Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Avant/Après : promesses tenues (11/11) | Page d'accueil | Sylvain Dubeau pour que Vive Saint-Julien-en-Genevois »

samedi, 29 février 2020

Mathilde Chevée pour que Vive St Julien-en-Genevois

Mathilde ChevéeMathilde Chevée, adjointe à la jeunesse, a quitté la commune et ne se représente pas aux élections de mars. Elle a insufflé un changement profond du service jeunesse qui s'est réorienté de la proposition d'activité dans des salles municipales à l'autonomisation de jeunes dans le l'organisation de leurs propres projets. Cela a permis de démultiplier l'impact des actions et de passer d'une posture de consommation d'activité à initiateur de projets. Elle a souhaité témoigné dans le cadre des élections municipales : 

Ces 6 années de mandat comme adjointe à la jeunesse dans l’équipe d’Antoine Vieillard à Saint Julien ont été une de mes expériences les plus enrichissantes ! C’était la première fois que j’étais engagée dans une équipe municipale. Je ne m’étais jamais investie dans la politique, avec un apriori plutôt négatif. Activiste et engagée pour les droits des femmes, je ne pouvais pas manquer l’opportunité offerte aux femmes de participer activement à la vie de leur ville grâce à la loi sur l’équité. Je me suis donc engagée dans la liste d’Antoine. J’ai vite réalisé que c’était en fait beaucoup plus facile d’être activiste, que d’être « en charge », les choses semblent beaucoup plus simples et les solutions évidentes de l’extérieur ! 

La première année, j’ai découvert le fonctionnement d’une mairie, appris à interagir avec les fonctionnaires, des hommes et des femmes professionnels et compétents, appris à travailler avec les équipes d’élu.e.s, de la majorité et des minorités, et surtout j’ai collaboré avec les habitant.e.s, pas seulement ceux qui sont investis dans les associations locales, visibles, mais les citoyens et citoyennes silencieux, invisibles.

J’ai pris conscience de la complexité des projets, leurs interdépendances, la difficulté, voire l’impossibilité, de satisfaire tout le monde…  et pourtant de l’obligation de trouver des approches utiles et adaptées à la réalité du terrain, tout en restant cohérente avec mes convictions.

Cette expérience m’a permis de comprendre la politique avec un grand P. Il y a nos idéologies, la vision simplifiée des problèmes, et la réalité, complexe, où toute décision a des impacts sur d’autres services, où chaque décision va avoir un impact direct sur les citoyen.nes. Quelle responsabilité ! Mais l’esprit de collaboration et d’entraide entre les élu.e.s, les fonctionnaires, les partenaires, et les habitants m’ont permis de m’appuyer sur les compétences et expertises de chacun pour essayer d’apporter le meilleur service aux citoyens.

Et lorsque les projets prennent vie, se concrétisent, et les actions que l’on a menées, en collaboration avec tous, ont un impact, alors tout ce travail, ce temps passé, ces frustrations parfois, prennent du sens.

Je suis aujourd’hui absolument convaincue que si l’on veut changer les choses, les faire évoluer, c’est en politique qu’il faut s’investir. C’est là que nos actions ont le plus d’effet. Je recommande à tous et toutes d’avoir cette expérience une fois dans sa vie. Cela change le regard sur les gens qui nous gouvernent au niveau national et local, cela change le regard que l’on porte sur l’autre, celui ou celle qui ne pense pas comme nous, qui a d’autres valeurs, d’autres besoins.

J’ai aujourd’hui déménagé et changé de région. Je ne ferai malheureusement pas partie de cette nouvelle équipe que je soutiens avec conviction. Leur énergie et enthousiasme, leur envie de s’engager et contribuer à notre société, à notre ville est palpable ! 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.