Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 23 janvier 2014

Le Grand Genève de la santé commence enfin !

L'appellation Grand Genève a suscité beaucoup de réactions. Souvent négatives. Pourtant, quelques mois plus tard, je suis impressionné à quel point il a marqué les esprits bien au delà des frontières de l'agglomération. Depuis que nous avons eu collectivement le courage de nommer notre agglomération, celle-ci est devenue visible de Berne, d'Annecy, de Lyon et de Paris. Les avancées se multiplient.

Dernière en date : l'ouverture de l'accès aux soins en Suisse pour les assurés sociaux français. Voilà 40 ans que des parlementaires tentaient vainement d'obtenir de maigres avancées. Des milliers d'heures de réunionite pour obtenir des avancées millimétriques.

Du jour au lendemain, le Gouvernement français a pris conscience que nous vivons dans une agglomération et que cette dernière doit fonctionner comme toutes les agglomérations malgré la frontière qui la traverse. C'est une sorte de chute du mur de Berlin de la santé dans notre agglomération. Certes la décision du Gouvernement est une simple application des traités existants, certes depuis deux ans, la décision d'ouverture de l'accès au soin en Suisse me semble tout aussi inévitable que la fin du système particulier de l'assurance privée des frontaliers. Mais tout de même, aussi inévitable qu'elle soit cette avancée est magistrale !

Tous les assurés sociaux français de la zone frontalière pourront choisir leur médecin traitant n'importe où dans l'agglomération. Même pour les soins programmés, les assurés sociaux pourront être soignés en Suisse lorsqu'il n'y a pas d'offre équivalente sur sol français. Pendant 40 ans, il n'y a pratiquement eu aucune avancée sur l'idée d'une organisation des soins à l'échelle de notre agglomération binationale... et en 24 heures nous avons pratiquement rattrapé 40 ans de retard !

Il reste encore beaucoup à faire dans les prochains mois :

  1. définir les modalités pratiques pour désigner un médecin traitant en suisse,
  2. définir les modalités pratiques de remboursement,
  3. faire fonctionner les systèmes d'informations de manière fluide,
  4. définir les bases de remboursement,
  5. mettre en place des systèmes de tiers payants et tiers garant par delà la frontière.

Il ne reste que 4 mois pour régler tous ces problèmes opérationnels. C'est insuffisant. Il y aura de nombreuses difficultés pratiques dans les premiers mois. Des patients en seront pénalisés dès le mois de juin. La responsabilité de ces retards est partagée entre les parlementaires irresponsables qui ont défendu des positions intenables contre des lois qu'ils avaient eux même votées, les associations "jusque-boutistes" et leS gouvernementS français qui auraient pu prendre ces décisions inévitables depuis 7 ans !

La question du tarif appliqué au frontalier se posera tôt ou tard. Actuellement les frontaliers paient un tarif très nettement plus élevé que celui que paient les contribuables résidents - les frontaliers sont pourtant aussi des contribuables du canton auquel ils paient 800 millions de CHF d'impôts à la source. Cela s'explique par le fait que le canton ne finance les HUG que sur la base de sa population résidente et pas sur la base des contribuables du canton. Soit ces tarifs sont maintenus et le reste à charge sera trop élevé pour les frontaliers : ces derniers choisiraient alors d'être soignés en France et les HUG perdraient cette activité. A l'opposé, si les HUG décident à l'avenir d'appliquer le même tarif à tous les contribuables du canton, ils resteraient compétitifs et auraient une chance de conserver cette activité transfrontalière. Il me semble que l'intérêt de tous est dans l'uniformisation des tarifs pour tous les contribuables du canton.

17:17 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

dimanche, 19 janvier 2014

La transparence publique à St Julien en Genevois

Depuis le début du mandat, nous publions les projets de délibération avant leur adoption par le conseil municipal. Cela nous a semblé une évidence d'informer les habitants avant que les décisions ne soient prises plutôt qu'après. Cela permet de consulter et de recueillir des informations complémentaires avant les votes. A plusieurs reprises des habitants m'ont posé des questions ou m'ont fait par de leur point de vue sur les sujets à l'ordre du jour.

La mobilisation des habitants contre l'augmentation d'impôt proposée en avril dernier à même permis d'éviter une erreur pour la commune.

Lorsque j'ai commencé à publier les ordres du jour, le Maire a fait ajouter sur les convocations une mention rappelant que les ordres du jours ne sont pas des documents publics... estimant à tort que cela allait me dissuader d'informer les habitants. Effectivement, les ordres du jours ne sont pas publics dans le sens où il n'y a pas un droit d'accès des citoyens à ces documents : seuls les élus peuvent les diffuser avant leur adoption. Nous l'avons fait car la transparence est pour nous une question de bon sens. Depuis, constatant qu'elle n'avait aucun moyen de nous empêcher de les publier, la municipalité s'y est résolue : elle a finit par publier elle même les ordres du jour sur le site de la mairie.

Pourtant le combat de la transparence doit se poursuivre. Nous le poursuivons à l'occasion des élections municipales. J'ai demandé la communication de toutes les études qui ont été réalisées depuis 18 mois. Il m'a été répondu que le droit d'accès aux documents administratifs se limitaient aux seuls documents aboutit faisant l'objet d'une délibération par le conseil municipal. Les élus de la majorité disposent donc de documents et d'informations qui ont été payés avec les finances publiques et dont ils privent les habitants et leurs élus minoritaires.

Il n'y a rien d'illégal à cela. Mais qu'en pensez-vous ? Pensez-vous que vous et vos élus municipaux devraient pouvoir avoir accès à tous les documents et toutes les études qui ont été financées avec votre argent ? Ou pensez-vous, comme l'actuelle équipe municipale, que les études et documents communaux payées avec l'argent publique ne doivent être à la disposition que des élus de la majorité municipale ?

Nous défendons au contraire l'idée de la transparence. Aussi dérangeante soit elle pour les équipes en place, cette transparence est source d'efficacité car elle permet d'impliquer toutes les bonnes volontés de la commune.

Et vous ? Qu'en pensez-vous ?Pensez- vous comme nous, que l'information sur les enjeux publics, financées sur fonds publics doit être rendue publique afin d'améliorer la pertinence des décisions ? Ou pensez-vous, comme la municipalité actuelle, que l'information publique doit être mis à la seule disposition des membres de l'exécutif municipal et cachée aux élus minoritaires et aux citoyens ?

Fidèle à notre pratique de ces dernières années, vous trouverez ci-dessous l'ordre du jour du prochain conseil municipal.

Ordre du jour du Conseil Municipal de St Julien du 23 janvier 2014 partie 1.pdf

Ordre du jour du Conseil Municipal de St Julien du 23 janvier 2014 partie 2.pdf

10:48 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

vendredi, 17 janvier 2014

Pour que Vive-Saint-Julien !

(Vous trouverez ci-dessous le texte de mon intervention à l'occasion de la rencontre conviviale que nous avons organisée mercredi 15 janvier)

 

Mesdames, Messieurs, chers amis,

 

Permettez-moi tout d’abord de vous souhaiter une excellente année 2014. Qu’elle vous apporte la santé si nécessaire à la vie, les temps de partage et d’échange avec ceux qui vous sont chers et tout le succès que vous méritez dans vos projets. Je vous adresse également mes meilleurs vœux en votre qualité de citoyens de St Julien : que cette année d’élection municipale vous apporte toute satisfaction.

 

Au-delà de ces vœux d’usage, vous pouvez compter sur l’engagement de notre équipe pour y travailler.

 

St Julien a changé. Il y a encore quelques années, elle était une petite bourgade de 3 à 4000 habitants. La « Diligence » est un symbole de l’identité de St Julien : un lieu de passage  des « Diligences » sur le chemin qui conduit de Genève à Annecy.

 

Quelques années plus tard, cette bourgade de passage d’un canton rural est devenue une ville moyenne dans une métropole internationale de près d’un million d’habitants. Il est temps de doter cette commune des fonctionnalités nécessaires à une ville pour que celle-ci prenne vie.

 

Nous voulons donner à la commune les organes d’une ville : un cœur de ville qui soit un lieu de rencontre, de convivialité et d’échange entre les habitants ; des artères piétonnières et cyclables pour que les habitants puissent se déplacer de manière conviviale et agréable dans la commune ; des jardins publics afin que les habitants puissent vivre dans la ville et s’y rencontrer.

 

Nous aurons l’occasion dans les prochaines semaines de vous détailler l’ensemble de notre projet et le détail de nos engagements concrets, précis, finançables et mesurables. Ce soir, il s’agit pour nous de vous en dévoiler d’abord le sens.

 

Une ville a besoin de logements, certes, mais elle a surtout besoin de lieux de vie et d’espaces publics. Elle a besoin de rendre possible les déplacements de chacun quels que soient les modes de transport. Elle a besoin d’anticiper les routes, les écoles, les espaces verts pour accueillir ses habitants dans de bonnes conditions. Le doublement des recettes communales depuis 10 ans a permis de développer les actions culturelles. Cela a été très utile et devra être poursuivi, mais il faudra agir dans tous les autres domaines de l’action municipale pour donner vie à la ville.

 

A ce jour, plus de 700 habitants s’installent dans la commune chaque année… mais près de 600 la quittent également chaque année. Les uns arrivent en majorité du reste de la France, les autres partent en majorité pour le reste du département. De fait, St Julien est devenu une simple base d’atterrissage des nouveaux habitants de l’agglomération. Après quelques années, ces nouveaux habitants et des plus anciens quittent la commune en raison principalement du coût de la vie et d’un cadre de vie qui se dégrade. Pour redonner vie à la ville, nous devrons créer une ville si agréable à vivre que les habitants souhaiteront y rester, s’y engager, y participer. J’ai le plaisir de vous annoncer aujourd’hui que d’ores et déjà 766 St Juliennois viennent de s’engager un peu plus dans notre commune en s’inscrivant sur les listes électorales : soit 4 fois plus que l’an dernier !

 

La qualité de la ville se mesure sur tous les pans de l’action municipale. Dans le domaine scolaire, il s’agira d’accueillir dignement les enfants dans les écoles publiques malgré le retard pris dans la construction d’un nouveau groupe scolaire. Il s’agira de disposer d’une cantine de proximité qui permette d’améliorer la qualité du service pour les enfants tout en réduisant les coûts liés au transport.

 

Notre projet culturel et sportif a pour objectif de favoriser les rencontres et l’intégration. Permettre aux habitants de pratiquer les activités sportives et culturelles qu’ils souhaitent est essentiel. Mais il faut aller plus loin et faire de ces activités des lieux d’échanges et d’intégration entre des habitants d’horizons divers : c’est notre objectif.

 

Dans le domaine social, notre projet se fixe comme ambition de permettre la nécessaire cohabitation entre les revenus les plus bas qui font vivre la commune au quotidien et les revenus les plus hauts qui la financent. Tous les habitants de St Julien sont absolument nécessaires à St Julien. Rendre possible la cohabitation d’habitants dont les écarts de revenus sont parmi les plus élevés de notre pays est une condition impérative au succès de notre commune. Cela passe par une politique déterminée d’accession au logement.

 

Je répète souvent cette interpellation d’un St Juliennois qui me disait un jour "une société qui va bien s’occupe bien à la fois de ses plus jeunes et de ses plus anciens". On devra pouvoir vivre à St Julien à tous les âges. Cela suppose des activités plus résolument orientées vers les jeunes et les adolescents d’un côté et vers les personnes âgées de l’autre. Le nombre de St Juliennois de plus de 75 ans doublé ces 15 dernières années.

 

Une ville agréable à vivre est une ville sûre. Nous renforcerons le partenariat avec les services de la gendarmerie. Les cambriolages ont augmenté de 30% l’an dernier dans notre secteur. Les gendarmes estiment que des caméras de vidéo surveillance les aideraient à identifier les coupables. Nous serons à leur écoute.

 

Une ville agréable à vivre est une ville dans laquelle on peut travailler. Pourtant le nombre de chômeurs à St Julien a doublé au cours des 6 dernières années.  Créer des emplois, cela suppose d’être à l’écoute des créateurs d’emplois et de ce qui limite leur développement. Les espaces dédiés à l’activité économique devront être suffisants.

 

Nous voulons mettre un terme aux augmentations incessantes d’impôts. A l’avenir la commune devra faire comme tous les St Juliennois : établir des priorités, faire des choix, phaser les projets et cesser de recourir aux augmentations d’impôts comme si c’était l’argent de personne.

 

Nous voulons surtout une commune qui soit plus à l’écoute de ses habitants. Qui adopte la transparence comme principe de fonctionnement. Qui implique mieux les habitants des quartiers dans les choix qui les concernent. Une commune n’oublie plus de répondre aux courriers et aux pétitions.

 

Nous voulons que St Julien assume ses responsabilités de ville centre de la communauté de communes. Logement, circulation, emploi, cadre de vie, c’est par l’engagement de St Julien au sein de la communauté que nous pourrons apporter des réponses efficaces à ces préoccupations des habitants.

 

Donner vie à une ville est un projet ambitieux. Il faudra pour cela une équipe pour le mettre en œuvre. Nous constituons cette équipe depuis plus d’un an. Nous avons commencé nos réunions en novembre 2012. Sont venues des personnes qui souhaitaient réfléchir ensemble et travailler au service de la commune. Nous avons fait connaissance les uns avec les autres. Nous avons appris à travailler ensemble. Nous avons mesuré nos disponibilités. Nous avons apporté chacun nos valeurs, nos compétences, notre expérience de la ville. Fidèle à mes valeurs centristes, j’ignore les convictions partisanes des uns et des autres, mais je mesure à quel point les partis suscitent de moins en moins de convictions de la part des habitants. En revanche, c’est avec un grand honneur, que je me porte garant de chacune des personnes qui compose cette équipe. Une équipe diverse, une équipe qui réunit des compétences utiles et nécessaires, une équipe motivée au service de tous, une équipe disponible. Si je prends la responsabilité de me porter garant de chacun, c’est par ce que j’ai eu l’occasion d’éprouver les qualités et les compétences de chacun au cours des derniers mois et au travers des cursus personnels, associatifs et professionnels de chacun.

 

Je vais demander aux personnes qui ont participé au projet de bien vouloir me rejoindre ici et se présenter brièvement.

 

(Présentation individuelle des membres de l’équipe)

 

Depuis 14 mois nous avons travaillé dans la discrétion pour mettre sur pied ce projet de ville. Nous avons fédérer des compétences, des parcours et des valeurs pour le mettre en œuvre.

 

Nous ouvrons cette campagne avec la ferme volonté de vous servir au cours des 6 prochaines années. Cependant, seuls la confiance et le soutien des St Juliennois nous permettront de confier à cette équipe la responsabilité de mettre en œuvre ce projet. Votre engagement est indispensable. Les dernières élections municipales nous ont rappelé à quel point chaque voix compte et chaque voix peut décider si la commune ira dans un sens ou dans un autre. Nous avons déjà commencé à aller à la rencontre des habitants. Ceux d’entre vous qui le souhaitent peuvent nous aider en faisant tout simplement part de vos propres convictions auprès des personnes de votre entourage sur ce que doit être l’avenir de notre commune. Vous pouvez également veiller à ce que les habitants participent à ces élections le 23 et si nécessaire le 30 mars. Notre détermination est telle que nous souhaitons convaincre suffisamment d’habitants pour vous affranchir de la nécessité d’un second tour. Nous avons besoin de votre engagement pour convaincre à votre tour un, deux ou trois St Juliennois de votre entourage. Vous pouvez compter sur notre engagement, nous comptons sur vous.

 

C’est à cette condition que nous pourrons améliorer le cadre de vie à St Julien, donner vie à notre belle commune et faire en sorte qu’à l’avenir les habitants qui s’y installent, y restent, s’y engagent, y construisent leur avenir. Grâce à votre soutien, « La Diligence » sera devenue l’un des nombreux lieux conviviaux qui donneront vie à la ville. On s’y retrouvera et on y racontera aux plus jeunes l’histoire ancienne de cette ville où dans les temps anciens les Diligences et les habitants ne faisaient que passer à St Julien sans s’y installer vraiment. Dans une ville agréable à vivre, les habitants seront ainsi toujours plus nombreux à être fiers de notre commune et à dire avec nous « Vive Saint Julien » !

08:27 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

mercredi, 15 janvier 2014

766 St-Juliennois nouvellement inscrits sur la liste électorale

La date limite d'inscription sur les listes électorales est désormais passée. 766 St Juliennois se sont inscrits sur la liste électorale. Une mobilisation massive. Un chiffre quatre fois plus important que les 184 inscriptions enregistrées l'an dernier et qui approche du record de 929 inscriptions établies lors des élections présidentielles et législatives.

Les nouvelles inscriptions représentent 11% des électeurs de St Julien !

Ce résultat montre à quel point nos initiatives visant à faciliter les démarches d'inscriptions en fournissant les formulaires directement aux habitants a été pertinente. Les habitants ont de multiples détails pratiques et logistiques à régler lorsqu'ils déménagent : l'inscription sur la liste électorale n'est alors pas en tête de leur préoccupations les plus urgentes. Certains, ressortissants de l'Union Européenne ou nouveaux naturalisés ignorent leurs droits de vote. De nombreux habitants souhaitent s'inscrire mais ignorent les modalités pratiques. Certains n'y pensent pas quand ils peuvent et ne peuvent plus quand ils y pensent à l'approche des élections.

Pour St Julien, l'inscription de ces centaines d'habitants est décisive. C'est un premier pas dans l'application de notre projet qui vise à redonner vie à la ville en intégrant mieux tous ses habitants. La participation citoyenne aux élections est le pas le plus important pour que les habitants se sentent chez eux à St Julien et s'engagent dans les associations et les activités de la commune.

Selon nos décomptes, il y a encore plusieurs milliers d'habitants qui ne sont toujours pas inscrits sur les listes électorales. Nous devrons donc poursuivre ces efforts les années à venir.

08:43 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

vendredi, 13 décembre 2013

Le Plan Local d'Urbanisme est adopté à St Julien en Genevois

Trois sujets d'importances qui engagent l'avenir de la commune étaient débattus hier soir au Conseil Municipal : le transfert de la compétence petite enfance à la Communauté de Communes, le Plan Local d'Urbanisme et le Débat d'Orientation Budgétaire.

On aurait pu s'attendre à ce que la majorité municipale soit mobilisée pour en débattre... une fois encore à 20h30, une heure après l'heure de convocation il n'y avait que 16 membres de la majorité présents. Vu l'ordre du jour important ET urgent, nous avons décidé de rester.

Sur le transfert de la compétence petite enfance, une quasi unanimité s'est dégagée en faveur d'un transfert de compétence à la communauté de commune. Ce transfert permettra aux communes de résidence de financer de manière équitable l'offre d'accueil de la petite enfance dans le canton indépendamment du lieu de travail. Il permettra de dégager des synergies en améliorant les taux d'utilisation des crèches indépendamment des seules limites communales.

Le Plan Local d'Urbanisme a été présenté. Très peu de changement par rapport au projet arrêté en avril dernier. Tout au long de la procédure nous avons fait des propositions, des critiques constructives, des remarques. Nous avons exprimé avec vigueur le souhait d'une majorité d'habitants d'aller plus loin dans la préservation des espaces naturels dans la ville. De sanctuariser les espaces agricoles pour préserver une agriculture de proximité et des paysages agricoles exceptionnels. Nous avons exprimer avec vigueur la volonté des St Juliennois d'en finir avec le clientélisme qui consiste à rendre quelques propriétaires millionnaires en rendant leurs terrains constructibles pour services rendus à la municipalité indépendamment de toute considération d'urbanisme. Nous avons fait des propositions pour renforcer l'utilisation des transports en commun en limitant le stationnement résidentiel à proximité du futur tram. Nous avons souligner le danger qu'il y avait à rendre constructible le rond point d'entrée sud de St Julien alors que la commune commence à peine à travailler sur l'engagement de 2008 de l'équipe actuel de finaliser sur ce mandat un réaménagement du rond point de l'Arande.

La municipalité a refuser d'appliquer dès aujourd'hui le principe de gel des extensions des hameaux qu'elle votera pourtant dès lundi prochain avec le Schéma de Cohérence Territorial. Oui, il y a bien quelque chose de malhonnête à proclamer le jeudi 12 décembre au conseil municipal que les hameaux doivent être étendu et de proclamer le lundi 16 décembre au conseil communautaire que les hameaux de St Julien ne devront plus jamais être étendus.

Nos propositions ont été ignorées, méprisées et négligées. Modeste consolation, après avoir convaincu par nos arguments les deux autres candidats aux municipales, l'adjoint à l'urbanisme s'est résignée à faire un très modeste changement sur l'entrée sud de St Julien. Une décision qui fera économiser plus de 500 000 euros à la commune soit plus de 100 euros par famille ! C'est une satisfaction pour nous, mais une très modeste satisfaction.

A l'avenir il faudra apprendre à mieux écouter les habitants pour les inciter à mieux participer à l'élaboration collective d'un urbanisme de qualité.

Malgré le sentiment de profond gâchis de toute cette procédure et d'opportunité manquée pour la commune. De toute évidence le travail réalisé est important. De toute évidence un Plan Local d'Urbanisme est forcément mieux qu'un Plan d'Occupation des Sols périmé : même si on ne saurait ce satisfaire de maigre constat. Si nous ne sommes pas satisfaits par le résultat, il serait absurde de s'opposer aux améliorations induites par ce Plan Local d'Urbanisme. La minorité s'est donc majoritairement abstenue.

Dans tous les cas, un nouveau Plan Local d'Urbanisme conforme au nouveau SCOT devra être adopté par la future municipalité. Nous pourrons alors faire les améliorations qui s'impose et que les St Juliennois ont majoritairement exprimé au travers de notre enquête.

Enfin, nous avons abordé le Débat d'Orientation Budgétaire. Pas grand chose à dire sur ce débat d'orientation budgétaire : aucune augmentation d'impôts et la finalisation des actions en cours. C'est tout de même la moindre des choses qu'une municipalité termine ses chantiers et paie ses factures. On pourrait appeler ce débat d'orientation budgétaire "suite et fin d'une municipalité". Entre les documents qui nous ont été envoyé le vendredi et ceux du Conseil Municipal, la municipalité s'est sans doute aperçu qu'un tel débat d'orientation budgétaire donnait la preuve qu'elle avait déjà fait son deuil des élections municipales. Elle a donc ajouté un des projets de l'équipe socialiste avec leur projet pharaonique d'aménagement le long de l'aire. Toujours aucun chiffrage précis. Peu importe de toute façon, c'est la prochaine municipalité qui en décidera.

08:36 | Commentaires (2) | |  Facebook | |  Imprimer | |

mardi, 10 décembre 2013

675 St Juliennois ont retrouvé le droit de vote !

Depuis le début de l'année ce sont déjà 675 St Juliennois qui ont retrouvé leur droit de vote en accomplissant les formalités administratives nécessaires. C'est déjà trois fois plus que l'an dernier, et à ce rythme là, il y aura plus d'inscriptions sur les listes électorales de St Julien-en-Genevois cette année qu'il y en a eu avant les élections présidentielles de 2012. Ces nouveaux inscrits représentent déjà 10% des électeurs de St Julien !

St Julien en GenevoisEt pourtant, des milliers de St Juliennois sont encore privés de leur droit de vote par une procédure administrative trop lourde. En moyenne en France, le nombre d'électeurs représente environ 70% des habitants. A St Julien nous sommes à un taux de 55% seulement. Et encore parmi ces 55% plus d'un millier ne résident plus dans la commune.

Je suis révolté par cette situation qui, de fait, prive les habitants de leur droit de vote. Je pense qu'au contraire, notre commune sera plus vivante lorsque tous ces habitants pourront participer aux choix communs sur l'avenir de la commune. Je pense que la municipalité aurait du distribuer elle-même les formulaires d'inscription sur les listes électorales dans le bulletin municipal comme elle le fait pour les formulaires pour les fonds frontaliers.

Nous avons donc distribué ce week-end une lettre de relance pour inciter les personnes non inscrites à effectuer leurs démarches d'inscription avant la fin de l'année. Nous avons dénombré plus de 4000 habitants de la commune qui ne sont pas inscrits sur les listes électorales. Il y en a sans doute quelques uns dans votre entourage. Dites leur qu'il leur reste seulement 3 semaines pour s'inscrire ! Seuls ceux qui seront inscrits pourront participer aux choix sur les grandes orientations de notre commune le 23 mars prochain (nous travaillons fort pour que vous n'ayez pas à vous déplacer une deuxième fois pour le second tour du 30 mars!).

Téléchargez ici le formulaire d'inscription sur la liste électorale.

17:58 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

mercredi, 04 décembre 2013

Les élections municipales et intercommunales de St-Julien-en-Genevois : mode d'emploi

Les élections municipales auront lieu le 23 mars et en cas de deuxième tour le 30 mars 2014.

Les électeurs français et européens de St Julien-en-Genevois à jour sur la liste électorale au 31 décembre 2013 pourront voter. Ils décideront ainsi des compétences et de l'engagement d'une équipe. Ils décideront aussi d'une méthode et d'un projet à mettre en œuvre.

L'élection est acquise dès le premier tour si une liste obtient plus de 50% des voix. Cela a été le cas à Annemasse en 2008 avec trois listes candidates et à Annecy avec 4 listes candidates. Dans l'intérêt de la commune, nous travaillons pour obtenir la confiance d'une majorité d'entre vous dès le premier tour.

Pour pouvoir se maintenir au second tour, il suffit de rassembler seulement 10% des voix. Légalement, la tête de liste peut décider seule du maintien, du retrait ou de la fusion, et décider également quels candidats du premier tour restent sur une liste fusionnée. C'est dans un souci de transparence que nous vous communiquerons clairement notre attitude en cas de second tour comme nous l'avions fait lors des précédentes élections.

A titre personnel, et sur le conseil de nombreux maires qui ont connu des fusions de liste, je suis opposé aux fusions d'entre deux tours : on peut fusionner des listes, mais on ne fusionne jamais des équipes sur un projet cohérent en 48 heures entre deux tours. Les fusions de listes se traduisent le plus souvent par des désastres pour le mandat. C'est la raison pour laquelle nous faisons preuve de la plus grande ouverture avant le premier tour dans la composition de notre équipe et une fois notre équipe constituée nous la mèneront jusqu'au bout de la campagne.

La répartition des sièges se fera de la manière suivante :

1) Attribution de la prime majoritaire : la liste arrivée en tête, même si c'est d'une seule voix de plus, obtiendra d'office 17 sièges au conseil municipal et 8 sièges au conseil communautaire. C'est cette prime majoritaire qui décidera de la majorité municipale pour le prochain mandat, c'est à dire de l'équipe et du projet. Lors des dernières élections municipales, notre liste avait obtenu 48,7% des voix, mais seulement 24% des sièges en raison de cet effet de prime majoritaire.

2) Répartition des sièges restants à la proportionnelle à la plus forte moyenne : le reste des sièges est réparti à la proportionnelle à la plus forte moyenne.

S'il y a deux listes au tour final, voilà la répartition des sièges par liste en fonction du résultat obtenu par les listes candidates. En cas de 3ème liste la répartition dépend du score respectif des trois listes et la prime majoritaire peut être attribuée à une liste ayant obtenu seulement un tiers des voix pourvu qu'elle soit en tête.

Score Conseil Municipal Conseil communautaire
5,9% 1 élu aucun élu
11,8% 2 élus aucun élu
12,5% 2 élus 1 élu
17,6% 3 élus 1 élu
23,5% 4 élus 1 élu
25,0% 4 élus 2 élus
29,4% 5 élus 2 élus
35,5% 6 élus 2 élus
37,5% 6 élus 3 élus
41,2% 7 élus 3 élus
47,1% 8 élus 3 élus
50,0% 25 élus 12 élus
52,9% 26 élus 12 élus
58,8% 27 élus 12 élus
62,5% 27 élus 13 élus
64,7% 28 élus 13 élus
70,6% 29 élus 13 élus

 

14:18 | Commentaires (6) | |  Facebook | |  Imprimer | |

mardi, 26 novembre 2013

Urbanisme : St Julien-en-Genevois se faufile devant le SCOT de la Communauté de Communes

Les dates sont prévues depuis longtemps : St Julien-en-Genevois adoptera sont Plan Local d'Urbanisme (PLU) le 12 décembre, soit juste quelques jours avant le Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) de la Communauté de Communes du Genevois qui lui doit être adopté le 17 décembre. Et pour cause, St-Julien-en-Genevois va vite adopter un PLU avant que celui-ci ne devienne illégal vis-à-vis du SCOT. Un comportement irrespectueux des communes partenaires de la Communauté de Communes et qui n'est certainement pas à la hauteur du devoir d'exemplarité d'une commune centre.

Le SCOT de la Communauté de Communes a un objectif : préserver nos espaces naturels et agricoles ET permettre à chacun de pouvoir continuer à se déplacer en prévoyant la construction des logements à proximité des réseaux de transports. Pour cela, les communes rurales devront faire de grands efforts et à maitriser leur croissance démographique et donc fiscale. A l'opposé, les communes urbaines devront continuer à construire des logements même si elles devraient le faire de manière plus qualitative.

St Julien a donc conservé le droit d'étendre ses zones à bâtir puisque la plupart des réseaux de transports passent ici. Pourtant, plus de la moitié des extensions d'urbanisation du futur PLU sont à plus de 500m des réseaux de transport : à Crache, à Thairy, à Norcier, à Lathoy et à Cervonnex.

Pour appliquer ce SCOT des maires des communes rurales iront voir certaines familles pour leur annoncer que leur terrain ne sera plus constructible pour permettre que les futurs habitants s'installent près des réseaux de transport. A St-Julien-en-Genevois au contraire, le Maire ira offrir un cadeau de noël de 1,4 millions d'euros de droits à construire à une famille proche de la municipalité qui s'est fortement impliquée dans la campagne des municipales de 2008. S'il s'agissait d'un terrain a proximité des réseaux de transport, on pourrait parler d'intérêt général, mais en l'occurrence il s'agit d'un terrain agricole situé au sud du hameau de Norcier. Une semaine plus tard et le cadeau clientéliste aurait été illégal en plus d'être immoral !

La commune de St-Julien-en-Genevois aura consommé la totalité de son droit à extension urbaine prévu par le SCOT pour les 10 prochaines années... 4 jours avant l'adoption du SCOT !

Le commissaire enquêteur a rendu ses conclusions que vous trouverez ici en lien. En résumé, elle souligne qu'il vaut mieux un PLU imparfait qu'un POS. Nous sommes d'accord et j'ai eu l'occasion de le lui dire également. Pourtant, comme nous, et comme les personnalités publiques associées, elle souligne les incohérences de ce PLU :

  1. des extensions urbaines énormes et injustifiées,
  2. aucune anticipation de l'entrée sud de St Julien-en-Genevois sur laquelle pourtant la municipalité prétend avoir des projets,
  3. des extensions urbaines dans les hameaux qui sont pourtant formellement interdites par le nouveau SCOT.

Elle recommande que la commune recommence le plus rapidement possible toute la procédure pour se mettre en compatibilité avec le SCOT. Avec de telles conclusions, le tribunal administratif regardera de près le PLU de St Julien-en-Genevois. En 13 ans de mandat, la question reste de savoir si le bilan de l'équipe sortante en matière d'urbanisme va se résumer à deux PLU annulés ?

Pour notre part, nous recommanderons que les conclusions de l'enquête publique soit pris en compte dans la version qui sera présentée au Conseil Municipal le 12 décembre. La commune a besoin d'un PLU solide et fiable. Elle n'a pas besoin d'un PLU adopté en douce quelques jours avant le nouveau SCOT !

08:50 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

mardi, 19 novembre 2013

Ordre du jour du conseil municipal de St-Julien-en-Genevois

Vous trouverez ci-dessous l'ordre du jour du conseil municipal de St Julien en Genevois.

Nous sommes à votre disposition pour toute remarque sur l'ordre du jour ou sur tout autre sujet de la ville.

conseil municipal St Julien en Genevois 21 nov_20131115142450.pdf

19:14 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

lundi, 11 novembre 2013

Morts pour la France !

hommage aux morts de St-Julien-en-GenevoisAujourd'hui avait lieu à St-Julien-en-Genevois la cérémonie de commémoration en l'honneur des combattants de la guerre de 14-18. C'est une cérémonie toujours impressionnante quand on compte ces dizaines de noms qui s'affiche sur le monument aux morts. A l'époque il n'y avait que 1400 habitants. Le terme "décimé" est à prendre au sens propre, car ce sont bien 10% des hommes de la commune qui sont décédés durant cette grande guerre.

Aujourd'hui encore seriez-vous prêt à mourir pour la France comme nos grands oncles et nos ascendants l'ont fait ? Il y a un paradoxe dans ces monuments aux morts. Ils avaient été construits dans toutes les communes de France à la demande des anciens combattants pour ne jamais oublier le massacre. Ils sont aujourd'hui des monuments en l'honneur de ceux qui y ont perdu la vie. Célèbrent-ils d'abord leur sacrifice à la guerre au service de la patrie ou dénoncent-ils surtout au contraire la folie meurtrière des guerres ? Les deux mon général ! Il sont à la fois un hommage à ceux qui ont perdu la vie et un rappel incessant à œuvrer pour la paix.

Il me semble que ma génération croit encore que le destin individuel est plus décisif que le destin collectif. Les capacités de chacun nous rendant toujours dépendant de ce qui arrive à notre pays. Je crois précisément le contraire : notre santé, l'éducation des enfants, notre sécurité, notre employabilité ne dépendent pas que de nous mais bien de la situation dans laquelle se trouve notre pays. La différence de prospérité nationale selon le cadre légal est particulièrement visible lorsqu'on habite à proximité de certaines frontières nationales de pays qui ont fait des choix politiques différents. Il nous revient donc de contribuer au destin collectif.

La croyance au destin individuel explique en grande partie l'abstention massive que l'on observe aujourd'hui. A l'opposé, l'importance accordé au destin collectif explique pourquoi 10% des St Juliennois de 1914 ont donné leur vie pour l'Alsace et la Lorraine !

13:29 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |