre.
En espérant que ton équipe s'emparera de ce thème !

Écrit par : Villard | jeudi, 13 février 2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.