Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Les attentes des St Juliennois pour leur avenir | Page d'accueil | Parfois un peu seul à défendre l'intérêt général : l'exemple de l'école de Lathoy »

mercredi, 13 novembre 2019

Encore une combine PS-LR à St-Julien-en-Genevois

53037A28-CE67-48FD-A92E-C667BC691428.jpeg
A chaque fois que je le dis, mes interlocuteurs ont du mal à me croire : à St Julien, aux élections de 2008, Daniel Bouchet, la tête de liste UMP avait publiquement et officiellement indiqué voter au second tour pour la liste sortante du Parti Socialiste (enregistrement en lien ici). Une stratégie concertée avec le sortant socialiste (déclaration de Jean Michel Thénard en lien ici). Ils avaient convaincu suffisamment d'électeurs de droite pour qu'à 84 voix près, le premier tour (PS 38%, MODEM 32%, UMP 28%) se transforme en victoire pour le PS grâce au soutien d'électeurs UMP. Le PS et l'UMP avaient ensemble gagné la campagne, même s'ils y avaient perdu tout honneur et toute crédibilité pour plusieurs décennies.

Rebelote en 2014. Cette fois-ci nous nous doutions de leur perversité. Pierre Brunet, tête de liste UMP, soutenu par la député Virginie Duby-Muller, propose à la liste PS une fusion de liste au second tour. Les choses étaient prévues à l'avance, et reconnues publiquement dans la presse entre les deux tours. Ce qui n'était pas prévu, c'est qu'à 14 voix près c'est la liste UMP qui était devant la liste PS sortante... et que nous avions 25% d'avance. Cette fois là, l'UMP et le PS ont reperdu l'honneur et la crédibilité qu'ils n'avaient déjà plus, sans même gagner les élections.

Depuis le temps, je pensais qu'ils avaient retenu la leçon. Qu'une élection municipale est affaire de projet de ville, d'équipe diverse, compétente et représentative au service de tous. Je pensais qu'ils commenceraient à travailler sur leurs idées au service des habitants pour reconstruire un peu de cette crédibilité perdue, non pas pour des échéances électorales, mais au moins pour contribuer au débat démocratique des idées et prendre date pour l'avenir.

Et pourtant, dans les colonnes du Messager en septembre, Laurent Mivelle, tête de liste de la minorité UMP au conseil municipal, affirme que notre équipe a un excellent bilan mais que je suis tellement insupportable qu'il faut une alliance de la droite et de la gauche pour nous battre... comme si nous battre était un projet au service des habitants, comme si une élection municipale était affaire de personne.

Je dois reconnaître que je suis insupportable : contrairement à mon prédécesseur qui ne m'a jamais reçu j'ai proposé tout au long du mandat aux têtes de listes des minorités de les recevoir dans mon bureau tous les deux mois pour répondre à leurs questions, les consulter ou encore les informer des projets en cours. A vrai dire j'ai fini par renoncer ces derniers mois au vu du nombre de lapins qu'ils m'ont posé : une fois sur deux environ ils ne venaient pas, sans prévenir, aux rendez-vous fixés. Nous les avons associé à toutes les délibérations au travers des commissions alors que, lors du mandat précédent, nous n'étions pas informé même des projets d'augmentation d'impôts : le plus souvent en commission ils s'abstiennent de donner leur point de vue dans l'attente de réfléchir ensemble au coup qu'ils vont pouvoir faire lors de la séance publique du conseil municipal devant la presse. Soit disant, je ne supporte tellement pas les autres points de vue que le mien que nous avons proposé au conseil communautaire la candidature de Michel de Smedt, tête de liste socialiste, à une vice présidence : je ne connais aucune autre commune en France qui en ait fait autant pour une minorité. Je les associe formellement aux cérémonies commémoratives alors qu'ils nous ignoraient. Nous avons disposé les tables au conseil municipal pour leur donner rang égal avec les élus de la majorité alors qu'ils nous tournaient le dos. Nous leur confions la rédaction du procès verbal du conseil municipal alors qu'ils refusaient nos amendements. Certains refusent de me saluer lorsque je leur tends la main, et je continue de leur souhaiter le bonjour oralement. Michel de Smedt, tête de liste de la gauche, a été désigné comme membre du jury sur le quartier gare alors qu'ils nous avaient refusé cela lors du dernier mandat... effectivement, je dois reconnaître que je suis surtout insupportable pour avoir casser leurs petites alternances de paresse intellectuelle.

Le conseil municipal de novembre a été plus rapide que d'habitude. A l'issue du Conseil nous avons découvert les conseillers municipaux des deux minorités de droite et de gauche entrain de boire un verre ensemble à la Diligence avec d'autres candidats annoncés, et avec le "journaliste d'investigation" autodésigné, Charles Denu, rédacteur en chef du magazine gratuit "Alpes Léman". Autour de la table, sur la photo en lien ci-dessus complotait la coalition des frustrations :

  • Michel de Smedt (tête de liste socialiste au conseil municipal),
  • Laurent Mivelle (tête de liste UMP au conseil municipal, proche de Virginie Duby-Muller),
  • Christophe Bonnamour (conseiller municipal UMP, proche de Virginie Duby-Muller),
  • Julien Bouchet (membre de LR, proche de Virginie Duby-Muller ancien suppléant du député UMP et fils de Daniel Bouchet, ancien candidat UMP à St Julien en 2008 qui avait indiqué publiquement voter pour le candidat socialiste au second tour, il est actuellement maire de Cruseilles).
  • Daniel Juteau, militant socialiste qui refuse de me serrer la main lorsque je la lui tends pour le saluer
  • Gérard Oberli, habitant qui refuse de perdre la possibilité de laisser sa place de parking sur l'espace public devant chez les commerçants
  • Charles Denu, "journaliste d'investigation" autodésigné d'Alpes Léman

Les autres conseillers municipaux : Dominique Sublet (liste UMP), Fabien Gonneau (liste PS) et Joël Delépine (liste PS) m'ont indiqué ne pas souhaiter être associés à ces démarches de candidature commune droite-gauche. Eux souhaitent s'engager au service de la ville au travers d'engagements associatifs et citoyens.

Il se confirme donc que les déclarations de Laurent Mivelle, tête de liste UMP, sur une liste commune droite gauche n'étaient pas une élucubration ou une divagation mais un véritable projet soutenue par la député et dans lequel Michel de Smedt, ancien Directeur des Services Techniques de Robert Borel et ancien candidat PS, compromets sa crédibilité et sa réputation. Selon les informations qui nous reviennent "untel est en bonne place sur la liste"... qui pourtant n'a toujours pas de projet, pas de tête de liste et pas d'équipe, tout au plus une frustration "battre le maire", ce qui ne sera jamais un projet d'avenir pour St Julien. L'exact contraire de ce que nous sommes en train de faire : nous travaillons à un projet pour les habitants depuis janvier 2019 et ce n'est qu'en janvier 2020 que nous confierons des responsabilités.

Un habitant me confiait récemment qu'à chaque livraison du bulletin municipal, dans la page réservée aux minorités, il essayait de deviner qui était l’équipe de droite et qui était l’équipe de gauche, mais qu'il était impossible au travers de leurs contributions de deviner leurs valeurs derrière la vacuité des idées énoncées. Connaissant les auteurs c'est une question que je ne m'étais jamais posée. Elle est pourtant profondément révélatrice de la perte d'identité et de valeur dans notre pays. Après 30 ans de paresse de l'alternance, la logique clanique de la gauche et de la droite leur ont fait perdre toute conviction au delà de la défense du clan... mais si désormais il font clan commun droite-gauche, alors ils n'ont plus rien, ils ne SONT plus rien du point de vue politique.

Et pourtant ! Au Conseil Municipal restaient quelques postures : Ainsi, Christophe Bonnamour qui par souvenir des anciennes idées de la droite, s'opposait à toute création de poste et augmentation de dépense, fera désormais liste commune avec Michel de Smedt qui aimeraient que la commune crée des postes d'ATSEM supplémentaires pour +100'000 euros par an. Celui qui a mis en oeuvre les augmentations d’impôts de la municipalité Thénard en tant qu’adjoint aux finances fait liste commune avec ceux qui veulent réduire les impôts. Ceux qui ont défendu l'enseignement privé font liste commune avec ceux qui s'y attaquent dans chacun de leurs votes. Tout au plus sont-ils d’accords pour rénover au frais des contribuables l’église de Thairy afin qu’elle puisse accueillir des messes qu’aucun prêtre ne pourra plus jamais célébrer : alors que de notre côté nous limitons l'engagement communal à l'entretien d'un bâtiment historique sans réouverture au public. Les antibagnoles font cause commune avec le type qui lance une pétition pour pouvoir continuer de garer sa voiture résidentielle devant chez le boucher ! La gauche St Juliennoise est devenue conservatrice et a oublié ses valeurs de laïcité. L’alliance de la carpe et du lapin n’est pas une promesse d’avenir pour St Julien mais bien une insulte faite aux citoyens.

Tout cela me met en colère pour la paresse intellectuelle qu'elle révèle. Les St Juliennois méritent mieux que cela. Les St Juliennois méritent que d'autres équipes travaillent à un projet de ville, défendent des valeurs ou une méthode. Les St Juliennois méritent que des habitants aient pour ambition d'être à leur service plutôt qu'au service d'un clan. Les St Juliennois méritent un vrai débat démocratique. Si notre bilan est applaudi par ceux-là même qui veulent nous battre, il mériterait tout de même des propositions alternatives. Ont-ils conscience que depuis le 21 avril 2001, il est minuit moins 10 avant le fascisme en France ? Ont-ils conscience que comme dans beaucoup d’autres pays en Europe, désormais si alternance il doit y avoir elle sera entre la République et la dictature ?

Depuis maintenant 16 ans que je m'engage dans la vie publique j'ai appris à vivre avec ces coups tordus : menaces de viol et de morts circonstanciées à l'encontre de ma colistière, accusations publiques diffamantes et sans fondement de "vol d'agenda dans le sac à main d'une secrétaire", citation à comparaître au tribunal correctionnel pour avoir, à juste titre, dénoncé des marchés publics faussés (en lien ici), campagne internet de diffamation illégale, alliance PS-UMP aux municipales et cantonales. Tout cela m'incite à redoubler d'efforts : on ne peut pas laisser la gestion publique à ces individus là.

Cela ne nous déviera pas d'un iota : nous poursuivons le travail engagé depuis plusieurs mois sur la conception d'un projet de ville au service de l’intérêt général. Nous continuons de fédérer les bonnes volontés de toute la ville, quelques soient leurs quartiers, leur milieu professionnel et leurs valeurs pour défendre l'intérêt général des habitants plutôt que des intérêts de clans ou des intérêts particuliers. Vous pouvez compter sur nous. Nous comptons sur vous pour dire ce que vous pensez de ces aventures sans lendemain entre la droite et la gauche qui insultent l'intelligence des St Juliennois.

07:27 | Commentaires (5) | |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

Présente à la Diligence ce soir là, j'ai été choquée de voir la connivence que j'y ai vu. Profondément déçue par la tête de liste de gauche pour qui j'avais voté.

Écrit par : Laurence L. | jeudi, 14 novembre 2019

Madame Laurence L, les élus de l'opposition se connaissent depuis des années, au moins il se parlent, quand dans le même temps Monsieur VIEILLARD ne discute avec personne.

Cordialement

Christophe DUCHOSAL

Écrit par : DUCHOSAL | jeudi, 14 novembre 2019

Je n'ai rien compris à tout ce déballage de propos sur des affiliations politiques. Pourquoi toute cette acariâtreté ? Gauche, Droite , Modem, es ce vraiment cela que les habitants de Saint Julien recherchent actuellement pour leur ville ? Ou es ce plutôt vous qui essayez d'identifier et de classer un "soi-disant ennemi"pour votre campagne?

Écrit par : Philippe C. | jeudi, 14 novembre 2019

Bonjour Monsieur Duchosal,

Contrairement à ce que vous affirmez sans aucun fait ni aucune connaissance du sujet, 1) nous écoutons et travaillons activement avec les minorités comme aucune majorité ne le fait en France et comme aucune majorité ne l’a jamais fait à St Julien (voir les exemples précis et concrets dans la note contre l’absence d’argument de votre commentaire) 2) les oppositions défendent des thèses opposées au conseil municipal et prétendent maintenant oeuvrer pour un projet commun, c’est se moquer des habitants. Libre à vous de vous de croire avec une infinie naïveté à ces postures sans fondement. Bien cordialement

Écrit par : Antoine Vielliard | jeudi, 14 novembre 2019

Bonjour Philippe,

Tu as parfaitement compris : bien sûr que même une équipe composée de personnes qui ont durant 40 ans défendu des valeurs opposées peuvent prétendre pendant quelques semaines s’entendre sur un projet commun pour essayer de faire illusion. Mais l’objet de cette union n’est pas un projet au service des habitants mais bien un débat de personne au service d’intérêts partisans et particuliers, ce n’est pas faire honneur au service de l’intérêt général.

Une telle démarche droite/gauche faute de sincérité au service des habitants est vouée à l’échec. Ce qui me met en colère c’est que décidément aucune leçon n’aura été tirée des mêmes manipulations de 2008 et 2014. Ce qui me met en colère c’est cette paresse de penser qu’une magouille intellectuelle peut compenser l’absence de travail. Ce qui me met en colère c’est cette perte de temps et d’énergie qui pourrait être consacrée à l’intérêt de tous. Ce qui me met en colère c’est cette idée qu’on pourrait tromper des milliers d’habitants sur l’objet d’une telle union.

Bien sûr ces pratiques dégoutent les habitants des partis, mais elles nous motivent à redoubler d’efforts pour ne pas laisser la gestion communale à de tels comportements. Et autant nombreux sont ceux qui préféreraient ne pas le savoir, autant il nous semble que les citoyens doivent aussi connaitre cette « merde partisane » avec laquelle nous devons malgré tout travailler à leur service.

Pour ma part mes ennemis ne sont pas des personnes, mais bien la paresse, la mauvaise foi, l’esprit de clan et l’esprit partisan.
Amicalement,

Antoine

Ps : Philippe, pourquoi ne signes tu pas ton commentaire pour que le lecteur puisse mieux comprendre qui tu es et comprendre ce qui peut motiver ce commentaire. Qu’ils puissent dans quelques semaines savoir, le cas échéant si tu figures sur cette liste commune, que ce n’est pas un commentaire d’un habitant mais le cas échéant celui d’un candidat. Qu’ils puissent recouper le fait que la municipalité t’a invité à faire partie d’un comité consultatif sur les écoles (comité que nos architectes n’avaient jamais vu dans aucune autre commune) et que malgré ta participation au projet ta famille a déposé un recours contre le permis de construire. Cela permettrait au lecteur de mieux décoder ton propos.

Écrit par : Antoine Vielliard | dimanche, 17 novembre 2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.