Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 11 avril 2017

#14 On l'a dit, on l'a fait : le marché de producteurs

Favoriser les circuits courts, contribuer au développement des productions locales et bio, créer un lieu de convivialité qui anime le cœur de ville remplis de nombreux objectifs de notre projet de ville. C'est la raison pour laquelle nous avons souhaiter créer un marché de producteur. Par ailleurs, de nombreux habitants de la ville, en raison de leur activité professionnelle, n'ont pas accès au marché du vendredi matin.

C'est pourquoi nous avons mis en œuvre un marché de producteurs les mardis soirs en lien avec la Chambre d'Agriculture.

Ce marché se développe semaine après semaine. Il accueillera prochainement des artisans et est appelé à se développer petit à petit.

Parce qu'un marché de producteurs locaux et de producteurs bio c'est important pour nous, on l'a dit, et on l'a fait.

08:44 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

lundi, 10 avril 2017

A mes amis qui pensent voter pour Marine Le Pen

Tu m'as dit que tu voulais voter pour Marine Le Pen. Tu m'as expliqué tes raisons. Tu ne te reconnais plus dans cette droite qui devrait travailler à la compétitivité des entreprises, à la simplification des normes et des lois, qui aurait du simplifier le droit du travail et baisser les charges pour créer des emplois pour tous...et qui au lieu de tout cela s'est comportée comme un clan dont on passerait toutes les dérives, parce qu'on n'aurait pas le choix.

Tu n'es ni raciste, ni xénophobe, ni antisémite, et sans doute tu n'accordes pas trop d'importances à ces "valeurs" familiales des Le Pen. Pourtant, cette haine de l'autre ce n'est pas la France.

Je veux te dire que pour la compétitivité de la France, pour la simplification de ses lois et la baisse des charges, il vaut mieux faire confiance à un candidat qui a travaillé en entreprise et une majorité issue de la société civile plutôt qu'à une clique d'héritiers et de professionnels du détournement de financements politiques. Il vaut mieux faire confiance à un candidat qui propose de remplacer l'usine à gaz du CICE par une baisse des charges équivalente et généralisée et qui propose d'inciter fiscalement à l'investissement dans les entreprises créatrices d'emplois plutôt que l'immobilier. Je voulais te dire qu'avec la sortie de l'Euro telle que la propose Le Pen, les taux d'intérêts retrouveraient leurs niveaux d'avant, ceux de la livre britannique. Avec des taux d'intérêts deux fois plus élevés, les entreprises, les particuliers et les administrations devront renoncer à la moitié de leurs projets d'investissements et renoncer à créer des emplois.

Un vote pour Le Pen menace la capacité de la France à négocier des traités avec les grandes puissances commerciales avec lesquelles nous commerçons. Elle menace le place de la France dans le monde. Et crois tu sincèrement que Le Pen et sa clique sont capable d'améliorer l'efficacité de la gestion publique pour économiser les 100 milliards de déficits publics annuels ? Soit 200 millions d'économies par an et par circonscription ! 200 millions par an à l'échelle d'Annemasse et St Julien !?!

Comme toi, je pense qu'en France on devrait assumer la loi et l'autorité beaucoup mieux qu'on le fait aujourd'hui. Les lois de la démocratie doivent être appliquées à tous avec fermeté : la loi est dure, mais c'est la loi. Je suis convaincu qu'il s'agit avant tout d'une évolution de génération plutôt que d'une orientation politique liée à l'extrême droite.

Tu veux dire merde à ce système UMP-PS qui depuis 20 ans s'invective plutôt que de proposer des solutions. Attend son tour avec paresse plutôt que de travailler à l'avenir de la France. Et parfois même conclût de petits arrangements électoraux comme à St Julien en 2008 et 2014 pour préserver leur confortable alternance. Moi aussi. Mais pas seulement pour les deux semaines d'un entre deux tours, pas seulement dans un vote Le Pen sans lendemain, mais en votant pour Emmanuel Macron pour que ces deux partis sectaires disparaissent une fois pour toute, pour donner lieu à une recomposition beaucoup moins partisane et beaucoup moins sectaire, dans laquelle les propositions de droite et de gauche peuvent trouver leur place, mais sans le sectarisme.

Pour toutes ces raisons, je te recommande vivement de voter le dimanche 23 avril pour Emmanuel Macron que je soutiens. Je te recommande de participer à ce changement profond de la vie politique française : un changement qui permettra à chacun, quelque soit ses opinions et convictions, de proposer et contribuer au redressement de la France. Un peu comme nous le faisons à St Julien en impliquant les minorités, les associations et les habitants. Un changement qui permet que les lois de la république soient appliquées sans aucune hésitation comme lorsque nous mettons en place la vidéoprotection, le recensement des frontaliers ou que nous accordons plus de moyens à la police municipale. Un changement qui permet de rétablir l'équilibre des comptes publics en responsabilisant tout le monde plutôt qu'en infantilisant comme nous l'avons fait à St Julien.

A ta disposition pour en parler de vive voix.

11:55 | Commentaires (2) | |  Facebook | |  Imprimer | |

#13 On l'a dit, on l'a fait : un stationnement adapté au commerce

La question du stationnement est essentiel pour le développement de l'activité commerciale.

Nous avons étendu la zone bleue derrière la mairie en supprimant le parking réservé à la mairie. Nous avons harmonisé les durées de stationnement pour les rendre plus lisible pour les usagers. Nous avons renforcé les contrôles et veillé au respect des durées de stationnement pour une meilleure rotation. 

Nous avons baissé les tarifs des parking de l'Atrium et de l'Hôpital à l'occasion du passage au quart d'heure. Nous avons créé des formules d'abonnement.

Au travers de la tarification, nous avons veillé à ce que les pendulaires frontaliers stationnent en amont et en aval de la ville afin de libérer des places pour les usagers et les actifs de la ville. Cette tarification a également permis d'écarter le stationnement ventouse du cœur de ville. Nous avons créé des formules d'abonnement sur la place du marché pour les actifs de St Julien afin de libérer des places pour les clients des commerces et les usagers de la ville dans la zone bleue. En concertation avec les commerçants nous avons créé des places dépose minute, livraison et 30 minutes adaptées aux besoins des commerces.

Un stationnement adapté au besoin de la ville et de ses usagers pour plus de rotations et un meilleur partage de l'espace public c'est important pour le développement commercial. On l'a dit, on l'a fait.

08:37 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

dimanche, 09 avril 2017

#12 On l'a dit, on va le faire : la rénovation de l'arrière de l'Espace Jules Ferry

De nombreux bâtiments communaux sont mal entretenus. En particulier l'aile arrière de l'Espace Jules Ferry qui à ce jour ne permet pas d'accueillir du public. Nous souhaitons la rénover afin de disposer d'espaces accrus pour les activités de l'Ecole Municipale de Musique et de Danse, en particulier pour l'activité de danse.

A ce jour, en raison des contraintes financières qui pèsent sur la commune ce projet n'a pas encore pu être lancé. Les premières études sont planifiées pour la fin de l'année pour une programmation prochaine.

La rénovation de l'arrière de l'Espace Jules Ferry est importante pour nous. On l'a dit, on va le faire.

08:34 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

samedi, 08 avril 2017

#11 On l'a dit, on l'a fait : la préservation du patrimoine

Dans une ville qui se transforme rapidement, il est décisif de ne pas couper le lien avec ses racines. Pour préserver l'identité et l'histoire de la ville, nous avons souhaité recenser le patrimoine bâti pour mieux le préserver.

En lien avec la communauté de communes du Genevois une étude a été conduire sur la patrimoine bâti. Le Plan Local d'Urbanisme a doublé les zones reconnues pour leur patrimoine bâti et a renforcé les règles de protection. Dans ces zones, le permis de démolir préalable est nécessaire. Les projets de rénovation devront se faire dans le respect du patrimoine ancien.

Par ailleurs, deux parcours patrimoines ont été lancé qui permettent aux habitants de se promener dans la commune et d'en découvrir son histoire.

La Croix de Mission de Thairy a été récupérée et installée en concertation avec le comité de quartier.

L'ancienne Boulangerie Lavorel, dans le quartier de la ferronnerie, a été vendue pour un projet de rénovation qui est en cours. Un appel à projet a été lancé pour la rénovation de la maison Hoo-Paris sur la place de la Libération.

Toutes les alternatives à une déconstruction du pont Manéra ont été étudiées. Dès lors que le seul itinéraire possible supposait une déconstruction du Pont Manéra, et en lien avec le service archéologique du département, nous avons mis en œuvre toutes les mesures de protection du patrimoine possible : radiographie en trois dimensions pour un archivage historique, déconstruction soignée, reconstruction d'une arche de mémoire, valorisation patrimoniale sur site et en lien avec les écoles. Ces mesures exceptionnelles ont été soulignées par la Direction Régionale des Affaires Culturelles présidée par le Préfet de Région lorsqu'elle a rejeté le recours déposé par une association.

Nous vous avons dit que la préservation du patrimoine était importante à nos yeux. Nous le faisons.

08:25 | Commentaires (2) | |  Facebook | |  Imprimer | |

vendredi, 07 avril 2017

#10 On l'a dit, on le fait : les cultures pour se rencontrer

Nous souhaitons une programmation culturelle qui reflète la diversité des cultures dans la commune. Une politique culturelle qui permette l'échange et les rencontres. A nos yeux, la culture ne doit pas être exclusive, elle ne doit pas s'adresser à une minorité d'initié. Nous préférons une politique culturelle ouverte à tous plutôt qu'une culture politisée qui ne s'adresse qu'à quelques uns.

La programmation culturelle a été développée dans ses aspects de médiation sociale. Elle s'attache à fédérer des publics diverses de la ville. A de nombreuses occasions, la culture a pu sortir des salles pour aller dans la rue.

Le projet Hip-Hop et la valorisation des murs du gymnase du Léman a permis de couvrir aussi la culture urbaine d'une commune qui précisément se transforme d'un bourg en ville.

Le Festival Couleur d'Enfance en collaboration avec les communes voisines a permis de favoriser les échanges au delà des frontières communales et nationales.

Nous pensons que la culture doit faciliter les échanges, doit permettre aux uns et aux autres de connaitre leurs différences culturelles. Nous l'avons dit, nous le faisons.

08:17 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

jeudi, 06 avril 2017

Sur la mobilité aussi, on est allé au delà de nos engagements

La mobilité est un problème majeur à St Julien comme dans tout le Genevois français et même tout le Grand Genève. Nous devons gérer les politiques incohérentes de Genève qui souhaite attirer toutes les multinationales du monde, sans être capable de loger ses propres habitants. Chaque année des dizaines de milliers de personnes sont contraintes de s'installer loin des réseaux de transports ce qui se traduit par 15 voitures supplémentaires chaque jour sur les routes du Grand Genève. Au delà de nos engagements, nous allons de l'avant sur les questions de mobilité.

Nous avons finalisé le projet d'accès ouest, lancé les consultations et mis en œuvre les travaux. Le projet a pu être amélioré et a été voté à l'unanimité du conseil municipal, fédérant à la fois ceux qui s'opposaient à une mise à double sens de la rue des Sardes et ceux qui y était favorable. La procédure de déclaration d'utilité publique a été mise en œuvre en un temps record en Haute-Savoie grâce au soutien des services de l'Etat. Le pont sous la voie ferrée a été installé comme prévu le 11 novembre dernier. Les travaux suivent leur cours à un prix inférieur que les estimations initiales.

Nous avons mis en place un plan pluriannuel de rénovation de la voirie. St Julien aura bientôt des routes communales en état plutôt qu'un gigantesque élevage de nids de poule en plein air. La promenade du Crêt, la route de Crache, la route de Thérens, le chemin de la mercière ont déjà été réalisées. Le reste de la route de Thérens, la rue des muguets, la route de Lathoy, la rue Amédée VIII de Savoie, la place de la libération, la rue de la platière, l'avenue de Ternier et la rue des vieux moulins seront réalisées cette année.

Une voie d'évitement par la gauche a été réalisée à Cervonnex. 

Nous avons assuré la promotion du covoiturage qui a permis de doubler le nombre de covoitureurs dans le canton. Nous avons développé l'autopartage avec trois voitures sur deux stations. Des bornes de recharge pour voitures électriques seront installés dans les prochains mois.

Nous avons finalisé le plan de mise en accessibilité de la voirie et des aménagements des espaces publics a été finalisé et sa programmation budgétaire pluriannuelle votée par le conseil municipal.

Nous avons mis en œuvre la concertation sur le projet Pôle Gare et sur l'Entrée Sud.

Favoriser la mobilité de tous en développant les mobilités alternatives est important. Nous le faisons au delà des engagements pris il y a trois ans.

 

08:18 | Commentaires (2) | |  Facebook | |  Imprimer | |

mercredi, 05 avril 2017

#9 On l'a dit, on le fait : réduire le trafic de transit

St Julien n'est pas un raccourci. C'est une ville à vivre.

Sachant que les automobilistes prennent le passage le plus court et que la ville ne souhaite pas avoir le transit en plein cœur de ville, il était nécessaire de renforcer l'attractivité du parcours par la gare et de réduire l'attrait d'un passage par le centre ville.

La coordination des feux a été renforcée entre la gare et le carrefour de ternier. Le régime des priorités et des aménagements complémentaires ont été entrepris sur le carrefour de l'Arande afin de fluidifier le trafic en provenance de la gare. Par ailleurs, le plan de circulation dans la grand'rue a été modifié afin de pacifier le cœur de ville. Il a été modifié suite à une concertation avec les commerçants et les riverains. Des aménagements complémentaires ont été réalisé sur la rue du mail afin de donner plus d'espace à la vie et un peu moins au trafic automobile.

Les premiers comptages indiquaient une baisse du trafic automobile de 10% au cœur de ville. Petit à petit les habitants reconquiert ces espaces publics.

Dans le même esprit des aménagements sont prévus rue du Dr Palluel, place César Duval et rue du Jura pour dissuader le trafic de transit d'utiliser l'accès ouest qui est réalisé principalement pour les entrées et sorties de la ville.

08:11 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

mardi, 04 avril 2017

#8 On l'a dit, on le fait : développer les transports en commun

A ce jour, à St Julien seulement un déplacement sur 20 environ se fait en transports en commun. Le développement de l'utilisation des transports en commun est indispensable pour préserver la mobilité de tous.

En premier lieu, nous avons renforcé le confort des usagers en installant quatre abribus à la gare et avenue de Genève. Pouvoir prendre le bus sans être mouillé qu'il pleut ou qu'il neige est nécessaire pour que les transports soient attractifs.

La tarification du stationnement avec la gratuité à la journée au parking de la gare a permis de supprimer le stationnement ventouse et de libérer des places pour les usagers des transports en commun.

La ligne M a été étendue jusqu'à Beaumont. Nous avons poursuivi le projet de tram sans relâche au travers de l'enquête publique jusqu'à la déclaration d'utilité publique. A ce stade, le projet de tram est plus avancé côté français que côté genevois.

Les cadences de la ligne D seront doublées le 24 avril prochain avec un bus toutes les 360 secondes. Par ailleurs, avec la communauté de communes du genevois nous avançons sur la réalisation d'un pôle d'échange multimodal qui permettra de développer les transports en commun.

Nous travaillons également au développement des couloirs de bus en traversée de St Julien depuis l'entrée de la commune jusqu'au rond point de Mössingen.

Le développement des transports en commun est décisif pour préserver la mobilité de tous, on l'avait dit déjà il y a trois ans, on le fait.

08:02 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

lundi, 03 avril 2017

Mon credo pour la France

Je crois que les défis de notre temps seront résolus à l'échelle des continents plutôt que des royaumes du moyen-âge. Je crois que nous devons mieux organiser la démocratie à l'échelle européenne pour assurer notre défense, préserver notre environnement, développer notre économie et nos emplois, renforcer nos entreprises, peser dans les choix de la planète. Je crois que la France a besoin de plus d'Europe.

Je crois que seuls les peuples font les pays et les grandes nations. Je crois que les Français doivent assumer leurs responsabilités collectives plutôt que de s'en décharger une fois tous les cinq ans sur un homme prétendument providentiel. Je crois que les pays en général, et la France en particulier, sont plus forts lorsque leurs peuples se rassemblent au delà de leurs divergences pour servir le bien commun. Je crois que le clivage de la gauche et de la droite a fait beaucoup de mal à la société française depuis 40 ans. Je crois que ce clivage a asséché tout débat public en le transformant en simple échange d'invectives au détriment de la recherche de solutions nouvelles.

Je crois que le développement économique, le travail et les entreprises permettent l'épanouissement de chacun en donnant à chacun un rôle dans la collectivité et en donnant à chacun les moyens financiers de sa subsistance et de son développement personnel et familial. Je crois que ce développement économique doit être favorisé en réduisant les carcans administratifs, règlementaires, législatifs et fiscaux qui pénalisent tant la liberté d'entreprendre. Je crois que lorsque la dépense publique dépasse 50% de la production intérieure, nous avons dépassé le stade du socialisme pour entrer dans celui du communisme.

Je crois que le développement économique n'est pas une fin en soi, mais bien un moyen du développement ordonné des individus qui composent la société. Je crois que ce développement économique doit être cadré et que la société doit venir en aide aux plus faibles, à ceux qui ne peuvent pas s'insérer économiquement. Je crois que notre système social peut être plus performant en étant mieux organisé et mieux ciblé.

Je crois dans les corps intermédiaires responsables qui participent aux décisions collectives. Je crois à la responsabilisation du plus grand nombre plutôt qu'à l'infantilisation.

Je crois qu'il est immoral de dépenser l'argent public comme si c'était l'argent de personne. Je crois qu'il est irresponsable et absurde de prétendre que la France pourrait ne pas rembourser ses dettes à ses créanciers auprès desquelles elle doit emprunter chaque jour. Je crois qu'il est indéfendable de reporter ses dettes publiques sur les générations futures lorsqu'ils s'agit de dépenses courantes.

Je crois que la vie en société nécessite des règles. Des règles choisies démocratiquement. Je crois que nous avons besoin en France de plus d'ordre et d'autorité pour que ces lois soient respectées et que des sanctions soient prononcées lorsque c'est nécessaire. Je crois que nous avons besoin de plus de moyens pour les forces de l'ordre et la justice pour faire respecter les règles de vie en société.

Je crois que le système majoritaire est perverti lorsqu'il permet à deux partis qui ne représentent chacun qu'un quart des français d'imposer successivement leurs lois contradictoires aux trois quarts restants. Je crois que ces coups d'état répétés à chaque élection majoritaire depuis 30 ans conduisent à l'immobilisme de la France. Je crois que le système proportionnel peut être également pervertit lorsqu'une minorité empêche toute décision. Je crois que les modes de scrutins ne sont jamais parfaits, qu'il convient de les utiliser de manière responsable. Je crois que nos institutions sont à bout de souffle et qu'une crise de régime, si possible démocratique, est nécessaire.

Je crois que l'entre-soi du PS et de l'UMP depuis 30 ans a conduit à des dérives. Je constate qu'aucun contre pouvoir n'a eu l'autorité et l'indépendance de mettre fin à ces dérives. Je crois que le temps est venu d'une représentation nationale plus diverse et plus indépendante. Je crois que dans un pays où tout est transparent, aucun cabinet noir ne peut exister, car il n'y a plus rien à révéler. Je crois que la gauche et la droite seront nécessaires pour reconstruire le pays, mais que le PS et l'UMP ne sont plus adaptés à notre temps et doivent disparaitre.

Je crois que les Français sont capables de se rassembler quand l'essentiel est en jeu : la République, l'Europe, la position de la France et son avenir. Je crois que nous sommes à un de ces moments là de l'histoire de France.

C'est pourquoi je voterai pour Emmanuel Macron le 23 avril prochain.

 

14:35 | Commentaires (3) | |  Facebook | |  Imprimer | |

#7 On l'a dit, on le fait : la mobilité douce

La croissance démographique est très importante. Les besoins en déplacement augmentent encore plus vite. D'après une récente étude réalisée par l'ARC Syndicat Mixte, même avec le Léman Express, même en développant la mobilité douce, le covoiturage et les transports en commun, il y aura en 2030 encore 70 000 déplacements supplémentaires dans le Genevois français que par rapport à la situation d'aujourd'hui pourtant déjà saturée. Il nous faut donc être d'autant plus moteurs dans la promotion des mobilités alternatives pour éviter l'embolie généralisée de tout le Grand Genève. A ce jour, la moitié de nos déplacements concernent des distances de moins de 3km que l'on pourrait faire à pied ou en vélo... s'il y avait des pistes cyclables et des trottoirs suffisamment agréables, sécurisés et attractifs.

L'expérience des villes en Europe montre que la proportion de vélos et piétons augmente directement avec le nombre des infrastructures qui leur sont dédiés. C'est pourquoi nous intégrons, petit à petit la mobilité douce dans tous nos aménagement. Des trottoirs larges agréables et confortables ont été réalisés à l'Allée de la Feuillée et permettent aux 3000 St Juliennois qui résident dans les quartiers ouest de pouvoir venir en ville à pied de manière plus confortable.

Des pistes cyclables et des allées piétonnes sont en cours de réalisation sur la route des vignes et sur la route de Thairy. Les projets de pistes cyclables et d'allées piétonnes ou de trottoirs sont dessinés et les travaux lancés prochainement sur la route de Lyon, la rue des Sardes, la rue du Dr Palluel, la place César Duval et la rue du Jura.

Des aménagements de mobilité douce ont commencé à être réalisés et seront completés rue Napoléon III près de l'école du Puy St Martin. Ils sont terminés chemin des grandes rasses et allée des cyclades. Un passage piéton a été réalisé dans l'ancienne propriété de Mlle Desjasques pour relier l'avenue de Genève à la rue Amédée VIII de Savoie. Des trottoirs ont été réalisés route de Feigères. Le chemin Violet a été sécurisé. La traversée de la RD1201 en haut de Cervonnex est planifiée avec le département pour 2017. Une première section de chaucidoux a été réalisé entre Thérens et Thairy et sera étendue cette année.

Cela s'est accompagné d'un déploiement progressif de supports à vélo : à Perly, à la gare, dans la Grand'rue et à Buloz. D'autres suivent bientôt.

Pour mieux sécuriser les piétons et les vélos, les limitations de vitesse ont été réduite dans les hameaux et entre les hameaux.

L'ensemble prend forme au travers d'un plan communal des mobilités douce qui a été réalisé en 2016. Une programmation pluriannuelle est en cours pour financer le développement de ces infrastructures de mobilité douce.

07:44 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

dimanche, 02 avril 2017

Sur la convivialité, on en a même fait plus que ce qu'on avait promis

Dans une ville où tant d'habitants arrivent chaque année sans connaitre personne, il est essentiel de renforcer encore la convivialité. Nous avons donc été au delà de nos engagements.

Nous avons créé de nouveaux événements tels que la Place de l'Eté, la fête des enfants. Nous avons renforcé l'accueil des nouveaux habitants pour en faire un véritable accueil. Nous faisons la promotion de la fête des voisins. Les vœux aux habitants sont devenus un événement convivial entre les habitants plutôt qu'une réunion de notables. En déplaçant la fête du 14 juillet à la Paguette, nous avons non seulement renforcé la sécurité de la manifestation mais aussi permis son développement et une plus grande convivialité. Nous avons mis en place les activités "summer" pour les jeunes. Nous avons soutenu les comités de quartier pour leurs événements de convivialité. Nous avons créé l'agenda qui chaque mois permet aux associations de faire connaitre leurs événements et aux habitants de savoir tout ce qui se passe à St Julien. Par ailleurs, nous avons généralisé la location des salles municipales pour permettre aux habitants et aux associations de mieux bénéficier de ces bâtiments le week-end pour leurs événements conviviaux.

Parce qu'une ville conviviale et accueillante est une ville plus agréable, nous avons été au delà de nos engagements en matière de convivialité.

09:26 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

samedi, 01 avril 2017

#6 On l'a dit, on le fait : maitriser la qualité et le rythme des constructions

Chaque année, dans les pays développés, la proportion de veufs, de divorcés et de célibataires augmente de 1% par an. Cela nécessite 1% de logements supplémentaires à population constante. Pour St Julien cela correspond à 70 logements soit environ 2 à 3 immeubles supplémentaires. Par ailleurs, la croissance démographique naturelle nécessite la construction d'environ 70 logements soit également 2 à 3 immeubles. Par ailleurs, le modèle de croissance économique que s'est choisi Genève génère une croissance démographique importante. Pour limiter l'impact de cette croissance démographique sur les prix des logements et pour éviter de faire comme Genève, à reporter cette croissance loin des réseaux de transports, nous devons également construire des logements supplémentaires. Cependant, nous nous sommes fixé l'objectif de maitriser à 200 logements par an en moyenne, le rythme des constructions pour maitriser aussi les investissements publics nécessaires pour accompagner cette croissance.

Les communes ont peu de marges de manœuvre pour maitriser ce rythme des constructions puisqu'elles ont l'obligation d'accorder des permis de construire tant qu'ils respectent les règles d'urbanismes fixées au préalable. Si une commune refuse un permis qui serait légal, elle s'exposerait à des poursuites pour dommage et intérêt de la part du promoteur. Le rythme des constructions est encore trop important à St Julien. Il est l'effet des règles actuellement en vigueur.

Le futur Plan Local d'Urbanisme qui a été arrêté en novembre, qui est à l'enquête publique et qui sera approuvé définitivement en juin contribuera à réduire le rythme des constructions. Il fixe des règles de recul, de hauteur, des règles d'espaces en pleine terre qui imposeront aux promoteurs de construire mieux et donc moins. Ce nouveau PLU ne prévoit aucune extension de zone à bâtir dans la commune et prévoit même des zones de gel lorsque nous estimons que les infrastructures ne sont pas prêtes en particulier à Ternier. Cependant, les autorisations accordées sur la base de l'ancien PLU restent valable jusque vers 2020. Ce n'est donc qu'en 2020 que toutes les nouvelles constructions seront réalisées sur la base du nouveau PLU.

Pour contribuer à écouler le stock des logements autorisés que nous avons trouvé en mars 2014, nous avons utilisé à plein la seule possibilité ouverte pour les communes de refuser un permis de construire : le sursis à statuer lorsque la révision du PLU est en cours. Dans le même temps, nous avons écrit à tous les promoteurs et aux banques, pour les alerter sur le rythme frénétique des demandes d'autorisation qui menace l'équilibre du marché immobilier et sur notre volonté de maitriser le rythme des constructions. Cela a grandement freiné les ardeurs des promoteurs.

Par ailleurs, sur chaque projet, nous travaillons avec nos architectes conseils qui contribuent grandement à améliorer la qualité architecturale des projets présentés. Les projets les plus récents sont le fruit de ce travail.

Enfin, nous avons mis en place une taxe d'aménagement majorée qui s'impose aux promoteurs et par laquelle ils contribuent à 40% des coûts d'investissements publics rendus nécessaires par ces logements supplémentaires (écoles, voirie...). La commune percevra cet été 1 millions d'euros de recette de la part des premiers promoteurs exposés à cette nouvelle taxe. Cette taxe permet de financer les équipements publics mais aussi permet de réduire l'attractivité de la commune pour les promoteurs et donc de réduire le rythme des constructions.

Maitriser le rythme et la qualité des constructions à St Julien, on l'a dit il y a trois ans, on le fait.

10:36 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

vendredi, 31 mars 2017

#5 On l'a dit, on le fait : des jardins dans les quartiers

Le petit bourg qu'était St Julien n'avait pas besoin de parcs, car la campagne environnante était proche. Maintenant que le bourg est devenu ville, il a besoin de lieux de respiration urbains.

En concertation avec les comités de quartier, nous avons ouvert au public le jardin de la maison David ainsi que le parc de jeu du centre aéré pour les habitants de Cervonnex le week-end.

Par ailleurs, nous avons lancé les marchés pour la réalisation de deux parcs, l'un à côté du parking de Chabloux et l'autre dans le quartier du Puy St Martin. Les travaux seront réalisés en 2018.

Nous avons travaillé avec la Sous Préfecture sur un projet d'ouverture au public d'une partie du jardin de la Sous Préfecture. Alors que l'Etat veille à la consommation foncière de l'urbanisme, il met ses actes en concordance avec ses paroles pour veiller à ce qu'un tel espace naturel en cœur de ville ne soit pas privatisé pour les services de l'Etat.

Nous avons été la première commune de Haute-Savoie a créer une zone d'espaces verts urbains qui permet de sanctuariser les futurs parcs de la ville. L'espace vert situé devant l'Escalade a ainsi pu être sanctuarisé.

Enfin, dans le cadre du projet des écoles des jardins de l'Europe, un parc scolaire qui sera ouvert au public le week-end sera réalisé. Les travaux devraient pouvoir commencer dès l'été 2017 (en l'absence de recours contentieux).

Petits à petits, les poumons verts de St Julien commencent à respirer. Parce que ce que nous avons dit sur les jardins dans les quartiers est important pour nous, nous le réalisons.

08:20 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

jeudi, 30 mars 2017

#4 On l'a dit, on le fait : un coeur de ville convivial

St Julien s'est construit au départ comme une ville-rue. Elle doit se transformer en ville à vivre. C'est la raison pour laquelle, nous avons placé la réalisation d'un cœur de ville au cœur de notre projet.

En modifiant comme annoncé le plan de circulation de la ville, nous avons réduit le trafic automobile en cœur de ville pour le pacifier. St Julien doit être agréable à vivre et pas seulement un raccourci pour automobilistes en transit. En coordonnant les feux de la gare et du carrefour de Ternier, en modifiant les priorités sur le rond point de l'Arande et en modifiant le sens de circulation dans la Grand'Rue et devant la mairie nous avons incité les automobilistes en transit à rester sur la départementale qui a été conçue pour le transit.

Nous avons par ailleurs lancé "la Place de l'Eté" pour reconquérir de l'espace public pour les habitants et la convivialité. Dans le même esprit, nous avons proposé à tous les commerces qui le souhaitaient d'installer des terrasses. Ces terrasses ont rendu la ville plus conviviale et développé la solidité économique des commerces de convivialité.

L'ancienne boulangerie Lavorel située dans le quartier de la ferronnerie en contre bas de la Grand'rue est désormais en travaux pour rénovation après une vingtaine d'années d'abandon. Les chats et leur urine ne hantent plus le quartier.

Suite à un appel à projet, la commune s'est engagée à céder la maison Hoo Paris à des restaurateurs (dans tous les sens du terme) afin qu'ils rénovent ce bâtiment ancien pour y ouvrir un restaurant gastronomique japonais et un glacier sur le parc qui contribueront à améliorer encore la convivialité du cœur de ville.

Avec le Conseil d'Architecture, d'Urbanisme et d'Environnement de Haute-Savoie, nos architectes conseils, l'association Cap ou Cap, l'école de Design de Nice et l'école d'Architecture de Grenoble, nous avons lancé une démarche large d'innovation et de concertation sur l'aménagement d'un cœur de ville. Ce travail se traduira dans les prochaines semaines par un dialogue compétitif qui sera proposé au prochain conseil municipal pour synthétiser ce travail de manière opérationnelle.

Petit à petit, on sent le cœur de St Julien commencer à battre.

Parce que ce que nous vous avons dit que le cœur de ville est important pour nous, nous le mettons en œuvre.

08:06 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

mercredi, 29 mars 2017

Sur l'enfance et le scolaire, on en a même fait plus !

Au delà de nos engagements de campagne électorale, nous avons également mis en place un projet éducatif de territoire qui a permis de mieux nous coordonner avec l'ensemble des partenaires éducatifs.

Nous avons veillé à améliorer la mixité sociale dans les écoles. Nous avons refusé d'être spectateurs devant ce que certains appellent à St Julien "l'école des riches et l'école des pauvres". Nous avons modifié la carte scolaire pour que les enfants de St Julien puisse grandir les uns avec les autres et pas coupé de la société française, ni dans un sens ni dans l'autre. Les premiers effets très positifs et très encourageants de cette mixité sociale se font déjà sentir et s'étaleront progressivement sur les 6 prochaines années.

Nous avons également mis en place une nouvelle convention avec la Présentation de Marie afin d'améliorer également la mixité sociale dans le privé avec un effet induit positif sur les établissements publics.

Nous avons ouvert le centre de loisir de Cervonnex le mercredi matin pour accueillir les enfants de la Présentation de Marie qui n'ont pas cours. Nous avons ouvert un accueil de loisir pour les plus jeunes au mois de juillet.

Nous avons mis en place un accompagnement à la scolarité pour 90 enfants et nous mettons en place actuellement un Programme de Réussite Educative pour les enfants les plus en difficulté.

Au delà de nos engagements, ces réalisations s'inscrivent dans notre projet et sont fidèles à nos valeurs.

08:51 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

mardi, 28 mars 2017

#3 On l'a dit, on l'a fait : améliorer les activités périscolaires

Il y a trois ans, les habitants de Saint-Julien ont confié à notre équipe la responsabilité de gérer la ville. Je ferai ici chaque jour un point l'état d'avancement de nos 33 engagements.

Le démarrage des activités périscolaires à St Julien-en-Genevois s'est fait dans la confusion. Plusieurs fois, des enfants ont été égarés, les animateurs avaient un nombre trop important d'enfants confiés, les activités laissaient parfois à désirer. Nous nous sommes engagés à améliorer la qualité des activités périscolaires.

D'abord nous avons pérennisé les postes d'animateurs afin d'attirer des animateurs motivés. Nous avons investit dans leur formation. Nous avons amélioré les taux d'encadrement afin de garantir la sécurité des enfants et de leur donner les moyens d'améliorer la qualité des activités.

Nous avons impliqué les partenaires associatifs dans les activités. Nous avons favorisé l'autonomisation des enfants dans le choix des activités conformément au Projet Educatif Territorial (PEDT) élaboré avec les partenaires.

Par ailleurs, comme nous nous y étions engagés, nous avons mis en place le portail famille pour faciliter les inscriptions. Qui se souvient qu'il y a seulement trois ans, à St Julien les parents devaient prendre une demi journée de vacances toutes les 6 semaines pour faire la queue pour inscrire les enfants au centre aéré ? Une préhistoire qui date d'il y a seulement 3 ans !

Parce que notre parole compte, nous avons fait ce que nous avons dit.

08:42 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

lundi, 27 mars 2017

#2 On l'a dit, on le fait : ouvrir des classes pour rattraper le retard

Il y a trois ans, les habitants de Saint-Julien ont confié à notre équipe la responsabilité de gérer la ville. Je ferai ici chaque jour un point l'état d'avancement de nos 33 engagements.

Le nombre d'habitants a augmenté de 30% de 2001 à 2014, et pourtant en 15 ans, la commune n'a pas construit une seule salle de classe. Petit à petit, des salles de classes ont été installées dans des salles de science, des salles informatiques et des bibliothèques. "Les nouveaux habitants n'ont pas d'enfants" affirmait sans rire mon prédécesseur qui utilisait l'intégralité des capacités de financement de la commune à la construction d'équipements publics moins indispensables que les écoles. Depuis 2014, ce sont 5 classes supplémentaires qui ont du être ouvertes !?!

Nous avons lancé les marchés et la construction de l'extension modeste de l'Ecole du Puy St Martin et nous avons en parallèle lancé le jury pour la construction de deux nouvelles écoles dans le quartier des jardins de l'Europe. Les trois salles de classe supplémentaire de l'école du Puy St Martin ont pu être livrées en janvier 2016.

Nous avons réalisé une étude détaillée pour prévoir les effectifs scolaires précisément année après année sur des fondement plus solide que les anticipations passées.

Le concours a été lancé avec une première rencontre avec les habitants du quartier, et fait extrêmement rare sur ce type de projet, le conseil municipal a mis en place un comité consultatif rassemblant les riverains, les enseignants, les parents d'élèves et la famille David. Le comité consultatif a pu faire des propositions d'amélioration qui ont été pris en compte à chaque fois que c'était possible.

Le permis de construire des nouvelles écoles a été déposé en juillet 2016, accordé en janvier 2017. Les appels d'offres ont été lancés ce mois-ci. Les marchés seront attribués en juin pour un démarrage des travaux en juillet et une mise en service planifiée pour septembre 2019 (sauf en cas de recours contentieux, indépendant de notre volonté, qui pourrait retarder le démarrage des travaux et donc la livraison de l'école, de la cantine, de la bibliothèque, du jardin scolaire et de la salle de sport).

Parce que notre parole compte, nous faisons ce que nous avons dit !

09:32 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

dimanche, 26 mars 2017

#1 On l'a dit, on le fait : ouvrir des cantines dans les écoles

Il y a trois ans, les habitants de Saint-Julien ont confié à notre équipe la responsabilité de gérer la ville. Je ferai ici chaque jour un point l'état d'avancement de nos 33 engagements.

Le transport par car jusqu'au restaurant scolaire de Cervonnex prend du temps de pause aux enfants, coûte cher au contribuable, et se traduisait à l'époque par des retards importants en cours l'après midi. Nous nous sommes engagés à instaurer la restauration scolaire dans les écoles pour les maternelles.

La restauration scolaire dans les écoles a été étendue à l'école du Puy St Martin en augmentant le nombre d'enfants qui déjeunent au collège (septembre 2014), en ouvrant la restauration scolaire sur place (janvier 2016) et en mettant en œuvre un double service (septembre 2016). Par ailleurs, nous avons mis en place une convention avec le lycée pour l'accueil d'enfants de l'école François Buloz au lycée (septembre 2015). Au total, 134 enfants peuvent désormais déjeuner sur place sans avoir à subir le transport par car jusqu'à Cervonnex.

Cela a permis de passer à un service continu à Cervonnex plutôt que deux services : les enfants ont désormais le temps de déjeuner correctement, de profiter du temps de midi et ne sont plus en retard en classe l'après midi.

Cela va progresser encore avec l'ouverture des deux nouvelles écoles des jardins de l'Europe en septembre 2019 (si les travaux peuvent démarrer à temps et s'il n'y a pas de recours contentieux). Nous étudions aussi la possibilité pratique d'ouvrir une restauration scolaire à l'école des Prés de la Fontaine.

Par ailleurs, nous avons renforcé l'encadrement lors de la pause méridienne, et nous avons changé de prestataire pour une qualité de repas bien supérieure - au même prix -.

Le service de restauration scolaire est même victime de sont succès puisque la proportion de parents qui s'inscrivent a augmenté de 25% !

Parce que notre parole compte, nous faisons ce qu'on a dit !

17:30 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

mercredi, 22 mars 2017

St Julien a commencé à supprimer la taxe d'habitation pour rendre la fiscalité locale plus juste

L'Association des Maires de France a organisé la bousculade d'un candidat à la présidentielle : Pas étonnant lorsqu'on sait que cette association est contrôlée dans un savant jeu de pouvoir par une coalition PS-UMP matérialisée par le duo Laignel (PS) Baroin (UMP). Le PS et l'UMP lorsqu'ils sont au pouvoir et en situation de responsabilité préconisent toujours la baisse des dotations d'état aux collectivités et la baisse de la dépense publique. Le rapport Balladur le préconisait très clairement du temps de Sarkozy, cela faisait partie intégrante des projets des candidats en 2012... et ne peut que faire partie des projets des candidats sérieux en 2017. Mais les mêmes personnes, lorsqu'elles sont à l'AMF conspuent les baisses de dotation de l'état : comme si on pouvait être responsable à mi-temps. Bref, huer un candidat qui menace le duopole UMP-PS, on n'en attend pas moins de la part d'une association des maires qui symbolise à elle seule ce duopole et cette irresponsabilité face aux enjeux d'intérêt général.

A St Julien, nous avons commencé à supprimer la taxe d'habitation : 10% l'an dernier, 3% cette année. Et pour ma part, j'étais précisément en train de réfléchir à la suppression progressive et totale de la taxe d'habitation échelonnée sur plusieurs années.

La fiscalité locale est injuste. Elle ne prend pas en compte la situation contributive des familles. La taxe foncière qui pèse sur les propriétaires est fondée sur une valeur locative deux fois plus faible que la taxe d'habitation qui s'impose aux locataires. Pour un même logement, dans une même commune et avec des taux de taxe d'habitation et de taxe foncière identique, le locataire paie deux fois d'impôts plus que le propriétaire bailleur !?! Dans notre territoire, parmi les plus riches et les plus inégalitaires de France, cela pose forcément question. C'est la raison pour laquelle l'an dernier, nous avons basculé 300 000 euros d'impôts de la taxe d'habitation vers la taxe foncière : des locataires vers les propriétaires bailleurs. Cette décision a été neutre pour les propriétaires occupants qui payait en moins sur la taxe d'habitation ce qu'ils payait en plus sur la taxe foncière. Cela s'est traduit par une baisse d'impôts de 50 euros environ pour les locataires et une augmentation d'impôts de 50 euros environ pour les propriétaires.

L'injustice de la fiscalité locale nuit à la légitimité de l'impôts communal lui même. A St Julien, la FCPE-PS a beau jeu d'argumenter que la limitation de l'accueil à la restauration scolaire en stigmatisant des chômeurs qu'ils n'ont pas encore trouvé et qui le cas échéant composerait une minorité des familles concernées... mais elle oublie bien sûr que les impôts locaux qui financent la restauration scolaire pèsent plus sur les locataires que sur les propriétaires bailleurs, autant sur les familles à haut revenu que les familles à bas revenu, pèse plus sur les familles nombreuses que les célibataires, pèse beaucoup plus sur les ménages occupant un logement récent que ceux qui occupent un logement ancien, pèse souvent moins sur les propriétaires de fermes rénovées avec jardin que sur les propriétaires d'appartements !?! Face à une telle injustice, les communes tôt ou tard devront réduire l'impôt et en conséquence réduire le champ de leurs interventions. C'est pour réduire cette injustice que cette année nous avons réduit la taxe d'habitation de 3% à St Julien.

Cette injustice n'est pas seulement à l'échelle de la commune. Elle pèse aussi à l'échelle nationale : les impôts sont souvent plus élevés dans les communes les plus pauvres et plus faibles dans les communes les plus riches. A Saint-Julien, commune dont les habitants ont les revenus parmi les plus élevés de France, notre taux d'imposition est particulièrement faible. La péréquation intercommunale pallie à ces déséquilibres et, aussi douloureux que cela soit à Saint-Julien, elle pourrait être accrue.

Cependant, tout cela appelle à une remise à plat de l'ensemble de nos dispositifs sociaux qui se sont multipliés et s'enchevêtrent. Veillons à ne pas non plus multiplier les dispositifs qui sont aveugles les uns par rapport aux autres et qui du coup conduisent à des situations absurdes telles qu'observées à Saint Julien où des parents ont des enfants placés et continuent de percevoir des allocations familiales qui s'ajoutent à d'autres dispositifs sociaux et conduisent à des niveaux de revenus absurdes. Veillons aussi à ne pas inciter au travail au noir au travers de tous ces dispositifs fondés sur les revenus déclarés.

La suppression de la taxe d'habitation telle que proposée par Emmanuel Macron appelle à un travail législatif de précision. Pour ma part, il me semble déjà souhaitable que les bases qui servent au calcul des taxes d'habitation (TH) et de taxe foncière (TF) soient revues, équilibrées ou inversées pour introduire une répartition de la charge locale plus juste entre locataires (TH), propriétaires occupants (TH+TF) et propriétaires bailleurs (TF).

Une fiscalité locale plus juste est nécessaire pour la pérennité des communes et pour que leur liberté d'administration reste intacte.

14:55 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

jeudi, 16 mars 2017

Pourquoi nous refusons d'augmenter les impôts

En France la dépense publique s'élève à 55% du PIB !?! Les prélèvements obligatoires à 45% !?! J'ignore quel était le montant des prélèvements obligatoires en ex-URSS, mais même dans un pays communiste il y avait des revenus individuels. Au delà de 55% on n'est plus vraiment dans la sociale démocratie et on se rapproche plus du communisme. La collectivité c'est très bien, j'ai même décidé d'y consacrer ma vie. Mais elle ne peut pas tout régenter efficacement.

Lorsque j'ai été élu pour la première fois et que j'ai commencé à participer aux débats budgétaires locaux, j'ai constaté comment se construisaient trop souvent les budgets : on additionnait les projets pendant toute l'année, et à la fin de l'année on faisait l'addition qu'on envoyait aux contribuables sous la forme d'une augmentation d'impôts. Une méthode effarante qui conduit à augmenter la dépense sans aucune restriction, sans jamais se poser la question de la pertinence de l'intervention publique, de l'efficacité ou de la priorité par rapport à des décisions privées.

Cette augmentation infinie de la dépense publique est déresponsabilisante. Les parents d'élèves, si soucieux du prix de la restauration scolaire, refusent de payer le coût réel de 12 euros par jour. On peut les comprendre.. mais ils ignorent que c'est le coût qu'ils paient réellement au travers de leurs impôts. C'est moins visible, moins immédiatement douloureux... mais pourtant tout aussi cher et tout aussi douloureux sur la durée. Si le tarif était fixé à 12 euros, sans doute les parents réfléchiraient à des solutions alternatives. Sans doute une offre plus efficace se mettrait-elle en place. L'action sociale de la commune qui subventionne les repas des familles les plus modestes pourrait tout à fait être maintenue sous une autre forme et sans s'occuper uniquement des familles qui ont des enfants à la cantine.

De la même manière, le stationnement résidentiel n'est jamais gratuit. La voirie publique coûte chère à entretenir. Lorsque la gratuité est appliquée, chacun est déresponsabilisé du coût qu'il engendre à la collectivité. Lorsque chacun participe au coût qu'il engendre chacun peut adapter ses comportements.

Lorsque le transport scolaire était quasi gratuit, des centaines de familles inscrivaient leur enfant sans utiliser le service qui pourtant coûtait 1000 euros par enfant et par an aux contribuables. Il résultait de cette gratuité un gâchis annuel de 200 000 euros de cars sous occupés au frais des contribuables. A ce jour encore, les familles ne paient que 10% du coût réel, mais au moins elles s'inscrivent pour un service qu'elles utilisent.

Le niveau exorbitant des prélèvements obligatoires en France détruit la liberté individuelle et la liberté d'entreprendre.

Par ailleurs, les impôts locaux sont actuellement injustes. Ils ne prennent pas véritablement en compte la situation des contribuables mais uniquement la taille, le confort et l'âge du logement ! Les impôts locaux pourraient être plus justes en régulant plus précisément les niveaux de la taxe foncière et de la taxe d'habitation pour mieux répartir la charge communale entre locataires, propriétaires occupants et propriétaires bailleurs. C'est ce que nous avons fait cette année en basculant 300 000 euros de contribution des locataires vers les propriétaires bailleurs, mais c'est modeste au regard de la fiscalité locale.

Aujourd'hui la taxe d'habitation est payée aussi par de nombreux travailleurs pauvres, par des retraités aux rentes modestes, par des familles monoparentales. C'est à eux que nous pensons lorsque nous leur redistribuons une partie de la recette de la majoration de la taxe d'habitation pour les résidents secondaires sous la forme d'une baisse d'impôts de plus de 3% cette année.

Bien sûr, pour beaucoup en France, l'argent public c'est l'argent de personne. Il suffit de demander des subventions publiques, il suffit que l'état ou la commune paie. Il suffit que... et bien non, les contribuables ne veulent plus payer, et pour notre part, on les comprend !

 

PS : lors du dernier conseil municipal, la minorité de gauche s'est abstenue au sujet de la baisse des impôts - ce qui a le mérite de la cohérence. En revanche, on était plus étonné de voir la minorité de droite s'abstenir également... et même un conseiller municipal de droite voter contre la baisse des impôts !?!

21:37 | Commentaires (2) | |  Facebook | |  Imprimer | |

mercredi, 15 mars 2017

Circulation à Saint-Julien : 3 ans de purgatoire

Les travaux sur la route des vignes et la route de Thairy compliquent grandement la circulation aux heures de pointe. Ce n'est malheureusement qu'un début.

Nous avons toute une ville à refaire. La commune a mal entretenu ses routes. "Aucune route n'est digne de ce nom à St Julien" affirmait il y a quelques années à son départ un ancien Sous-Préfet. Forcément, puisque la commune ne se donnait pas les moyens d'investir dans l'entretien de son patrimoine de voirie et de bâtiments. Les routes coûtent aujourd'hui si chères à entretenir, qu'il est moins cher pour la commune de les refaire complètement. Le programme de rénovation de la voirie commencé en 2015 sera poursuivi de manière importante cette année.

Les travaux continueront sur l'entrée ouest jusqu'à fin 2018 : après la route des vignes et le nouveau barreau entre la départementale et la route de Lyon, les travaux se poursuivront sur la rue des sardes et sur la route de Lyon.

Du côté du quartier des jardins de l'Europe, après la route de Thairy, les travaux se poursuivront sur le chemin du crêt millet, la rue du belvédère, le rond point des acacias et sur le chemin de la ferme si les travaux de l'école commencent comme prévu.

Bien sûr les travaux des nouvelles écoles des jardins de l'Europe auront également un impact sur la circulation dans le quartier. En l'absence de recours, les travaux pourraient commencer dès l'été prochain.

Pour dissuader le trafic de transit par le cœur de ville en provenance de l'entrée ouest, des travaux de pacification et de réfection de voirie seront lancés sur la rue du Dr Palluel, sur la place César Duval et sur la rue du Jura. Ces travaux se prolongeront par des travaux sur le chemin du loup.

En parallèle des travaux destinés à prioriser le transit des bus seront lancés sur l'avenue de Genève entre le rond point de Mössingen et la Sous Préfecture. A terme ils seront prolongés par des travaux sur l'avenue Bertholet et la rue de la gare. Enfin, dans le cadre du projet pôle gare, des travaux seront lancés sur l'avenue Louis Armand et sur la route d'Annemasse.

Tout cela sera réalisé dans les trois prochaines années. Nous travaillons en ce moment au séquençage des travaux pour organiser au mieux leur planification. Un planning détaillé de tous ces travaux sera communiqué dans les prochains mois.

La circulation est déjà un enfer aux heures de pointe en raison d'une politique économique genevoise de croissance dynamique et d'attractivité fiscale incohérente avec le conservatisme sur la construction de logements. Tout cela reporte la croissance urbaine loin des centres économiques et augmente les besoins en déplacements de 15 voitures de plus chaque jour sur nos routes. Nous subissons cela et nous plaçons Genève face à ses responsabilités à chaque fois que nous le pouvons. Cet enfer sera temporairement aggravé par l'ensemble de ces travaux rendus nécessaires pour remettre à niveau la ville de St Julien.

C'est le moment pour chacun d'entre nous de tester toutes les alternatives de mobilité. En particulier, les moyens de se déplacer qui réduisent l'encombrement de la voirie publique aux heures de pointe :

  • La marche : la moitié des déplacements font moins de 3km. Pour notre santé, il est recommandé de marcher 10'000 pas par jour, soit 8 à 9km par jour. C'est le moment de s'y mettre. Si ensemble, nous marchons plus, nous roulerons mieux lorsque nous en avons besoin.
  • Le vélo : les stationnement se multiplient, les limitations de vitesse se réduisent, les voies cyclables se développent (en particulier dans tous les projets listés). C'est le moment de se mettre au vélo.
  • Les transports en commun : dès le 24 avril, les fréquences de la ligne D seront doublées. Il y aura un bus toutes les 360 secondes : des bus aussi fréquents que des trams. C'est le moment de se mettre aux transports en commun.
  • Le covoiturage : à ce jour, seulement une voiture sur 10 transporte un passager. Prenez un passager de plus et vous aurez une voiture de moins sur la route devant vous. Si on passait de 1 sur 10 à seulement 2 sur 10, toute le monde circulerait aussi bien que les mercredi. C'est le moment de se mettre au covoiturage.

Par ailleurs, pour ceux qui peuvent se déplacer à pied, en vélo, en transports en commun ou en covoiturage, vendez votre voiture, vous pourrez, lorsque vous en avez besoin utiliser les voitures Citiz en autopartage.

A terme, ces travaux amélioreront la situation, en particulier l'entrée ouest, les couloirs de bus, la priorisation des modes doux. Mais aussi les grands projets d'infrastructures tels que le LémanExpress ou le diffuseur de Viry amélioreront la situation. D'ici là, temporairement, ça va être l'enfer : l'enfer temporaire, c'est le purgatoire !

 

06:59 | Commentaires (2) | |  Facebook | |  Imprimer | |

mardi, 14 mars 2017

Voyous du voyage : la faillite de l'Etat de droit

Depuis plusieurs années une bande de voyous sévit dans le Genevois. Ils multiplient les occupations illicites, violent les propriétés, dégradent des équipements publics, volent de l'eau et de l'électricité, saccagent les récoltes et polluent les champs, refusent de scolariser leurs enfants, portent atteinte aux lois sur l'environnement, polluent et vandalisent, volent à la tir...etc...etc... sans jamais être sanctionnés par la loi.

Ces voyous là se déplacent en caravane. Ce groupe là, ne mérite pas l'appellation de gens du voyage, car ils ne voyagent pas. Ils sont la honte de la communauté : la communauté du genevois français autant que celle des gens du voyage. Tels des cowboys, ils ont élu résidence dans ce Far Est qu'est le Genevois.

Nous avons tiré toutes les sonnettes d'alarme auprès des autorités ministérielles, préfectorales, parlementaires, judiciaires... mais les voilà à nouveau installés comme si tout espace était le leur, comme s'il leur revenait de rédiger nos lois. La police municipale et la gendarmerie sont mobilisés, mais à quoi bon tant que les législateurs rédigent des lois qui ne sanctionnent pas, et que la justice laisse passer ces délits à récidive sans y porter attention ?

Nous continuons de le faire, je saisi ce jour à la fois le conseil départemental et le procureur pour que les enfants qui ne sont pas scolarisés et qui sont élevés dans des conditions sanitaires déplorables, soient placés dans des familles d'accueil.

Etre incapable de sanctionner 120 délinquants illustre l'ampleur de la faillite de l'état de droit. Pourtant la vie en communauté, la république autant que la démocratie exigent que la loi soit la même pour tous et que les violations des lois soient sanctionnées.

08:10 | Commentaires (3) | |  Facebook | |  Imprimer | |

vendredi, 10 mars 2017

La restauration scolaire doit-être payée par les parents ou les contribuables ?

La restauration scolaire à St Julien est victime de son succès.

Depuis les élections municipales de nombreuses améliorations ont été apportées au service :

  • une centaine d'enfants déjeunent désormais sur place plutôt que de subir 40 minutes de transport par car (tous les enfants de l'école du Puy St Martin et une partie de ceux de François Buloz)
  • les taux d'encadrement ont été renforcés par rapport à ce qu'ils étaient en 2014 ce qui améliore à la fois la sécurité et la qualité de l'accueil,
  • les vacataires ont été recrutés sur des statuts pérennes, ce qui permet à la commune d'investir sur la formation et d'être plus attractive pour attirer du personnel compétent et motivé,
  • le prestataire des repas a été changé, sans augmentation de coût mais pour une qualité de repas largement améliorée comme nous le confirme les enfants, les parents... et la forte réduction des restes après les repas.

Cela a conduit à une augmentation importante du nombre d'enfants inscrits. Contrairement aux idées reçues, ces inscriptions supplémentaires ne permettent pas d'amortir les coûts. Bien au contraire, pour chaque enfant supplémentaire inscrit le surcoût s'élève à 1000 euros. 70 enfants supplémentaires inscrits coûtent donc 70 000 euros pour les contribuables : soit 10 euros supplémentaires d'impôts par famille dont 95% ne bénéficient pas du service.

Les contribuables de la commune apportent déjà un soutien massif aux familles : près de 450'000 euros pour la restauration scolaire, près de 900'000 euros pour l'enseignement primaire, sans compter les activités périscolaires et le centre de loisir. Avec la contribution communale sur la restauration scolaire, ce sont 75 euros qui sont transférés de la poche de toutes les familles de St Julien pour financer 1000 euros pour les familles qui inscrivent leur enfant à la restauration scolaire. Pourtant, parmi les contribuables, beaucoup ont du mal à faire face au coût de la vie dans le Genevois. Les parents d'élèves concernés bénéficient d'une prestation publique qui coûte plus du double de la totalité de leurs impôts locaux, par ailleurs, ils bénéficient pourtant également de l'ensemble des services municipaux de propreté, d'aménagement, d'entretien des espaces verts... Par ailleurs, les familles bénéficient également d'abattements sur la taxe d'habitation, de parts supplémentaires, d'allocations familiales.

Nous fixons à 500 000 euros par an, la limite de la contribution communale à la restauration scolaire. Les 70 000 euros supplémentaires liés aux inscriptions supplémentaires doit être financé autrement. Dès lors plusieurs alternatives se présentent :

  • Premier inscrit premier servit : cela conduit à favoriser les familles qui pourront faire 3 heures de queue lors de l'ouverture des inscriptions, aussi absurde que l'Union Soviétique
  • Tirage au sort : injuste et inique.
  • Prioriser les familles qui n'ont aucune autre alternative car les deux parents travaillent et limiter l'accueil des autres familles à une fois par semaine uniquement
  • Limiter à 3 ou 4 repas par semaine pour toutes les familles
  • Augmenter les tarifs d'environ 30% pour tous

Pour l'instant, nous avons fait le choix de limiter les inscriptions à une seule fois par semaine pour les enfants dont au moins l'un des deux parents ne travaille pas. Nous avons engagé les discussions avec les parents d'élèves qui ne sont pas opposés à considérer une augmentation des tarifs.. à l'exception bien sûr de la FCPE qui elle refuse toute limitation des inscriptions et toute augmentation des tarifs et ne se préoccupe pas de l'impact d'une augmentation des impôts pour les familles en difficulté.

Contrairement à ce qu'affirme la FCPE, les enfants de chômeurs sont les bienvenus à la cantine et leur repas subventionné, une fois par semaine, lors des formations et à chaque entretien d'embauche. Contrairement aux débilités véhiculées sur internet avec une étonnante mauvaise foi par la FCPE, les enfants des femmes enceintes ainsi que les enfants dont les parents sont à l'article de la mort sont accueillis à la restauration scolaire sur demande de dérogation.

Le débat n'est pas clos, il mérite que chacun se pose la question du financement du service de restauration scolaire et de la répartition des charges entre contribuables et usagers, et entre les habitants en fonction de leur niveau de revenus. Un débat qui mérite certainement des contributions plus intelligentes que les caricatures infantiles et partisanes véhiculées par la FCPE.

 

PS : La FCPE n'a jamais trouvé rien à redire à un tel règlement lorsqu'il a été adopté par la précédente municipalité socialiste. La FCPE nationale, qui pointe du doigt la commune de Saint Julien aux côté de celle de Toulon, n'a jamais trouvé rien à redire aux règlements exactement identiques adoptés par toutes les municipalités socialistes de France à commencer par la commune d'Annemasse. Pas plus que la FCPE n'a fait de remarques à l'absence de construction de salles de classes pendant 15 ans à St Julien ou au doublement de la contribution communale à l'établissement privé. A votre avis, pour quelle raison étrange la FCPE ne trouve jamais rien à redire aux actions des municipalités socialistes ? Est-ce dans "l'intérêt de l'enfant" comme ils le prétendent à la fin de chacun de leurs courriers, dans l'intérêt des parents, ou dans l'unique perspective de défendre des intérêts partisans dans une totale confusion des genres ?

13:49 | Commentaires (5) | |  Facebook | |  Imprimer | |

jeudi, 09 mars 2017

Joyeux anniversaire l'Europe !

antoine vielliard europeLes 60 ans de la signature du traité de Rome sont une bonne occasion pour faire le bilan de la construction européenne et de ce qu'elle nous apporte au quotidien. Tout particulièrement à l'approche d'une élection présidentielle française qui peut conduire l'Europe à son développement ou à sa disparition.

Je remercie l'Union Européenne d'avoir garanti près d'un siècle de paix. Evidemment lorsqu'on n'a pas connu la guerre, on prend cela pour acquit. Pourtant, il suffit de voir qu'un monde dans lequel chaque peuple revendique le "moi d'abord" des populistes est un monde qui s'achemine vers la guerre. Ce simple graphique montre à quel point un débat et un vote démocratique est beaucoup plus légitime et beaucoup moins mortel que la résolution des différents par les armes.

europe et paix

Je remercie l'Europe d'avoir contribué, sans doute insuffisamment, à préserver la souveraineté populaire face aux intérêts privés. Grâce à l'union des pays européens, ce sont des pouvoirs démocratiques qui brisent petit à petit des cartels, mis à bas le secret bancaire et sa fraude fiscale, les montages complexes qui exonèrent encore quelques multinationales de l'impôt commun ou mis un terme au racket des frais de roaming. Isolément, les royaumes du moyen âge aurait été aussi impuissants que des barques de papier au milieu d'un océan déchainé.

Je remercie l'Europe d'avoir assis la souveraineté monétaire Européenne. Une souveraineté monétaire qui a permis de diviser par 5 les taux d'intérêts. Les habitants paient 5 fois moins cher leurs crédits immobiliers. Parce que désormais l'Euro est une monnaie de réserve internationale, nos états, nos entreprises, nos collectivités empruntent 5 fois moins chers pour financer leurs investissements. A la seule échelle de la commune de St Julien, ce sont 50 000 euros supplémentaires par année de baisse de nos intérêts d'emprunts.

Je remercie l'Union Européenne parce qu'ici, grâce au Parlement Européen, nos décisions politiques sont prises par des parlementaires puissants plutôt que par des intérêts privés. Ruppert Murdoch ne dicte pas les lois européennes aussi facilement que les lois britanniques à travers quelques tabloïds, même si nous devons faire mieux en matière d'indépendance financière des médias. Les multinationales ne dictent pas nos taux d'imposition comme cela peut être le cas dans les pays plus petits et plus isolés. Nos dirigeants décident seuls et ne vont pas prendre leurs ordres et leurs financements auprès de Trump et Poutine comme le font les prétendus souverainistes d'extrême droite.

Je remercie l'Union Européenne d'avoir tenu bon pour préserver, voir même d'avoir imposé au monde les normes de qualité européenne dans une économie globalisée. Je remercie l'Union Européenne d'avoir été moteur dans l'établissement de normes juridiques et environnementales internationales. Des normes qui n'auraient jamais vu le jour sans le leadership européen.

Je remercie l'Union Européenne d'avoir su protégé le citoyen des dérives autoritaires de certains états membres ou d'avoir su nous préserver de nos faiblesses. Où en serait notre dette nationale ? Où en serait la France si l'Union Européenne ne contrôlait pas chaque année nos déficits budgétaire devant l'irresponsabilité des parlementaires depuis 40 ans ?

Bien sûr il reste encore beaucoup à faire pour les 60 prochaines années. Nous devons mieux investir dans nos infrastructures. Nous devons mieux coordonner nos politiques budgétaires, financières et économiques. Nous devons mieux former. Nous pouvons faire beaucoup plus, beaucoup mieux et beaucoup moins cher pour assurer notre défense ensemble plutôt que séparément et sous couvert d'un pays tiers. Nous pouvons faire mieux et moins cher en coordonnant nos politiques étrangères.

Nous avons besoin de plus d'Europe.

 

 

15:51 Publié dans Europe | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

samedi, 04 mars 2017

Le naufrage de la droite dépasse la seule candidature de François Fillon

La campagne de la droite fait naufrage. Un naufrage électoral, un naufrage intellectuel et programmatique à l'encontre des juges, mais d'abord un naufrage moral. Un naufrage qui ne pourra être évité avec un simple changement de candidat.

Pourtant, les racines de ce naufrage vont bien au delà de la seule candidature de François Fillon. Est-ce que les soutiens qui l'abandonnent aujourd'hui, l'aurait effectivement abandonné s'il était encore en tête dans les sondages ? Posé la question c'est y répondre : ils ne l'ont pas fait, début février lorsque tous les faits étaient déjà connus et l'enquête ouverte... mais que François Fillon était encore favori des sondages. Pourquoi un tel changement de comportement à quelques semaines de différence sur la base des mêmes faits, car à ce jour, François Fillon n'est pas plus mis en examen qu'il y a trois semaines ? La seule différence depuis, c'est que les centristes ont apporté leur soutien à Emmanuel Macron qui est désormais favori. Leur lâchage n'est pas lié à la France, n'est pas lié aux valeurs, mais simplement à la perspective de "gagner pour leur camp" comme ils le disent : les valeurs et la France n'ont pourtant pas de camp !

Ces soutiens n'ont pas abandonné leur candidat durant les primaires alors même que nécessairement, les faits et les pratiques étaient vraisemblablement connus des principaux responsables politiques en charge de la gestion de l'Assemblée nationale et du Sénat. Pas plus qu'ils n'avaient abandonné leur candidat en 2012 alors même que ce dernier se rendait coupable de multiples violations des lois sur le financement politique.

Ce naufrage moral c'est la simple résultante d'une loi du silence qui a interdit toute remise en question du bilan de Nicolas Sarkozy avec l'explosion de la dépense publique dès 2007, le conflit social permanent, les violations des lois plutôt que l'exemplarité et surtout le déclin économique français.

Ce naufrage moral c'est la résultante de cette loi du silence qui impose de taire toutes ces dérives étalées sur la place publique aujourd'hui, comme en Haute-Savoie on ne parle pas du clientélisme et du saupoudrage malgré les ravages qu'ils produisent chaque jour à l'encontre de la mobilité des habitants.

La naufrage politique de la droite, c'est le résultat de cette arrogance qui depuis 30 ans consiste à détourner le scrutin majoritaire pour imposer ses lois par une minorité politique. Les centristes, entre autre, étant considérés comme des faire-valoir au mieux, comme des marches pieds au pire. Un naufrage qui a même conduit la droite de Saint Julien à appeler à voter pour la gauche aux municipales de 2008 et à envisager publiquement une fusion des deux listes entre les deux tours en 2014.

Un changement de candidat à la dernière minute ne permettra pas de mettre un terme à cette loi du silence. Un changement de candidat de dernière minute ne permettra pas de revoir un projet autoritaire et infantilisant.

Depuis 30 ans, la gauche et la droite s'affrontent dans des invectives stériles qui ne sont plus qu'un théâtre d'ombre. Il n'y a plus aucun travail de réflexion politique, plus aucune construction programmatique, la gauche et la droite étant assurés de leurs victoires par alternance, et les autres étant assurés de leur échec.

L'union nationale devient indispensable pour changer les institutions et remettre le pays sur les rails.

10:06 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

jeudi, 02 mars 2017

La crise de régime de la Vème république

La crise de régime, nous y sommes. Depuis le 21 avril 2001, la Vème république ne tourne plus rond. Deux partis minoritaires ont détourné le suffrage majoritaire pour imposer leurs lois à la majorité de la population. Les Français se sentent de plus en plus impuissants face à une représentation nationale qui n'en a plus que le nom.

Le copinage et la loi du silence ont remplacé le contrôle démocratique et à la transparence. Des pratiques politiques d'un autre temps ont pu ainsi perdurer à travers le changement de millénaire.

Le duopole alternant à remplacer la construction de coalition de gouvernement. Le débat public sur l'intérêt général a été remplacé par un cirque d'invectives partisanes sectaires qui n'accouche d'aucune proposition constructive au service du pays. A force de se détruire, la gauche et la droite ont finit par détruire la république.

Accroché au rêve d'une alternance promise, le candidat de droite part à la dérive et prépare un report des voix de droite sur une extrême droite en position de force pour le second tour.

Voilà maintenant 16 ans que la Vème république est à bout. Voilà 15 ans que, contre toute apparence, elle résiste. Les institutions sont surprenantes parfois. Mais là les fissures apparaissent de partout en même temps. La droite et la gauche voit l'échéance électorale approcher comme un condamné regarde la potence. D'ors et déjà, un quart des parlementaires renonce à poursuivre leur engagement, un sauve qui peut historique qui sera sans doute complété lors des élections législatives.

D'ors et déjà, le prochain président de la république, quel qu'il soit, sera affaiblit. Il aura la légalité pour lui, mais il lui faudra une légitimité populaire plus grande que cette campagne pour gouverner la France.

Il est temps de sauver les murs de la République. Il est temps de sauver la France et ses valeurs qu'elle porte pour le monde. Il est temps de sauver la fierté nationale mise à mal. Il est temps de s'unir tous ensemble au service du pays pour le redresser. L'union nationale doit désormais devenir réalité.

 

22:14 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

La méthode brutale de Fillon n'aurait pas permis à St Julien de rééquilibrer ses comptes publics

saint julien en genevoisDans un mois seront présentés au conseil municipal les comptes administratifs de St Julien pour 2016. Il permettront de vérifier en monnaie sonnante et trébuchante l'ampleur des économies réalisées par la commune. Ces économies permettent aujourd'hui à la commune d'investir : de construire les écoles qu'elle aurait du construire depuis longtemps, de commencer, petit à petit, à remettre à niveau ses bâtiments, ses équipements sportifs et culturels, sa voirie, son matériel, les outils de travail des agents et ses espaces publics.

Le devoir est accompli. La semaine dernière nous avons présenté à six banques le résultat de ces efforts. Au vue de ces résultats, les partenaires financiers de la commune sont très intéressés à financer nos investissements. Au total, la commune de Saint Julien dépensera plus, mais elle dépensera surtout beaucoup mieux : elle dépensera moins en fonctionnement et beaucoup plus en investissement pour préparer son avenir.

Ces économies ont été possibles grâce à la participation de chacun. Il a d'abord fallu partager le diagnostic : la commune avait laissé filer ses dépenses et était dans une situation où elle risquait de ne plus pouvoir rembourser ses emprunts et donc encore moins ses investissements futurs. Ce diagnostic a été partagé avec les agents, avec les habitants et avec tous les partenaires. Il a été fait par un cabinet indépendant, utilisé par la précédente équipe municipale, dont le diagnostic était incontestable.

Nous avons chercher à responsabiliser tout le monde dans cette démarche : car l'argent public c'est l'argent de tous et pas l'argent de personne. Les agents ont été sollicités : ils voient au jour le jour les actions de la commune et ont proposé de nombreuses idées d'économies. Les habitants ont été sollicités. Tous les conseillers municipaux ont été sollicités dans cette démarche y compris les minorités et en toute transparence.

Toutes les idées ont été prises en considération. Il a été répondu à chacune. La majorité des idées étaient pertinentes et ont été prises en compte. D'autres étaient irréalistes mais ont pu inspirer d'autres idées. Certaines étaient impossibles à mettre en œuvre au quel cas il a été expliqué pourquoi.

Si nous avions fait comme François Fillon le propose des économies brutales et autoritaires simplement parce que nous avions remporté les élections, l'une ou l'autre des minorités auraient critiqué chacune de nos mesures d'économies comme l'a fait la minorité de gauche, mais nous n'aurions pas pu les placer face à leurs propres responsabilités "quelles économies alternative proposez vous ?". Si nous avions fait comme François Fillon, chacun aurait pu estimer être ciblé, avec notre démarche, les associations, la MJC, la Présentation de Marie, les agents, les élus, les automobilistes, les résidents secondaires, les propriétaires bailleurs, les fournisseurs avaient tous conscience qu'ils participaient à un effort collectif et que personne n'était particulièrement ciblé.

C'est parce que nous avons responsabilisé chacun, que chacun a pu contribuer à l'amélioration de l'efficience de la dépense publique communale, au quotidien, dans son travail pour les agents, ou dans les commissions pour les élus, dans le cadre des marchés publics pour les fournisseurs. Avec la méthode brutale et autoritaire de François Fillon, nous n'aurions pas pu bénéficier de cet engagement collectif.

Bien sûr avec la méthode de François Fillon, nous aurions pu avoir des grèves, des pétitions, des manifestations, nous aurions pu renoncer à restaurer l'équilibre des comptes publics communaux et nous aurions pu ensuite nous plaindre en prétendant que la France est ingouvernable.

Plutôt que l'infantilisation d'une méthode autoritaire, nous avons fait au contraire le choix de la responsabilisation collective. Nous avons fait le choix d'y arriver tous ensemble. Bien naturellement, nous remercions toutes les personnes qui ont contribuées à ce succès. Cette démarche d'économie a été une chance pour la commune car elle nous a permis d'améliorer l'efficacité de nos dépenses et de mieux investir pour l'avenir.

 

PS : bien sûr, je ne parle ici même pas de la méthode de Benoit Hamon, qui consiste à refuser d'améliorer l'efficacité de la dépense publique et à refuser de rembourser les emprunts passés. Avec la méthode de Benoit Hamon, nous n'aurions pas gagné en efficacité, et nous n'aurions pas pu financer les écoles, car nous n'aurions pas pu emprunter pour les payer.

 

11:12 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

vendredi, 24 février 2017

Je ferai tout pour aider #Macron

image.jpegJ'ai souhaité la candidature de François Bayrou. Maintenant que le paysage se clarifie, en tant qu'européen, libéral et social, je soutiens résolument la candidature d'Emmanuel Macron. L'apport des valeurs, des convictions, de l'histoire et de l'expérience de François Bayrou complètent utilement la modernité et les idées iconoclastes d'Emmanuel Macron.

Je suis avant tout en faveur d'une grande coalition à même de mettre un terme définitif aux ruines d'une UMP qui se nombrilise et d'un PS qui se marginalise et qui ont ensemble tant handicapé le débat public français ces 30 dernières années. Faut-il rappeler que ces deux partis incapables de travailler ensemble à l'avenir de la France ont pourtant été capables à Saint Julien de s'entendre à plusieurs reprises pour préserver leurs intérêts électoraux communs. A St Julien, comme un peu partout en France.

Je suis favorable à ce qu'il soit mis un gigantesque coup de ménage à une classe politique nationale qui a cautionné les dérives illégales de Nicolas Sarkozy comme celles de François Fillon, sans parler de tout ce qui se passe à l'échelle départementale et que je dénonce régulièrement depuis plusieurs années.

Je suis favorable à ce qu'une large coalition au service de l'intérêt général succède à ce duopole préoccupé exclusivement de ses invectives sectaires partisanes. Il me semble qu'il est préférable que ce gigantesque coup de balai soit fait par des démocrates plutôt que par des national-socialistes. C'est sans doute pour nous démocrates notre dernière chance pour mettre ce coup de balai avant qu'il ne soit pas mis par d'autres.

Ma détermination et ma conviction sont sans bornes. J'aurai dans cette campagne beaucoup plus de détermination que ceux qui se sont battus contre les fraudes de Sarkozy et qui aujourd'hui cautionnent sans vergogne celles de Fillon ; qui ont défendu l'idée d'un effort national partagé et qui aujourd'hui défendent sans sourciller l'idée que cet effort ne serait pas partagé par ceux qui la préconisent. J'aurai beaucoup plus de détermination que ceux qui ont défendu l'alliance nationale pour la France préconisée par Juppé et se résolvent aujourd'hui à défendre l'idée d'un affrontement national par une réforme imposée d'autorité par une petite minorité. Je serai beaucoup plus déterminé que ces sarkozistes jusqu'au bout de leur verni à ongle qui ont enduré la dénonciation constante des fraudes, des conférences payées, des crimes et des délits du sarkozisme et qui aujourd'hui soutiennent sans états d'âme les emplois fictifs et les honoraires d'AXA et de FIMALAC.

Ma détermination sera incomparable par rapport à ceux qui ont passé cinq ans à lutter contre les frondeurs du PS et du jour au lendemain les cautionnent. Ma détermination sera sans commune mesure par rapport à ceux qui ont défendu l'idée d'une sociale démocratie réformiste et qui aujourd'hui défendent l'idée des lendemains qui chantent ou plutôt déchantent.

Ma détermination sera sans limite comparée à tous ces européens et ces humanistes de gauche et de droite qui aujourd'hui soutiennent des candidats frileux sur la construction européenne et sur la nécessité de mieux préparer la France à l'ouverture au monde.

Oui, comme François Bayrou, je ferai tout pour aider Emmanuel Macron et pour notre avenir à tous, je vous engage à en faire de même. Je ferai tout pour contribuer à cette nouvelle majorité présidentielle à même de remettre la France d'aplomb.

J'en appelle aux centristes et aux humanistes de droite qui se sont reconnus dans les discours de Juppé et de NKM pour qu'ils cessent de servir de force d'appoint à un projet rétrograde et rejoignent cette nouvelle future majorité. J'en appelle aux sociaux démocrates réformateurs qui se sont reconnus dans les discours de Valls pour qu'ils cessent de servir de force d'appoint pour des rêves utopiques et dangereux qu'ils ne partagent pas, afin qu'ils rejoignent cette majorité nouvelle, suffisamment large pour changer le pays et le remettre sur les rails.

10:17 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

lundi, 20 février 2017

St Julien-en-Genevois adhère à l'Agence France Locale

Après la crise financière de 2008, la réglementation bancaire a été durcie pour garantir une plus grande solidité du système bancaire. En particulier, les banques devaient s'assurer de ratio de solvabilité. Cela les incitait à privilégier des catégories de clients dont les dépôts et les emprunts étaient en rapport. Ce n'est pas le cas des collectivités locales qui empruntent aux banques mais déposent leurs liquidités au Trésor Public, afin de les mutualiser et d'en garantir la disponibilité.

Pendant plusieurs années, les communes ont eu le plus grand mal à emprunter pour financer leurs projets. Une seule banque acceptait alors de financer St Julien et à ses propres conditions. C'est ainsi que la commune a du s'endetter à des taux fixes moyens de 4,58%. Des emprunts qui coûtent près de 500'000 euros par an à la commune comparés aux taux variables qui se situent à 0,065%. Ces emprunts ont de telles clauses, que pour les renégocier la commune devrait d'abord payer l'intégralité des intérêts restants dus. La dépendance de St Julien au banques pour ses financements nous coûte cher en taux d'intérêts.

Elle coûte cher également en terme de risque de liquidité. En mai 2014, à peine 5 semaines après les élections, la commune ne disposait pas des liquidités nécessaires pour payer les agents à la fin du mois. Une situation due à une ligne de trésorerie gigantesque de 5 millions souscrite juste avant les élections afin de limiter au maximum l'endettement communal avant les élections municipales.

Nous avons alors fait appel à la banque traditionnelle de la commune, mais qui n'a pas souhaité ouvrir une nouvelle ligne de trésorerie après celle de 5 millions qui venait d'être ouverte quelques mois auparavant. La commune a donc frisé le défaut de paiement. Nous avons pu nous sortir de cette situation grâce à la SEMCODA qui a, en urgence, accéléré l'achat de l'ancienne gendarmerie. Le notaire a donné l'instruction de virement à la commune par téléphone depuis mon bureau immédiatement après la signature de l'acte. Les salaires ont ainsi pu être versés aux agents deux jours plus tard. Les trois mois de répits que cela a apporté à la commune ont permis entre temps de négocier une nouvelle ligne de crédit avec une autre banque. On appelle cela le risque de liquidité : c'est le risque pour une commune de ne pas obtenir les financements nécessaires au moment où elle en a besoin, alors même qu'elle travaille sur des projets depuis de longues années.

Pour améliorer notre pouvoir de négociation vis-à-vis des banques et pour réduire le risque de liquidité pour la commune, nous avons proposé au conseil municipal d'adhérer à l'Agence France Locale pour un coût de souscription du capital de 122 000 euros sur trois ans. L'Agence France Locale est une banque dont les seuls actionnaires sont des collectivités locales. L'Agence France Locale emprunte directement sur les marchés financiers comme le ferait une banque et prête aux collectivités adhérentes.

A tout moment, la commune peut demander à l'Agence France Locale une quotation d'un emprunt ou d'une ligne de trésorerie. Cela augmente favorablement notre position de négociation et notre indépendance vis-à-vis des banques. Une collectivité adhérente m'indiquait qu'ils étaient en pleine négociation d'un nouvel emprunt lorsqu'ils ont adhéré et que les propositions des banques ont été réduite de 0,26% dès qu'elles ont appris l'adhésion de la collectivité à l'Agence France Locale. D'après mes calculs il suffit de 0,20% de baisse sur les taux pour couvrir le coût de la souscription au capital de l'Agence France Locale.

Au delà, du coût des emprunts, la couverture du risque de liquidité est importante également. St Julien est engagée dans la réalisation de deux nouvelles écoles. Nous avons déjà neuf classes de retard, et les enfants et les enseignants ont besoin de ces nouvelles écoles au plus vite. Les appels d'offre seront lancés début mars. Il est sain que ces écoles soient financées en partie par de l'emprunt afin que les habitants des 30 prochaines années contribuent aussi au financement de cet équipement public. Mais d'ici à la souscription d'un emprunt, l'actualité politique et financière nationale et mondiale nous réservera de nombreuses surprises. Il est probable que nous n'ayons pas de difficulté à emprunter, mais il est également possible que les banques aient d'autres contraintes à gérer lorsque la commune aura besoin d'emprunter. La commune a besoin d'une solution de financement alternative si les banques ne souhaitaient à nouveau plus prêter aux communes. Grâce à l'adhésion à l'Agence France Locale, la commune pourra toujours emprunter directement sur les marchés financiers pour financer les écoles.

Cette adhésion intervient à un moment important pour la commune. Le programme d'économies étant désormais bouclé, St Julien a retrouvé des capacités d'autofinancement importantes. La commune est désormais en ordre de marche pour pouvoir investir pour remettre ses bâtiments, sa voirie et ses infrastructures à niveau, tout en finançant les deux projets les plus importants de son histoire : l'accès ouest et les deux écoles des Jardins de l'Europe. Nous estimons que la commune devra emprunter entre 6 et 8 millions d'euros pour financer les écoles sans réduire ses investissements courants. Autant que ces emprunts soient bien négociés.

 

09:47 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |