Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 11 juin 2012

Merci de votre confiance et de votre soutien

Vous avez été 3568 à nous avoir accordé votre confiance. Gabriel Doublet et moi vous en remercions chaleureusement. Au vu des résultats dans l'ensemble de la circonscription environ 9 électeurs sur 10 ont voté pour une appartenance partisane et 1 sur 10 pour un candidat en qui ils avaient suffisamment confiance pour changer leur vote partisan. Ils ont surtout voulu répondre à la question "voulez-vous d'un député de la majorité présidentielle ou de l'opposition présidentielle", plutôt que de choisisr un député constructif et vigilant.

Nous craignons que malheureusement ce mode de fonctionnement de nos institutions ne permette pas à notre pays de concevoir et de mettre en oeuvre les solutions qui s'imposent pour la crise vers laquelle nous nous dirigeons. Il ne permet pas de sélectionner des candidats selon leurs qualités, leur expérience, leur courage et leurs valeurs mais seulement selon leur appartenance à un clan. A notre avis c'est insuffisant pour s'assurer de la qualité du personnel politique. Avec ce fonctionnement là, la crise économique et financière se doublera tôt ou tard d'une crise sociale et institutionnelle.

Pour nous, c'est une grande leçon d'humilité. Notre engagement et notre travail de terrain au service des habitants reste méconnu par la majorité d'entre eux. Nous devons redoubler d'effort au service des habitants et le faire savoir aussi.

Nous sommes fiers durant cette campagne d'avoir défendu les valeurs du pragmatisme au service des habitants. Nous sommes fiers d'avoir apporté des idées nouvelles pour notre territoire transfrontalier. Nous sommes fiers d'avoir eu l'honnêteté de ne jamais sombrer dans les clientélismes en tout genre à jurer aux uns et aux autres séparément des promesses sans lendemain. Nous sommes fiers d'avoir préparé la rélève d'un pays qui en aura vite besoin.

Nous remercions chacun de nos électeurs pour la confiance qu'ils nous ont accordé. A notre tour aujourd'hui de leur faire confiance pour faire dimanche prochain un choix personnel de conscience pour le ou la candidat(e) qu'ils jugeront le plus utile en ne gardant à l'esprit que l'intérêt supérieur du pays.

Pour nous, le travail à votre service continue dès ce matin. Gabriel Doublet est en réunion de travail à la commune de St Cergues et pour ma part, en discussion sur la finalisation des accords de financement des infrastructures pour le prochain projet d'agglomération.

Amicalement,

Antoine Vielliard et Gabriel Doublet

10:37 | Commentaires (5) | |  Facebook | |  Imprimer | |

vendredi, 08 juin 2012

Pour que ce député du Genevois Haut-Savoyard soit le vôtre

La campagne des législatives marque une pause durant deux jours avant d'enchainer lundi sur la campagne de second tour. Avant minuit, il est temps de vous dire quelques mots pour informer votre décision.

Nous l'avons dit durant cette campagne : un député doit être un élu de terrain dont le travail pragmatique et constructif doit permettre de s'assurer que les lois nationales prennent en compte la situation locale tout particulièrement dans notre zone frontalière si spécifique.

Nous pensons surtout qu'un député doit être constructif pour améliorer les lois, approuver celles qui vont dans le sens de l'intérêt général et être vigilant pour s'opposer aux excès de l'exécutif. Les députés ne doivent plus être des petits commerciaux qui reviennent de Paris pour nous expliquer pourquoi le gouvernement est meilleur que dieu s'ils sont dans la majorité ou pire que le diable s'ils sont dans l'opposition.

Vous pouvez retrouver nos propositions en lien ici.

Tout est désormais entre vos mains. Vous pouvez vous désintéresser de cette élection ou garder votre avis pour vous. Vous aurez alors un député partisan. La rue de Solférino, ou celle de la Boétie, ou encore Annecy-le-Vieux auront un député supplémentaire... et le Genevois Haut-Savoyard en aura un de moins. Ou vous pouvez refuser cela en vous mobilisant. En partageant votre point de vue avec vos voisins, vos amis. En partageant ce blog et nos propositions sur les réseaux sociaux. En leur adressant un mail. En leur passant un coup de fil. En leur en parlant quand vous les croiserez demain. Dites simplement ce que vous pensez... que ce soit en faveur de notre candidature ou pas. Parce que de la force et de la vigueur de votre engagement dépendra votre influence sur le choix du futur député. Soit ce sera un député choisi par les partis.. ou ce serra le vôtre, qui devra son élection à votre mobilisation. Vous êtes des milliers à consulter ce blog régulièrement. La seule investiture qui compte pour nous c'est celle que vous nous accorderez auprès des personnes de votre entourage.

Nous continuerons d'être VOTRE portevoix dans les instances de décisions politiques. Mais aujourd'hui et jusqu'à dimanche, nous avons besoin que VOUS soyez notre portevoix auprès de votre entourage.

Merci de votre confiance et de votre soutien. Comptez sur notre détermination et notre engagement à votre service.

22:31 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

Proposition #1 : Pour ne voter que des budgets réalistes

21 propositions pour un député de terrain.jpgNous nous engageons pour éviter les déficits publics en ne votant que des budgets équilibrés dont les hypothèses de croissance seront conformes à celles de l'OCDE.

Depuis 38 ans les députés votent des budgets déficitaires que vos enfants et leurs enfants devront rembourser durant toute leur vie. Une dette publique qui s'élève à plus de 65000 euros par famille !!!

Nous rejettons l'immoralité des élus irresponsables qui accroissent ces dettes. Chaque année il construise leurs budgets sur des hypthèses de croissance irréalistes pour prétendre limiter les déficits.. et font semblant de s'apercevoir en fin d'année que les recettes ne sont pas à la hauteur. Une fuite en avant au détriment des habitants, des services publics et qui conduisent à des augmentations continue de vos impôts. La plupart des programmes des présidentielles reprennaient cet artifice en faisant l'hypothèse d'une croissance de 2% à 2,5% par an.. des mensonges qui vous ont été fait et qui conduisent à des lendemains qui déchantent. Nous refusons ces mensonges.

Nous prenons l'engagement de ne voter que des budgets qui seront fondés sur des hypothèses de croissance réalistes certifiées par des organismes indépendants. 

 Retrouvez ici nos 31 propositions dans notre dépliant téléchargeable et partagez-le avec votre entourage.

17:05 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

Proposition #2 : Pour que la constitution interdise les déficits

21 propositions pour un député de terrain.jpgNous nous engageons pour que la constitution interdise les déficits comme la loi l'interdit aux communes, départements et régions.

La loi interdit aux communes, régions et départements de dépenser en fonctionnement plus qu'ils ne gagnent. Une règle de bon sens que toutes les familles appliquent... mais qui n'est plus appliquée par l'Etat depuis 38 ans maintenant.

Depuis 38 ans, des élus de droite et de gauche ont emmené notre pays dans une éternelle fuite en avant en espérant que les déficits allaient nourrir la croissance... pour ne consater ensuite que l'endettement augmente 3 fois plus vite que la croissance. Nous devons mettre fin à cela. Chaque génération doit payer pour elle même. Plus aucune génération ne doit vivre sur le dos des générations futures. C'est une question d'éthique et de responsabilité. C'est une question aussi de souveraineté pour que notre pays ne dépende plus des marchés financiers pour prendre ses décisions.

Nous nous engageons à voter une loi qui interdit les déficits de fonctionnement de l'Etat (hors circonstances exceptionelles de récession).

Retrouvez ici nos 31 propositions dans notre dépliant téléchargeable et partagez-le avec votre entourage.

15:48 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

Proposition #3 : Pour que le train de vie de l'Etat redevienne humble et exemplaire

21 propositions pour un député de terrain.jpgNous nous engageons pour que le train de vie de l'Etat redevienne aussi humble et exemplaire que la situation du pays l'exige.

Il y a quelques mois nos homologues allemands du comité de jumelage St Julien-Mössingen ont été recus à l'Assemblée nationale. Ils ont été très surpris de l'accueil luxueux qui leur a été réservé. De retour ils ont affirmé qu'un tel accueil ne serait pas possible au Bundestag. La différence c'est que la France est archi déficitaire et l'Allemagne maitrise ses comptes publics.

Il faut en finir avec les ors d'une république en faillite. Nous devons réduire de moitié le nombre de parlementaires : le travail législatif en sera moins cher et plus efficace avec une assemblée de 400 députés plutôt que 577 et un Sénat de 100 sénateurs. Nous devons en finir avec les réserves parlementaires opaques qui nourrissent des clientélismes d'un autre âge ou de fortes susciptions sur une utilisation honnête lorsque leur utilisation n'est pas rendue publique. Nous devons en finir avec les restes d'une monarchie périmée. Notre république doit asseoir sa légitimité sur son travail au service des habitants plutôt que sur ses fastes et ses frasques. Nous devons en finir avec ses déplacements officiels qui mobilisent plusieurs centaines de fonctionnaires d'état comme s'ils s'agissaient d'une visite sur terre d'un demi-dieu. L'humilité et l'exemplarité de nos voisins suisses doit être pour nous une source d'inspiration.

L'Etat et ses élus doivent devenir exemplaires pour redevenir crédibles dans les décisions qui s'imposent à nous.

Retrouvez ici nos 31 propositions dans notre dépliant téléchargeable et partagez-le avec votre entourage.

13:32 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

Proposition #4 : Pour que les efforts budgétaires nécessaires au redressement du pays soient partagés équitablement

21 propositions pour un député de terrain.jpgNous nous engageons pour que les efforts nécessaires au redressement du pays soient partagés équitablement entre réductions des dépenses et augmentation des recettes.

Voilà 38 ans que l'Etat dépenses plus qu'il ne gagne. Il accumule en notre nom à tous des dettes que nous mettrons plusieurs générations à rembourser. Elles s'élèvent à plus de 65 000 euros par famille à ce jour.. et s'accroissent de 4000 euros par an en raison des déficits qui perdurent. L'Etat français quémande tous les matins sur les marchés financiers de quoi payer ses fins de semaine. Cela doit cesser. Nous devons apprendre à maitriser notre budget.

Le bilan de la majorité sortante est catastrophique avec la plus forte augmentation de la dette publique de l'histoire de France (avant même la crise de 2008). Des déficits approuvés par des députés aux ordres, le doigt sur la couture du pantalon plutôt que l'intelligence au service des habitants. Le projet du Parti Socialiste est pire encore avec une accumulation de promesses clientélistes qu'on ne décrit que face à chaque clientèle plutôt que d'avoir le courage de dire à chacun que nous devrons tous nous serrer les coudes pour redresser le pays.

Pour redresser les comptes publics nous devrons faire preuve de bon sens : réduire les dépenses et augmenter les recettes. Un effort qui devra être équitablement partagé par tous. Il suffira de geler l'augmentation constante des dépenses pour les réduire de l'inflation pendant 2 ans. Ce sera facile en réduisant toutes les dépenses publiques inutiles pour les habitants comme l'envoi des bulletins de vote dans les enveloppes officielles (coût de 30 millions d'euros en 2012). Il faudra aussi augmenter les recettes en rabotant les niches fiscales. Nous nous engageons à travailler vigoureusement pour que les efforts demandés soient équitablement partagés pour que ces efforts permettent le rassemblement de tout le pays plutôt que sa division.

Retrouvez ici nos 31 propositions dans notre dépliant téléchargeable et partagez-le avec votre entourage.

11:14 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

Proposition #5 : Pour que les lois et taxes soient stables pour aider les entrepreneurs à créer des emplois pour tous

21 propositions pour un député de terrain.jpgNous nous engageons pour que les lois et taxes qui s'appliquent aux créateurs d'emplois (publics et privés) ne changent pas à chaque budget annuel afin de donner de la stabilité pour l'embauche et l'investissement.

Depuis quelques années les gouvernements décrètent des lois avec autant de négligence que certains candidats envoient des communiqués à la presse. Les lois doivent cesser d'être des outils de communication au service du pouvoir et devenir un cadre institutionnel fiable et durable qui permette aux entreprises et aux collectivités de prévoir l'avenir, d'investir pour créer des emplois qui apportent de la valeur ajoutée.

Nous ne pouvons plus nous permettre de changer les règles du jeu à chaque débat budgétaire annuel. Nous devons assurer des "conditions-cadre" comme disent nos voisins suisses, qui soient cadrées et stables. Les notaires nous disent parfois qu'ils n'osent même plus donner de conseils de peur que la loi ne change entre l'envoi de la lettre et sa réception. Cela doit cesser. C'est une condition nécessaire pour permettre la création d'emploi qui permettra à chaque habitant d'avoir les moyens matériels de s'épanouir.

Affranchit des règles de clan des partis, nous nous engageons à travailler vigoureusement pour la stabilité et la fiabilité des lois qui ne doivent plus être rédigées par les technocrates des cabinets ministériels mais par les élus de terrain que doivent redevenir les députés.

Retrouvez ici nos 31 propositions dans notre dépliant téléchargeable et partagez-le avec votre entourage.

09:54 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

jeudi, 07 juin 2012

Proposition #6 : Pour aider les jeunes à s'orienter vers les métiers d'avenir

21 propositions pour un député de terrain.jpgNous nous engageons pour que les politiques publiques de l'Etat aide les jeunes à s'orienter vers les métiers d'avenir.

Nous pensons qu'il est malsain pour notre société de constater que les photographes croulent sous les demandes d'adolescentes qui veulent se faire de press book pour devenir modèle alors que les hôpitaux ne parviennent pas à recruter d'infirmières. Nous pensons qu'il est extrêmement néfaste pour notre pays que les meilleurs ingénieurs s'orientent vers les métiers du trading qui n'apporte pas de valeur ajoutée macro économique plutôt que d'inventer les technologies durables de demain.

Chacun doit rester libre de ses orientations scolaires et professionnelles, mais l'Etat a la responsabilité de faire en sorte que ces choix soient informés. Que les jeunes puissent décider en connaissance de cause de devenir chômeur à vie ou de s'orienter sur les formations qui ont des débouchés. Les métiers créateurs d'emplois pour demain doivent être mieux valorisés. L'Etat doit jouer son rôle pour que cesse ce gigantesque gâchis des ressources humaines de la France.

Retrouvez ici nos 31 propositions dans notre dépliant téléchargeable et partagez-le avec votre entourage.

16:44 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

Proposition #7 : Pour répartir l'effort de construction de logements

21 propositions pour un député de terrain.jpgNous nous engageons pour que la loi permette de répartir équitablement les efforts de construction de logements par territoire.

La pénurie de logement est forte au niveau national et particulièrement sévère dans le Genevois. C'est la première raison de la perte de pouvoir d'achat des habitants puisque le logement représente le tiers du budget des ménages. C'est aussi l'une des raisons importante de notre perte de compétitivité. Durant les 20 dernières années le coût des logements à plus que doubler en France pendant qu'il était stable en Allemagne. Quand les coûts des logements s'élève c'est aussi le coût de travail qui s'élève. Dans le Genevois Haut-Savoyard les surcoûts des logements se traduisent pas des surcoûts du travail de +15% par rapport au reste de la France.

Nous devons impérativement mettre fin à cette pénurie de logements en fixant des objectifs de construction par territoire qui correspondent aux besoins des habitants. Il faut poursuivre les efforts importants sur le logement social mais il faut aussi les accompagner sur le logement privé. Nous devons parvenir à produire autant de logements que nécessaire pour les habitants pour que les prix des logements redeviennent accessible pour les familles.

Retrouvez ici nos 31 propositions dans notre dépliant téléchargeable et partagez-le avec votre entourage.

14:25 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

mercredi, 06 juin 2012

Ils nous soutiennent ! Nous soutenez-vous aussi ?

Antoine Vielliard le centriste au sang chaud, tribune de genèveVous trouverez ci-dessous quelques messages de soutien. Si vous souhaitez vous aussi nous soutenir, vous pouvez ajouter votre propre message de soutien en commentaire de cette note, ce que vous connaissez de nous et pourquoi vous recommandez aux lecteurs de voter pour nous. Merci d'avance pour vos messages.

Dans une opposition permanente entre le PS et l'UMP. Antoine et Gabriel sont les mieux placés pour amener un choix constructif pour ma circonscription. Pas d’économie sans social, et pas de social sans économie pourrait être une ligne directrice dans les prochaines années; pour éviter une augmentation de nos déficits et permettre une plus juste répartition des richesses pour nos concitoyens. C'est dans ce cadre-là qu'ils prendront les bonnes décisions en termes de lois pour notre circonscription, la France et l'Europe.

Thomas Pellegrin, Annemasse

 

Depuis 3 ans que je connais Antoine j’ai eu l’occasion de suivre son engagement de terrain au service des habitants. Il me tient informé des enjeux liés à la proximité de la frontière suisse et des différences de législation entre l’Union Européenne et la Confédération. Je le sais fiable et vous recommande de vous mobiliser en faveur de sa candidature.

Jean-Luc Bennahmias, député européen

 

Nous n'avons pas souvent la chance de pouvoir voter pour deux élus de terrain qui sont en prise avec les difficultés de leurs concitoyens, les enjeux de leurs territoires. C'est le cas avec Antoine et Gabriel, ils sont les tous deux élus locaux, les connaissant depuis plusieurs années, je les vois se dépenser sans compter au service  des autres dans leur commune et leur canton. Ils sauront porter à l'assemblée nationale nos spécificités. C'est pour cela que je vous encourage à voter pour Antoine Vielliard!

Lionel Bally, frontalier

 

"En tant que Parlementaire, je souhaite rappeler les qualités indispensables dont doit être doté un représentant du peuple à l'Assemblée Nationale.Antoine VIELLIARD, avec qui je siège au Conseil Général de la Haute-Savoie, possède ces qualités : probité, conviction, détermination, écoute et force de travail.Je connais Antoine depuis plus de 15 ans. Il n'a jamais trahi ses valeurs au profit d'un quelconque intérêt électoral.Son engagement, son enracinement, sa fidélité à son bassin de vie genevois sont des gages d'ores et déjà donnés à ses électeurs.La 4ème circonscription mérite un Député compétent et qui incarne le renouvellement.

 Jean-Paul AMOUDRY, Sénateur de Haute-Savoie, Conseiller Général de Thônes

 

Je siège dans le même groupe politique au Conseil Général avec Antoine VIELLIARD. Il se révèle être un Conseiller Général particulièrement actif, maîtrisant bien ses dossiers, défendant l'intérêt général départemental et les intérêts de son territoire. Ce jeune élu est toujours dans une position constructive et dégagée de toute pression partisane. Je souhaite vivement qu'il représente la 4ème circonscription à l'Assemblée Nationale le 17 juin prochain.

Jean-Luc RIGAUT, Conseiller Général et Maire d’Annecy, Président de la Communauté d’Agglo d’Annecy

 

Je connais Antoine depuis trois ans et j'ai pu observé son engagement de terrain au service de tous. Il est accessible et disponible. Je soutien sa candidature et vous engage à en faire autant.

Azouz BEGAG, ancien ministre

 

Antoine  est un homme de convictions et de terrain, fidèle à ses engagements, il a prouvé qu’il avait le soucis des habitants de notre belle région de part les projets qu’il défend et mène à bien avec ténacité et sincérité. Son souci de transparence et d’honnêteté auprès des électeur font de lui un candidat de confiance.

Lydie Lemerle, Employée administratif à l’hôpital de St Julien

 

Antoine est un élu qui a les qualités pour nous représenter à l'Assemblée Nationale. Au département, il a avec son nouveau regard impulsé de profondes évolutions dans les pratiques visant à prendre en considération le "fait Genevois". La Haute-Savoie a besoin d'un homme comme lui à l'Assemblée Nationale, misons sur Antoine VIELLIARD.

 Dominique PUTHOD, Conseiller Général et Adjoint au Maire d’Annecy

 

Quand je vois ces deux élus s’emparer de vraies problématiques de notre belle région et de répondre toujours pour l’intérêt général. J’avoue que cela me redonne du moral pour l’avenir. Leur programme résume leur sensibilité pour les valeurs haut-savoyardes et françaises. Mais qui sont en même temps des sujets nationaux, voir européens. Ce qui me surprend également chez ce binôme c’est leur simplicité et leur implication dans leur rôle respectif au sein du territoire.

Nicolas Balverde, St Cergues

 

Maire d'une petite commune rurale j'ai rapidement constaté qu’Antoine Vielliard et Gabriel Doublet sont le duo le plus proche des réalités de notre nouvelle circonscription. Au delà de ses propositions que je partage, j'ai la certitude que pour chaque texte de loi Antoine Vielliard émettra un OUI ou un NON seulement après l'avoir soumis à ses idées, à sa conscience et aussi après en avoir estimé l'impact pour notre territoire.  

Leurs atouts : une connaissance approfondie des principaux problèmes de notre territoire, une implantation locale réelle, l'expérience et les pieds sur terre.

Le bien vivre en France ce sera avec eux.

Grégoire Lafaverges, Maire de Challonges

 

Des liens constructifs ont été renforcés au fil de cette campagne législative. En effet, je partage avec Antoine et son suppléant Gabriel la même approche politique : être au service de la communauté et résoudre avec pragmatisme les attentes de nos électeurs. Je partage avec eux les mêmes perspectives de la région du Grand Genève et je souhaite prolonger notre collaboration en dehors des clivages politiques. Antoine est un élu de qualité et un homme d’avenir que je souhaite voir siéger à l’Assemblée Nationale.

Marie-Françoise de Tassigny, représentante des Français de Suisse à l’Assemblée des Français de l’étranger

 

Nous avons besoin qu’Antoine Vielliard et Gabriel Doublet prolongent à l’Assemblée Nationale ce qu’ils démontrent quotidiennement au travers de leurs actions sur notre territoire.

Par leur honnêteté, leurs positions courageuses et leur sens du réalisme ils incarnent une nouvelle façon de gouverner loin d’une certaine scène politique convenue, mais qui ne convainc plus personne.

 Jean Pierre RODA 

 

Notre démocratie manque de députés courageux qui s'opposent lorsque une décision est absurde ou irresponsable et soutiennent les mesures de bon sens et nécessaires au redressement de notre pays. Antoine et Gabriel sont dans cet esprit là. Non pas uniquement pendant ces quelques semaines de campagne, mais depuis que je les connais dans leur mandats respectifs, ils remontent la voix des habitants face aux décideurs politiques qui parfois sont tentés de céder à la facilité.  Antoine et Gabriel n'on pas peur d'affronter les problèmes et tiennent le même discours quelque soit l'interlocuteur ou l'auditoire qu'ils ont en face d'eux. Ils sont courageux et intègres. Nous avons besoin d'eux pour représenter notre territoire à l'assemblée nationale.

Frédéric Sansa, St Julien en Genevois

Vous pouvez, vous aussi témoigner de votre soutien en ajoutant un commentaire à cette note. Merci d'avance !

 

 

Proposition #8 : Pour favoriser l'investissement à long terme créateur d'emplois

21 propositions pour un député de terrain.jpgNous nous engageons pour que la loi favorise fortement l'investissement à long terme et pénalise de manière dissuasive la spéculation à court terme.

Trop d'entreprises côtées sont gérées avec une vision qui ne dépasse pas les trois mois des annonces de bénéfices trimestriels aux marchés. Mon expérience en entreprise m'a permis d'observer aux premières loges à quel point trop de décisions absurdes à long terme sont prises par trop de dirigeants d'entreprises qui se focalisent sur le cours de leur action qui détermine l'ampleur de leur bonus annuel plutôt que d'assurer la pérénité et le développement de l'entreprise et de ses emplois. Signe de l'absurdité des mécanimes à l'oeuvre, je me souviens de cette réflexion d'un cadre d'entreprise : "dès que le cours de l'action atteint 100 dollars, je vends mes stock options et je pars". "Prends l'oseil et tire toi" semble être la maxime de ces "leaders" qui devraient au contraire prendre le volant d'un développement économique durable au service des individus. Ces entreprises là disparaitront, mais avec elles sombrent des millions d'emplois.

La loi doit permettre de réorienter l'investissement sur le long terme pour la création d'emplois et le développement des entreprises plutôt que sur le cours de l'action à trois mois. La taxation des plus values boursières différenciée selon la durée de détention va dans la bonne direction. D'autres idées sont à travailler : la concentration de l'impôt sur les société sur la base des dividendes distribués plutôt que des bénéfices afin de taxer davantage les sociétés qui distribuent et moins celles qui investissent. C'est déjà fait avec succès dans certains pays scandinaves. La distribution d'un dividence minorés aux actionnaires dormants ou spéculants qui ne votent pas et majoré pour les actionnaires qui assument leur responsabilité de contrôle des dirigeants. L'instauration de dividendes majorés pour les actionnaires de long terme (comme le font quelques entreprises comme Air Liquide et L'Oréal). La régulation des rémunérations des dirigeants sur les performances à long terme de l'entreprise y compris sur la création d'emplois plutôt que sur des performances financières à court terme souvent artificielles. Le déplacement de taxes existantes sur les transactions type taxe tobin : les marchés ne sont pas de simples jeux de monopoly. Au total l'enjeu n'est pas de majorer la taxation mais de la concentrer sur les effets pervers d'une financiarisation excessive de l'économie.

Encore faut-il que l'Etat réaffirme sa souveraineté en cessant de quémander de l'argent aux marchés tous les matins pour boucler ses fins de semaines. Cela suppose une maitrise de son propre budget plutôt que de dépenser un tiers de plus que ce qu'il gagne.

De tous les candidats aux élections législatives dans la circonscription, je suis le seul à avoir travaillé dans des entreprises côtées dont les méthodes de gestion sont une partie de la cause de la crise économique actuelle. Je veux apporter cette expérience à votre service pour que l'économie redevienne au service des habitants.

Retrouvez ici nos 31 propositions dans notre dépliant téléchargeable et partagez-le avec votre entourage.

09:37 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

lundi, 04 juin 2012

Bulletins de vote dans les enveloppes officielles : 30 millions d'euros à économiser

Bulletin de Vote Antoine Vielliard Gabriel Doublet.jpg

En ce moment même plus de 600 millions de bulletins de vote sont acheminés auprès de 46 millions de Français... alors que 600 autres millions de bulletins de vote seront disponibles dans les bureaux de vote. A peine 20 millions de ces 1,2 milliards de bulletins seront glissés dans une urne. Ces envois pas très utiles, représentent 758 tonnes de papiers qui termineront en déchetterie. Le coût d'impression, de manutention et de logisitique de l'envoi des bulletins de vote à domicile s'élève à 30 millions d'euros de VOTRE argent public à l'échelle de la France. Une dépense qui était nécessaire lorsqu'il y avait encore le vote par correspondance jusque dans les années 70.

Gabriel Doublet et moi avons décidé de montrer l'exemple. Nous avons imprimé des bulletins de vote uniquement pour les bureaux de vote. Vous trouverez sur cette note une image du bulletin que vous ne trouverez pas dans les enveloppes officielles.

Lorsque chaque parlementaire français proposera comme nous une mesure d'économie de bon sens de 30 millions d'euros, alors la France réduira ses déficits de 17 milliards. Notre pays et donc chacun de ses habitants se porteront mieux. C'est en réduisant les dépenses publiques inutiles que nous pourrons redonner les moyens à l'état d'accomplir ses missions essentielles.

Vous trouverez aussi ici, en avant première, notre circulaire. Téléchargez là et si vous la jugez pertinente, faites la suivre à vos proches en faisant partager votre point de vue.

 Profession de foi 2012 Hte def.pdf

 

Circulaire officielle.jpg

22:52 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

La Haute-Savoie adopte le 2nd projet d'agglomération à l'unanimité avec quelques réserves

Ce matin la Commission Permanente du Conseil Général de Haute-Savoie a adopté à l'unanimité le second projet d'agglomération avec quelques réserves concernant le financement des infrastructures et la construction de logements à Genève. Vous trouverez ci-dessous le texte de mon intervention.

 

Monsieur le Président, Chers Collègues,

C’est dans l’ancienne capitale politique du Comté du Genevois que nous devons aujourd’hui décider de l’adoption de cette délibération importante pour tout le département. Voilà des siècles que notre région est unie dans son quotidien et ses échanges malgré les guerres, les frontières et les traités venus d’ailleurs.

Pendant longtemps nous avons bien su tirer parti des opportunités qu’offrent la frontière et sa double législation. Pour nous Haut-Savoyards, elle nous offrait des débouchés commerciaux et des emplois. Nos voisins genevois et nous-mêmes avons longtemps bénéficié d’un taux de change déconnecté des parités de pouvoir d’achat mais qui a augmenté le nôtre. Les collectivités, y compris le Conseil Général, a bénéficié de la rétrocession croissante de la compensation financière genevoise. Nous tirions parti des avantages… et faute d’outils de décision politique nous ne faisions pas grand-chose pour gérer les inconvénients. Pendant longtemps, avec les Genevois, nous n’avons été que des voisins qui se disaient poliment « bonjour-bonsoir » dans l’ascenseur qu’étaient les réunions convenues du CRFG. Nous ne parlions surtout pas des sujets qui fâchent de peur de nous fâcher.

Avec le temps, l’imbrication de la Haute-Savoie et de Genève s’est accrue : aujourd’hui ce sont 20% des actifs de notre département qui passent la frontière chaque jour, soit le double du nombre d’actifs du décolletage. Avec 500 000 passages aux frontières suisses de l’Ain et de la Haute-Savoie, les douaniers genevois s’ils étaient encore là, verraient plus de voitures défiler chaque jour sur quelques dizaines de postes de douane qu’il n’y a de voitures en Haute-Savoie. 40% de ces frontaliers sont des Suisses, réfugiés de la crise du logement. 15% sont des doubles nationaux. Le phénomène touche maintenant de plein fouet le bassin annécien et le haut de la vallée de l’Arve avec toutes ses nuisances.

Les nuisances, parlons-en ! Vu de cette assemblée départementale, les fonds frontaliers attirent beaucoup d’attention et vous découvrez petit à petit la plupart des nuisances qui vont vous arriver dans les prochaines années. Savez vous par exemple que la pyramide des revenus par habitant dans le Genevois ressemble plus à un sablier qu’à une pyramide : beaucoup de très hauts revenus, beaucoup de revenus très faibles ? Savez-vous qu’aucun enseignant des collèges n’a plus les moyens de se loger dans le canton et qu’à chaque rentrée il n’est pas rare de voir des enseignants passer les premières semaines à dormir dans leurs classes faute de logement ? Savez-vous que la proportion d’allocataires du RSA est supérieure de 50% à la moyenne départementale ? Imaginez-vous l’impact sur la cohésion sociale dans nos communes lorsque la moitié des habitants vient de Suisse et que l’autre moitié vient de l’autre bout de la France, que personne ne se connait, et que les parents de ses frontaliers vivent à des centaines de kilomètres ? A St Julien, la moitié des habitants n’habitaient pas la commune il y a seulement 6 ans. Imaginez l’impact sur le cadre de vie et l’identité des communes de voir les espaces naturels et agricoles consommés à une vitesse ahurissante chaque année ? Imaginez ces communes qui se croyaient rurales et qui se trouve petit à petit transformées en banlieue de ce que certains n’hésitent plus à qualifier d’une agglomération en cours de « Los Angelesisation ». Comment pourrons-nous payer les dizaines de millions d’euros annuels de déficits de transports d’une agglomération d’un million d’habitants alors que le mécanisme du versement transport est inopérant dans la zone frontalière ? Comment les entreprises de Haute-Savoie pourront-elles se développer alors que leurs salariés ont besoin de revenus suisses pour payer des loyers qui tendent vers des loyers suisses ?

Nos espaces sont désormais si imbriqués que nous ne sommes plus des voisins qui nous disons bonjour bonsoir… nous sommes désormais des colocataires d’une région commune et nous devons apprendre à nous dire « range tes chaussettes sales ». Range ta chaussette de la pénurie de logement, range ta chaussette de la gestion des fonds frontaliers, rangeons ensemble nos chaussettes des transports en commun qui ont 30 ans de retard pour une agglomération de cette taille.

Oui, il est nécessaire de travailler avec Genève. La géographie nous l’impose… mais cela n’est pas suffisant. La géographie a beau nous l’imposer il faut encore avoir un interlocuteur genevois près à collaborer avec nous et à cesser de nous prendre pour quantité négligeable. Pendant longtemps cela n’a pas été le cas. Longtemps nous avons été traités, et nous nous sommes comportés comme des vassaux qui acceptaient une infime rétrocession de l’impôt à la source en échange de notre silence. Certains sont encore dans ce registre. « Signons ce projet, ils nous aideront à payer des trams et des bus» disent-ils. Oubliant que ces trams et ces bus seront surtout payés par les contribuables de nos collectivités pour transporter les réfugiés du logement qui paient leurs impôts au canton de Genève. Ces infrastructures de transport, loin d’améliorer la mobilité offriraient alors aux communes genevoises un nouveau prétexte à ne pas construire.

Pour autant ce projet d’agglomération va dans la bonne direction. Il permettra le financement des trams, des réseaux ferrés et des rabattements. Cela aura deux impacts pour la Haute-Savoie, concentrer les nuisances dans la zone frontalière immédiate et donc préserver les activités économiques de la vallée de l’Arve, du bassin annécien, du Chablais et des stations de montagne. En favorisant les transports en commun pour les déplacements d’agglomération cela permettra aussi de fluidifier les transits de longue distance.

Ce projet d’agglomération va dans la bonne direction car il instaure ce Groupement Local de Coopération Transfrontalière que nous avons voté il y a un an et qui permettra de prendre des décisions communes sur la gestion de cette agglomération.

Pour autant tout ce projet serait inutile si nous continuions à accepter que les promesses sur la construction de logements continuent de rester lettre morte comme elles l’ont été depuis 30 ans et particulièrement ces dernières années. Le bilan est inacceptable. Il n’est pas accepté. Faute de logements à Genève 80% d’une classe d’âge de Genevois quitte le canton chaque année. Ils s’installent dans le Genevois français et repoussent les salariés en euros dans des logements toujours plus chers, toujours plus loin, toujours plus petits. Lorsque j’ai constaté que l’année 2011 a été la pire année depuis l’après guerre pour la construction de logements je voulais vous recommander de ne pas signer ce projet d’agglomération.

Mais les choses ont évolué favorablement ces derniers mois. D’abord si les livraisons de logements ont atteint un plus bas historique, les chantiers en cours ont au contraire atteint un plus haut historique. Malgré les contraintes d’un budget déficitaire, le parlement cantonal a voté des crédits de 12 millions de Francs Suisses pour mener à bien des projets d’urbanismes… ils ont d’ailleurs pour cela recruté certains de nos meilleurs techniciens. La volonté politique et budgétaire est manifeste. Il restait à ce qu’elle soit assumée devant les électeurs genevois qui seront toujours les décideurs finaux. Cela commence. Pour la première fois un Conseiller d’Etat, François Longchamp, affirme en Une d’un grand quotidien « Nous ne logeons plus nos propres enfants ». Mieux, en pleine campagne électorale pour le Conseil d’Etat le 17 juin prochain, le centriste Pierre Maudet, Maire de Genève, sans doute le plus expérimenté, le plus compétent et le plus crédible des candidats affirme à pleine page de journaux « La question qui se pose à nous est de savoir si nos enfants pourront vivre ici, oui ou non ? ». Même les populistes d'une part et les socialistes d'autre part ne peuvent plus esquiver la question centrale du logement des Genevois. La pénurie de logement est ENFIN la question politique centrale. Cela nous permet de nourrir des espoirs raisonnables.

Autre signe l’association des communes genevoise a finalement accepté de signer le projet d’agglomération. Ils savent que nous les prendrons au mot de leur signature : cela leur impose de construire des logements pour leurs propres enfants.

Alors, il semble que OUI. Genève ENFIN, accepte de dialoguer avec nous de notre avenir commun, en nous traitant comme partenaire plutôt que comme vassal. Genève accepte de nous respecter en tenant parole sur ses engagements. Bien sûr nous devrons rester vigilants. Nous devrons nous assurer que les logements prévus par le plan directeur cantonal soient confirmés d’ici la fin de l’année, en quantité et en délais. Nous devrons nous assurer que les financements des infrastructures communes au service des frontaliers suisses et français soient payés avec les 500 millions d’euros d’impôts à la source conservés par Genève, et pas par les impôts des contribuables salariés en euros. C’est l’objet des réserves qui nous sont proposées dans cette délibération.

Oui, chers collègues, je vous recommande de signer ce nouveau projet d’agglomération. Non pas parce que la géographie nous l’impose mais parce que dans le cadre d’un vrai partenariat équitable nous y avons un intérêt commun. Un projet d’agglomération choisi plutôt que subit par la géographie.

15:29 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

Proposition #9 : Pour la création d'un label "Produit en France"

21 propositions pour un député de terrain.jpgNous nous engageons pour favoriser l'achat en France de la production française et pour la création d'un label de qualité "Produit en France".

Le déficit de nos exportations se traduit par la perte de près de 3 millions d'emplois. Depuis que les centristes ont mis en avant l'importance de l'achat de produits français, vous voyez tous les jours des publicités qui mettent en avant la production locale. Cela prouve que les Français en ont déjà fait un critère d'achat. Pourtant, ces argumentaires sont souvent faux. Les vérifications sont insuffisantes. Pour l'avenir la loi doit établir des labels et des certifications : "Produit en France" lorsqu'une part suffisante de la valeure ajoutée est effectivement produite en France et "Qualité française" lorsque le produit correspond à l'image de la France de haute qualité technologique et de savoir faire esthétique. Aujourd'hui, certaines entreprises se contentent de mettre les deux derniers boulons en France pour prétendre que leur fabrication est françaises. D'autres font même marquer "Produit en France" dans des ateliers qui ne sont pas en France. Cela doit cesser.

Nous avons besoin de favoriser l'achat local de produits français en permettant par les règlements européens que la distance entre le lieu de production et le lieu d'utilisation soit pris en compte dans les marchés publics. 

Nous refusons le retour des barrières douanières proposées par le candidat socialiste co-signataire de la motion Hamon-Lienman la plus à gauche du parti socialiste. Un tel retour en arrière signifierai pour la Haute-Savoie une perte nette de milliers d'emplois puisque notre département est exportateur.

Nous mettons en oeuvre cette proposition avant même les élections puisque selon les informations publiées, nous sommes les seuls dont l'ensemble des documents ont été imprimés localement dans la circonscription sur du papier recyclé produit en France.

Retrouvez ici nos 31 propositions dans notre dépliant téléchargeable et partagez-le avec votre entourage.

07:11 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

dimanche, 03 juin 2012

4 minutes pour un député de terrain pour le Genevois Haut-Savoyard

Vous trouverez ci-dessous une vidéo de 4 minutes qui sera diffusée vendredi soir sur TV8 Mont-Blanc au cours de laquelle j'explique l'urgence qu'il y a d'avoir un député de terrain pour le Genevois Haut-Savoyard. Un député plus constructif que les députés d'opposition et leurs NON systématiques, un député plus vigilant que les députés d'une majorité qui votent aveuglément OUI à toutes les initiatives du gouvernement. Un député qui améliore les lois, approuvent celles qui sont utiles, et rejette les lois dogmatiques ou d'opportunité électorale.

17:28 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

samedi, 02 juin 2012

Proposition #10 : pour que les lois permettent aux frontaliers d'être soignés

21 propositions pour un député de terrain.jpgNous nous engageons pour que les lois permettent aussi aux travailleurs frontaliers d'être soignés librement au delà de 2014 et qu'ils aient l'assurance d'une retraite conforme à leurs versements.

Tôt ou tard, les accords billatéraux entreront définitivement en vigueur sans clause de sauvegarde. Ce jour là, l'exception de l'assurance privée finira par tomber et les frontaliers seront soumis au régime commun qui s'applique tant aux résidents suisses (LAMAL) qu'aux salariés en euros (cotisation sécu sur salaire). Si la LAMAL et la sécu coûtent chères c'est que 60% du coût est dû aux malades longues durée et en particulier les personnes âgées. Un coût élevé de solidarité auquel les frontaliers ont la chance d'échapper depuis plusieurs décennies car les assureurs privés n'assurent que des actifs qui sont moins malades et moins âgés que le reste de la population. Par des questionnaires de santé ou des augmentations de primes, ils réduisent la charge des malades longues durées et graves : ce système est moins cher quand on est frontalier et en bonne santé, c'est humainement dramatique lorsqu'on finit par être en mauvaise santé et qu'on a perdu son emploi en Suisse. 

En tant que candidat, on pourrait prétendre que ces échéances seront prolongées indéfiniment et que les frontaliers resteront les seuls habitants de Suisse et de France à ne pas participer à la solidarité santé avec les malades : ce serait mentir, ce serait malhonnête.. et d'ici quelques mois vous diriez "ces politiques sont tous des menteurs". On pourrait éviter le sujet comme d'autres candidats le font, mais ce serait perdre du temps pour avancer sur la question de l'accessibilité aux soins pour les frontaliers sur leur lieu de travail. On pourrait comme Claude Birraux et Martial Saddier ce matin envoyer un communiqué de presse pour dire qu'on a écrit une lettre au ministre pour lui demander de repousser l'échéance - en sachant la vanité d'un tel courrier et l'intérêt électoral d'entretenir les fausses illusions. Je préfère l'honnêteté, la franchise et la sincérité. A vous revient la liberté de choisir le parfum suave des mensonges et des lendemains qui déchantent, ou la vérité qui permet de construire l'avenir. A vous revient la liberté, et la responsabilité.

Je pourrai aussi défendre l'intérêt des assureurs privés si j'avais un conflit d'intérêt. Mais ils savent, comme tout le monde, depuis plus de 10 ans que cette échéance arrive. Les bons professionnels se sont préparés et se sont diversifiés. Les autres font un vain lobbying pour repousser l'échéance. Mais je ne suis pas là pour représenter les intérêts des assureurs privés mais l'intérêt général tant des habitants que des frontaliers.

L'intérêt des habitants c'est que tous participent équitablement à la solidarité avec les malades car nous serons TOUS un jour vieux et malades et ce jour-là nous aurons, nous aussi, besoin de solidarité. Puisque tôt ou tard, les frontaliers paieront leur assurance maladie aussi cher que tous les autres habitants, il faut impérativement qu'ils puissent être soignés comme les autres. Ce n'est pas ce qui est prévu aujourd'hui et il y aura besoin d'un sacré travail de terrain pour que ce soit le cas.

Il faut un député de terrain efficace et pertinent pour que les frontaliers puissent à l'échéance du droit d'option être soignés sur leur lieu de travail. Rien n'est prévu à ce jour et si votre député n'est pas efficace ou perd du temps sur des combats illusoires, les frontaliers devront pendant leurs heures de travail revenir à Annemasse ou St Julien pour un RDV de dentiste ou de généraliste. Il faut qu'ils puissent être soignés aussi le soir et le week end dans les filières de soin français. Ce n'est pas le cas aujourd'hui car les hôpitaux et les médecins seront totalement débordés lorsque, à l'échéance du droit d'option, ils devront du jour au lendemain prendre soin de 70 000 habitants supplémentaires. Nous avons besoin d'un député de terrain pour continuer de tirer toutes les sonnettes d'alarme auprès des responsables de la santé. Il faudra qu'il y ait suffisament de médecins de ville : nous en avons trop peu déjà aujourd'hui et nous en aurons encore moins lorsque ces derniers ne pourront plus facturer plus cher les frontaliers qui seront passés à la CMU. De toute évidence, les pouvoirs publics français ne sont pas préparés à assumer l'échéance de 2014.

L'une des solutions possibles c'est une réouverture du droit d'option entre LAMAL et CMU afin que les frontaliers participent comme tous les autres habitants à une solidarité nationale, soit la Suisse (LAMAL) soit la Française (CMU). Cela aura l'avantage de mieux répartir les 70 000 frontaliers sur les deux systèmes de soin pour éviter la saturation de l'un ou de l'autre.

Nous devons aussi travailler à permettre aux frontaliers de pouvoir rappatrier leur capital retraite pour toucher une rente durable pour leurs vieux jours en évitant les risques de change. Cela nécessite là aussi un travail de terrain efficace et pertinent, libéré des influences partisanes.

Retrouvez ici nos 31 propositions dans notre dépliant téléchargeable et partagez-le avec votre entourage.

PS : pour rappel, à titre d'exemple un homme célibataire de 40 ans paie les montants suivants pour son assurance maladie :

  1. s'il est résident en Suisse : environ 450 francs suisses par mois pour une assurance individuelle
  2. s'il est frontalier assuré en assurance privée : 130 euros seulement pour une assurance individuelle
  3. s'il est résident en France et salarié en euro : environ 13,5% de son revenu pour une assurance familiale et assurance perte de gain incluse
  4. demain s'il est frontalier assuré à la CMU : environ 8% de son revenu pour une assurance familiale

17:33 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

8459 visiteurs en mai, merci de votre fidélité

Au mois de mai vous avez été 8459 à visiter les blogs portevoix.fr et portevoix.blog.tdg.ch

Depuis les changements intervenus sur la plateforme de blog de la Tribune en début d'année, la fréquentation est en baisse sur portevoix.blog.tdg.ch, une baisse compensée par une forte augmentation ces derniers mois sur le blog portevoix.fr

En moyenne vous avez effectué 3,2 visites et vu 3 pages par visite. Au total cela fait donc     27' 019 visites et 82'234 pages vues. Je vous remercie de votre fidélité et vous invite à commenter et participer au débat. Je vous engage à partager les notes que vous jugez pertinentes par mail ou par les réseaux sociaux.

Ce mois ci, les pages les plus lues ont été :

1) le document téléchargeable sur nos 21 propositions

2) la note expliquant nos propositions

3) notre déclaration de candidature

4) La note sur ma désignation comme l'une des 100 personnalités de l'année en Suisse Romande par le magazine l'Hebdo

Stats blog mai 2012.jpg

08:28 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

vendredi, 01 juin 2012

Proposition #11 : Pour que l'Etat appuie notre exigence de rééquilibrage des logements dans l'agglomération genevoise

21 propositions pour un député de terrain.jpgNous nous engageons pour que l'Etat appuie efficacement notre exigence d'une production suffisante de logements dans le canton de Genève.

La production de logements à Genève est largement insuffisante. La pénurie au coeur de l'agglomération oblige chaque année près de 80% d'une classe d'âge de Genevois à s'exiler de leur canton et à devenir des pendulaires supplémentaires sur des routes déjà encombrées. Cela entraine une augmentation incontrôlée du traffic pendulaire qui exacerbe les tensions anti-frontaliers alors même que 40% des frontaliers sont des Genevois réfugies du logements.

Les engagements pris par Genève dans le cadre du projet d'agglomération sur la construction de logements doivent être tenus. Il en va de la poursuite de la démarche d'agglomération. Grâce à un parlementaire de terrain engagé et indépendant des intérêts d'Annecy-le-Vieux, l'Etat doit enfin prendre tout sa part dans les discussions en cours avec Genève.

Nous conduisons ce travail sans relâche depuis plusieurs années. Longtemps et souvent seuls nous avons placé les Genevois face à leur responsabilité de loger leurs propres enfants. Des avancées certaines sont en cours.. elles sont notablement insuffisantes face à l'ampleur de la pénurie. Grâce à votre soutien, nous poursuivrons et amplifierons ce travail.

Retrouvez ici nos 31 propositions dans notre dépliant téléchargeable et partagez-le avec votre entourage.

 

09:29 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

jeudi, 31 mai 2012

Proposition #12 : Pour que la loi aide les collectivités à préserver les espaces naturels et agricoles

21 propositions pour un député de terrain.jpgNous nous engageons pour que les lois aident les collectivités à préserver les territoires ruraux, les espaces naturels et agricoles face aux intérêts particuliers et à la pression foncière.

Dans notre territoire frontalier la pression foncière est telle qu'elle menace de détruire en une génération seulement la qualité de notre cadre de vie. Bien souvent, les Maires se retrouvent en première ligne face aux intérêts des familles de propriétaires qui aimeraient, comme beaucoup, faire fortune en rendant constructible des espaces agricoles ou naturels.

Il en va de l'avenir de notre cadre de vie et de l'avenir de l'activité économique agricole de proximité. Nous devons préserver les espaces pour éviter le mitage du territoire : il en va aussi de notre mobilité, des coûts publics de réseau, de voirie aussi bien que de la qualité de notre bassin de vie.

La loi doit rendre plus solides les Plan Locaux d'Urbanisme (PLU) des communes. 10% des PLU en Haute Savoie ont déjà été annulés souvent par vice de forme parce que la loi est mal rédigée et le droit instable. La loi doit être lisible et pas ambigüe. Il faut qu'elle cesse d'être rédigée par les cabinets ministériels déconnectés et qu'elle le soit plus par des parlementaires de terrain pragmatiques et constructifs. Pour la seule commune de St Julien, on peut évaluer à 600 000 euros le coût de l'annulation du PLU par la commune. A l'échelle de toutes les communes de France qui ont vu leur PLU annulé c'est une dépense inutile de plus de 2 milliards d'euros en raison d'un droit mal rédigé.

La création de Zones Agricoles Protégées doit être facilitée. Les zones réservées à l'agriculture doivent effectivement être proposées à l'exploitation agricole. La loi devra concentrer la décision d'aménagement des communes sur les élus locaux qui n'ont pas de conflit d'intérêt patrimonial dans ces décisions. Les Schémas de Cohérence Territoriaux (SCOT) des communautés de communes devra être renforcé dans leur application.

Retrouvez ici nos 31 propositions dans notre dépliant téléchargeable et partagez-le avec votre entourage.

 

07:24 | Commentaires (1) | |  Facebook | |  Imprimer | |

mercredi, 30 mai 2012

Proposition #13 : pour que l'Etat contribue à l'émergence de l'agglomération genevoise

21 propositions pour un député de terrain.jpgNous nous engageons pour que l'Etat contribue à l'émergence de l'agglomération genevoise et cesse d'y faire obstacle.

Depuis plus d'un an des discussions sont en cours entre les partenaires français et suisses pour trouver les moyens de cofinancer ensemble les infrastructures de transport dont les habitants ont besoin de part et d'autre de la frontière. Les discussions étaient bien avancées il y a un an avant que le Préfet de Région ne s'en préoccupe. Dans une redite exacte de ce qui s'était passé en 1973, l'Etat a fait trainer les discussions. L'intervention hors de propos de l'Etat a conduit à prendre un an de retard sur cette question essentielle du financement transfrontalier des infrastructures communes.

Nous avons besoin que l'Etat cesse de faire constamment obstacle à l'émergence d'une agglomération organisée qui puisse gérer ses défis comme le font toutes les agglomérations en Europe. Cela nécessitera l'engagement fort d'un parlementaire porteur des préoccupations des habitants.

Le 1er janvier prochain sera créée l'agglomération dite "Grand Genève" sous la forme d'un Groupement Local de Coopération Transfrontalière (GLCT). Une agglomération qui nécessitera un suivi régulier de la part des parlementaires pour que les lois et règlements prennent en compte la spécificité binationale de cette agglomération qui commence enfin à s'organiser. A terme, le GLCT sera transformé en Groupement Européen de Coopération Territoriale afin d'y associer l'Etat français et la Confédération Helvétique. Il faudra alors que l'Etat devienne un contributeur de la construction de l'agglo plutôt qu'un frein constant.

Retrouvez ici nos 31 propositions dans notre dépliant téléchargeable et partagez-le avec votre entourage.

PS : pour ceux que le sujet intéresse, vous pouvez relire l'histoire des accords de 1973 ici

Compensation_financière_relative_aux_frontaliers_travaill...

 

06:19 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

mardi, 29 mai 2012

Proposition #14 : Pour soutenir le développement des transports en commun

21 propositions pour un député de terrain.jpgNous nous engageons pour que l'Etat soutienne aussi fortement le développement du CEVA, des trams et des bus qu'il ne le fait dans toutes les autres agglomérations françaises.

Dans toutes les agglomérations de France, l'Etat s'engage sur le développement des transports en commun. L'Etat est un intervenant décisif du métro parisien comme des autres métro des grandes agglomérations françaises. Pas dans notre agglomération transfrontalière, car l'Etat n'a toujours pas pris la mesure binationale de notre agglomération.

Nous nous engageons pour que l'Etat soutienne autant les projets de transport en commun dans notre agglomération binationale qu'il ne le fait dans les agglomérations françaises. L'Etat devra assumer ses responsabilités sur le développement des transports en commun. Une responsabilité financière car il en va de la création d'emplois. Mais aussi une responsabilité réglementaire alors que nous devrons régler des problèmes nouveaux comme l'accessibilité des trams transfrontaliers aux handicapés alors que les normes nationales seront différentes à Perly et St Julien.

Le boycott par l'Etat du lancement des travaux du CEVA en dit long sur la guerre de tranchée qu'il a fallu mener pour le CEVA et contre les personnes sous influence partisane d'élus d'autres territoires qui ne voient pas d'un bon oeil que le premier réseau ferroviaire de Haute-Savoie soit dans notre agglomération d'un million d'habitants. Dans le domaine des transports en commun, il est nécessaire que notre député ait l'indépendance nécessaire pour représenter les habitants du Genevois Haut-Savoyard plutôt que d'être sous influence partisane d'élus d'autres territoires.

Le financement français du CEVA a pu être bouclé notamment grâce au financement du département et de la région. Un exemple de travail politique constructif au service des habitants malgré les différences partisanes. Cela a été possible en particulier grâce à la réorientation des fonds frontaliers vers les projets structurants que j'ai vigoureusement défendu. Il y a deux semaines nous avons ainsi pu passer la provision annuelle de fonds frontaliers pour le CEVA de 3 millions par an depuis 4 ans à 7 millions par an pour les prochaines années. Nous voulons poursuivre ce travail à votre service pour le développement des transports en commun dans notre agglomération.

La situation devient urgente. Nous avons accumulé 30 ans de retard sur le développement des transports en commun. Les permis de construire se multiplient et s'éloignent des lieux de travail. Par notre aménagement absurde nous créons des milliers de pendulaires supplémentaires chaque année. Nous voulons continuer d'être à votre service des élus courageux, énergiques et motivés pour mettre en oeuvre un développement plus durable de notre agglomération.

Retrouvez ici nos 31 propositions dans notre dépliant téléchargeable et partagez-le avec votre entourage.

 

Ci-dessous : photo du lancement des travaux du CEVA

Lancement_travaux_CEVA_2.png

08:42 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

lundi, 28 mai 2012

Proposition #15 : Pour que l'impôt à la source frontalier soit utilisé au service de l'agglomération

21 propositions pour un député de terrain.jpgNous nous engageons pour que les 500 millions d'euros d'impôt à la source des frontaliers conservés par Genève soient mieux utilisés pour tous les habitants.

Les frontaliers paient leurs impôts sur le revenu au canton de Genève qui n'en reverse qu'un quart aux collectivités françaises. Plus de 500 millions d'euros par an sont conservés par Genève ce qui représente près de 10% des recettes cantonales et financent la quasi totalité des investissements publics du canton. Un montant tellement collossal qu'il représente presque l'équivalent du budget total du département de la Haute-Savoie.

Ces 500 millions d'euros par an doivent servir à financer les coûts publics de notre agglomération, en particulier dans le domaine des infrastructures, des déficits de transport en commun, du logement aidé et des services aux habitants. Les contribuables frontaliers (dont 40% de citoyens suisses) doivent pouvoir connaitre l'utilisation de ces 500 millions d'euros d'impôts. Ces recettes publiques doivent être utilisées là où vivent et travaillent les contribuables qui les paient : de part et d'autre de la frontière.

Le paradoxe c'est que même Genève ne bénéficie pas de l'impôt à la source des frontaliers. Par cet impôt, les frontaliers rapportent 1500 CHF de recettes cantonales par Genevois. Une somme qui place Genève parmi les cantons riches et qui l'oblige à rétrocéder l'essentiel de l'impôt à la source frontalier aux autres cantons suisses.

Nous devons imaginer de nouveaux systèmes de financement pour que ces 500 millions servent réellement à tous les habitants de l'agglomération. Le député du Genevois Haut-Savoyard devra être un acteur majeur de ces nouveaux systèmes à mettre en place au service de tous les habitants de notre agglomération.

Retrouvez ici nos 31 propositions dans notre dépliant téléchargeable et partagez-le avec votre entourage.

09:54 | Commentaires (2) | |  Facebook | |  Imprimer | |

dimanche, 27 mai 2012

Proposition #16 : Nous nous engageons pour les énergies renouvelables

21 propositions pour un député de terrain.jpgNous nous engageons pour que le developpement des énergies renouvelables soit accéléré et en particulier la géothermie pour notre territoire et que les explorations de gaz de schiste soient interdites.

Nous nous opposons au gaz de schiste comme nous l'avons fait en votant les délibérations dans les collectivités auxquelles nous appartenons. Ce Non au gaz de schiste est insuffisant. Les contre-pouvoirs civils doivent établir des contre propositions.

Nous voulons promouvoir les énergies renouvelables : pour cela il faut garantir une stabilité juridique à l'industrie solaire pour qu'elle puisse investir et se développer et éviter les accoups législatifs et fiscaux qui l'ont détruite. Nous voulons promouvoir la géothermie, une énergie renouvelable continue dont le potentiel est très important dans le Genevois français en raison de la forte différence de température entre le sol et l'air en hiver. Cela nécessitera un travail de terrain pour comprendre les obstacles et y répondre par la loi et les règlements.

Nous voulons aussi réduire la consommation d'énergie et en particulier les deux postes principaux que sont les déplacements et le chauffage. Pour les déplacements, cela suppose de construire les logements à proximité des lieux d'emplois et des réseaux de transport pour réduire les distances domicile travail et pour faciliter le développement des transports en commun.

Pour réduire la consommation d'énergie de chauffage, nous devons revenir aux pratiques anciennes qui concevaient l'emplacement et l'orientation des constructions en fonction de l'ensoleillement. L'habitat collectif peu consommateur d'espace est aussi plus performant en consommation d'énergie de chauffage.

Nous voulons promouvoir l'effacement diffus qui permet de limiter les pics de consommations qui nécessitent de faire appel aux énergies fossiles.

Nous dénonçons les parlementaires qui votent des textes en faveur ou s'abstiennent sur le gaz de schiste lorsqu'ils sont à Paris pour obéir aveuglément aux consignes partisanes et aux décisions prises par des techniciens dans des cabinets ministériels.. et qui s'y opposent dans leur commune. Libre de nos votes, n'ayant à répondre de notre engagement que devant vous, nous défendrons les mêmes positions ici qu'à Paris.

Retrouvez ici nos 31 propositions dans notre dépliant téléchargeable et partagez-le avec votre entourage.

08:31 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

samedi, 26 mai 2012

Proposition #17 : Pour défendre l'agriculture de qualité

21 propositions pour un député de terrain.jpgNous nous engageons pour défendre une agriculture de qualité en protégeant les AOP, IGP et AOC et en encourageant les agricultures raisonnées.

L'agriculture est l'un des atouts de la Haute-Savoie. Elle contribue à la qualité de son cadre de vie autant qu'à son image au delà de nos frontières. Elle est aujourd'hui menacée par la pression foncière -nous y reviendrons dans une semaine avec la proposition 12-. Ce qui fait la force de l'agriculture de notre département, c'est le choix qui a été fait il y a longtemps de se concentrer sur la qualité. Un choix qui doit être poursuivi par un travail législatif de protection des AOP (Appelation d'Origine Protégée), IGP (Indication Géographique Protégée) et AOC (Appelation d'Origine Contrôlée). Ce travail de suivi doit aussi se faire sur les zones franches et le label de garantie "Genève Région - Terre avenir".

L'agriculture française est en pleine mutation. Depuis longtemps, les agriculteurs améliorent leurs méthodes pour des techniques plus respectueuses de l'environnement et plus qualitatives. Comme en politique, une nouvelle génération apporte de nouvelles idées et se nourrit de l'expérience des plus anciens. Ces changements de méthodes sont des investissements lourds pour une profession qui est sans doute l'une de celle qui travaille le plus et dont la rémunération horaire est la plus faible. La loi devra mieux encourager cette transition en cours vers une agriculture toujours plus raisonnée et qui pour autant doit rester viable sur le long terme.

Par ailleurs, nous voulons accompagner par la loi le développement des unités de méthanisation. Ces unités peuvent être à proximité des exploitations et traiter en complément des déchets alimentaires collectifs et des déchets verts. Il est préférable de développer la méthanisation que de traiter les déchets d'une part et de développer les énergies fossiles d'autre part. Notre pays a du retard sur ce sujet. La loi doit permettre de rattraper ce retard.

Des partenariats complémentaires nouveaux doivent être mis en place comme le soutien du Conseil Général de Haute-Savoie aux cultures mellifères dérobées dans le Genevois qui permettent de capter naturellement les engrais sur les terres, d'améliorer la qualité paysagères par des champs fleuris à l'intersaison et de faire bénéficier aux abeilles de fleurs mellifères. Cela limite l'usage des engrais au printemps. Gabriel Doublet, avec l'équipe municipale de St Cergues a développé aussi un partenariat avec un agriculteur pour la tonte naturelle des terrains communaux par des moutons. Une économie de tonte mécanique pour la commune. Des partenariats complémentaires utiles, qui permettent de valoriser l'atout que représente l'agriculture pour notre territoire, sans oublier que c'est par ailleurs une activité économique à part entière.

Retrouvez ici nos 31 propositions dans notre dépliant téléchargeable et partagez-le avec votre entourage.

09:19 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

vendredi, 25 mai 2012

Proposition #18 : Vous consulter une fois par mois sur les enjeux principaux

21 propositions pour un député de terrain.jpgNous nous engageons à organiser un débat public mensuel sur les grands enjeux traités à l'Assemblée nationale et à voter en conscience selon vos avis plutôt que selon des consignes partisanes.

L'article n°2 de la constitution rappelle : "Le principe de la République : le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple." Je n'ai jamais lu que le principe de la République c'est le Gouvernement des partis, pour les partis, par les partis.

Par ailleurs, nous estimons que nous sommes toujours plus intelligents à plusieurs que seul. Que le rôle d'un parlementaire c'est précisément d'organiser ces consultations locales pour renforcer constamment son mandat de la volonté collective. Faire campagne une fois tous les 5 ans sur quelques propositions nous semble tout à fait insuffisant pour vous consulter et vous informer des enjeux clefs qui se décident.

C'est la raison pour laquelle nous nous engageons à organiser une réunion publique mensuelle pour vous informer et vous consulter des enjeux majeurs pour notre pays ou notre bassin de vie. Nous débattrons ensemble. Nous en discuterons. Puis nous voterons en conscience après vous avoir écouté. Cela nous est possible parce que le courant de pensée auquel nous appartenons refuse le principe de la discipline de vote qui explique pourquoi les députés PS et UMP votent pratiquement toujours la même chose alors qu'ils devraient représenter des préoccupations locales différentes.

Retrouvez ici nos 31 propositions dans notre dépliant téléchargeable et partagez-le avec votre entourage.

08:00 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

jeudi, 24 mai 2012

Antoine Vielliard : "L'empêcheur de tourner en rond"

Pour une fois et à titre totalement exceptionnel, je vais céder à la vanité à laquelle cèdent trop souvent la nouvelle génération d'élus et de candidats à gazouiller où ils sont, ce qu'ils font et les articles de presse qui les montrent en photo.

Dans son édition du jour, le magazine suisse "L'hebdo" me fait l'honneur de me sélectionner parmi les 100 personnalités de l'année qui "font la Suisse romande". Dans la catégorie "les leaders". Depuis 8 ans que le magazine organise cette sélection annuelle, je suis le second Haut-Savoyard à en faire partie après Christian Monteil, Président du Conseil Général.

Ce genre de sélection est toujours délicat, arbitraire et partiel. Ce qu'il y a d'intéressant, c'est qu'il reconnait que j'ai contribué à faire entendre la voix du genevois français dans le débat public romand. Pendant 30 ans, Genève et le Genevois français ont cohabité en voisins. Bénéficiant des avantages des disparités législatives et gérant chacun de son côté les nuisances. Au fur et à mesure, les nuisances se sont accrues au point de devenir ingérables. Nous ne pouvons plus continuer comme avant à vivre en voisin et à se dire "bonjour, bonsoir" dans les escalier. Notre bassin de vie est tellement imbriqué, que nous sommes désormais des colocataires qui doivent apprendre à se dire "ranges tes chaussettes".

Certains élus aimeraient ne jamais parler des problèmes avec Genève "ils pourraient mal le prendre" et se contentent d'assises transfrontalières où l'on esquive les problèmes et on se contente d'un cocktail pince fesse pour tout dialogue. D'autres aimeraient que nous tournions le dos à Genève. Nous sommes quelques uns à penser que ces deux solutions sont des impasses. Nous devons avoir un dialogue constructif et franc. C'est le sens de mon engagement depuis maintenant plusieurs années.

On peut critiquer les Genevois sur leur incapacité à prendre en considération les effets dramatiques de leurs décisions sur le Genevois français, mais encore faut-il avoir l'honnêteté de reconnaitre que nous n'avions encore pas informé le souverain genevois directement de ces nuisances. Nous ne parlions qu'à leurs élus.

Les mentalités évoluent. Hier soir l'association des communes genevois a accepté de signer le projet d'agglomération n°2, un signe de la prise en compte de la dimension régionale même par les communes genevoises. Un Conseiller d'Etat a affirmé récemment en pleine page de la Tribune de Genève "Nous ne logeons même plus nos propres enfants". Un candidat au Conseil d'Etat affirme ce jour "La question qui se pose est de savoir si nos enfants logeront ici, oui ou non". Avec persistence, persévérance, seul souvent, nous avons contribuer à poser ce sujet au coeur du débat public genevois : la pénurie de logements est à la source de tous les autres problèmes de l'agglomération. Elle provoque des ségrégations sociales, des engorgements de circulation, une pollution chronique, une consommation excessive d'espaces naturels et agricoles. En un mot, comme le dit ce jour Avenir Suisse : une intolérable "Los Angelesisation" de notre région est en cours et il faut y mettre un terme rapidement.

L'Hebdo me qualifie "d'empêcheur de tourner en rond". Mes positions sont tranchées. Excessives peut-être parfois, pour mieux interpeller. L'article du jour se conclut "Parfois décrié en raison de ses prises de position tranchées à l'encontre de Genève, Antoine Vielliard n'en est pas moins une figure incontournable du débat sur le développement transfrontalier."

C'est précisément le sens que je donne à mon engagement politique : être votre "Portevoix".

17:05 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

Proposition #19 : Rénover le fonctionnement démocratique

21 propositions pour un député de terrain.jpgPour rénover le fonctionnement démocratique du pays, nous voterons la réduction du nombre de parlementaires, l'indépendance de la justice et des médias et l'inéligibilité des élus condamnés pour corruption.

Alors que le pays croule sous les dettes et les impôts, nous nous offrons encore des assemblées pléthoriques dont les effectifs ont été quasiment doublés dans les années 80. La Haute-Savoie comptait alors 3 députés, elle en compte 6 aujourd'hui. L'effort d'amélioration de la dépense publique à faire est considérable. Les institutions politiques doivent être exemplaires pour être crédibles dans cet effort. Une Assemblée nationale de 400 députés sera à la fois plus efficace ET moins coûteuse pour votre argent public.

Nous travaillerons à un renforcement de l'indépendance de la justice. Les principes de séparation des pouvoirs ont plus de deux siècles d'existence : ils doivent être mieux appliqués. La justice doit s'appliquer à tous, puissants et faibles, pauvres et riches. C'est à la base de notre devise républicaine.

Dans notre zone frontalière nous mesurons le fossé qui sépare la qualité du travail des médias romands. Malgré un marché 20 fois plus petit et des moyens en conséquence, nous mesurons la vivacité du débat public organisé par les médias romands et la canalisation organisée de la pensée par les médias français. Nous proposerons des lois qui obligerons les médias à prouver leur indépendance : indépendance vis-à-vis du pouvoir politique en abrogeant la loi de nomination des dirigeants de l'audiovisuel public, indépendance vis-à-vis des groupes dont l'essentiel du carnet de commande est rempli par l'Etat. Il n'est plus tolérable que Dassault, Bouyggues et Lagardère qui ont l'Etat parmi leurs principaux clients, aient une influence aussi forte sur la ligne éditoriale de médias puissants. La diversité des actionnariats doit garantir une plus grande pluralité du débat public.

Nous proposerons que les élus condamnés pour corruption soient définitivement inéligibles.

Retrouvez ici nos 31 propositions dans notre dépliant téléchargeable et partagez-le avec votre entourage.

08:04 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

mercredi, 23 mai 2012

Proposition #20 : Contribuer à la création d'un groupe centriste à l'Assemblée nationale

21 propositions pour un député de terrain.jpgPour que le débat public français soit plus pragmatique et moins idéologique, en contribuant à la création d'un groupe centriste à l'Assemblée nationale.

La qualité médiocre du débat de la campagne présidentielle a donné une indication de ce que peut être le débat public dans notre pays en l'absence d'un centre fort et pragmatique. Il suffit de regarder une séance de questions au gouvernement pour mesurer l'indignité du débat public français : des députés s'y affrontent par invectives et provocations.

Notre pays a besoin de sortir de ces clivages stériles qui sclérosent le débat public et empêchent le redressement du pays au service de chacun de ses habitants. Notre pays a besoin d'un groupe centriste modérateur et pragmatique qui, par l'exemple, oblige le PS et l'UMP a construire ensemble des solutions nouvelles au service des habitants.

Au cours de l'élection présidentielle, tous les candidats ont souligné l'absolue nécessité que l'Assemblée nationale redevienne réellement nationale au travers d'une part de proportionnelle. Le redressement du pays devra se faire avec les 3 à 6 millions de Français qui se reconnaissent dans les valeurs humanistes du centre. Cela exige que ces Français, et beaucoup d'autres, soient représentés à l'Assemblée nationale au travers d'un groupe.

Comme au Conseil Général de Haute-Savoie, je veux contribuer à la création d'un groupe centriste qui rassemble toutes les familles centristes dans leur diversité. Des centristes qui se rassemblent parce que les valeurs et les idées qui les unissent sont bien plus forts que des choix par défaut de second tour qui les divisent.

Ce groupe centriste, conformément aux valeurs du centre, laissera une entière liberté de vote à chacun de ses membres qui se prononcera en conscience. En cela, il s'opposera aux disciplines partisanes des groupes PS et UMP qui imposent à leurs membres de voter des lois selon les ordres et les intérêts du parti plutôt que conformément aux préoccupations des habitants.

Retrouvez ici nos 31 propositions dans notre dépliant téléchargeable et si elles vous semblent justes partagez-le avec votre entourage.

08:00 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

mardi, 22 mai 2012

Proposition #21 : Rester disponible et à votre écoute

21 propositions pour un député de terrain.jpgNous nous engageons à rester disponible et à votre écoute. A vous rendre des comptes de manière régulière sur notre action à votre service.

Si nos institutions ont prévu des députés c'est précisément pour être les relais entre les habitants et les instances de décision. Nous concevons notre fonction comme celle d'un "Portevoix" de vos préoccupations. Dans un portevoix, il y a un côté qui émet, et il y a un côté qui écoute.

C'est la raison pour laquelle nos blogs de campagne sont les seuls sites des candidats en présence où vous pouvez écrire des commentaires. Vous pouvez nous interpeller. Nous vous répondons. Nos coordonnées sont accessibles en ligne. Notre adresse et notre numéro de téléphone sont sur les pagesblanches. Mon téléphone portable est accessible sur le site du Conseil Général. Vous nous interpellez par email, sur Facebook et dans la rue. Nous sommes là pour vous.

En revanche, nous ne tiendrons pas de permanence en mairie en milieu de journée à des horaires auxquels personne ne peut se rendre pour le seul prétexte de pouvoir les annoncer dans le journal et les communiquer dans des brochures. Nous estimons qu'être à votre écoute doit être une réalité et pas simplement un effet d'annonce.

A titre personnel, depuis que je suis élu au Conseil Général, je suis déjà allé rendre des comptes auprès des trois quart des conseils municipaux du canton et lors de 3 réunions publiques de bilan de mandat. "Moi, député" -comme qui dirait-, j'amplifierai cette action de consultation en organisant une réunion publique mensuelle sur les grands enjeux soumis au vote de l'Assemblée nationale. Nous vous écouterons avant de décider. Parce que nous ne sommes pas soumis à une discipline partisane, nous pourrons voter en conscience selon ce que nous jugeons être juste pour vous et pas selon des décisions d'appareils partisans de la rue de Solférino ou de la Boétie à Paris.

Nous vous tiendrons informés des débats en cours et de nos positions comme nous le faisons au travers de nos blogs respectifs depuis longtemps. Pour nous c'est la moindre des choses que de vous rendre des comptes.

Retrouvez ici nos 31 propositions dans notre dépliant téléchargeable et partagez-le avec votre entourage.

08:00 | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | |

lundi, 21 mai 2012

21 propositions pour un député de terrain à votre service

21 propositions pour un député de terrain.jpgNous avons besoin d'un député qui travaille à ce que les lois qui s'applique ici, prennent en compte aussi la situation frontalière du Genevois Haut-Savoyard. D'un député qui travaille à rattraper les 30 ans de retard sur le développement des transports en commun dans le Genevois Haut-Savoyard. D'un député qui contribue à l'émergence de l'agglomération genevoise plutôt que de voir le lancement des travaux du CEVA boycotté par l'Etat. Nous avons besoin d'un député qui apporte des solutions concrètes à la question du pouvoir d'achat des salariés en euro en amendant les lois pour qu'elles permettent la construction de suffisament de logements abordables pour tous. Nous avons besoin d'un député qui rende possible les soins de santé des frontaliers sur leur lieu de travail et dans le Genevois français en 2014.

Nous avons tout simplement besoin d'un député, au sens premier de ce que doit être un député : quelqu'un qu'on envoit pour nous représenter dans les instances de décision nationale et pas un simple petit commercial qui nous ressort des argumentaires partisans pour justifier ou contester des décisions gouvernementales auxquelles il ne prend pas part.

Vous trouverez en lien ici nos 21 propositions. Il n'y en a pas 1000, ni même 100, mais 21 pour qu'elles soient lisibles et réalistes. Parce qu'il n'y en a que 21 vous comprendrez les thèmes sur lesquels nous voulons concentrer notre action pour être efficaces. Elles sont concrètes parce que la politique souffre des grandes théories sans lendemain et du bla-bla inutile. Elles sont précises pour que vous puissiez plus facilement nous demander des comptes. Nous vous rendrons comptes des avancées sur chacune de ces propositions comme j'ai pu le faire en mars au sujet de mes propositions des élections cantonales.

Chaque jour, nous vous présenterons l'une de ces propositions en l'expliquant et en la détaillant. Si vous jugez nos propositions intéressantes alors ne les gardez pas pour vous et partagez les avec votre entourage. Vous pouvez vous aussi convaincre 3, 4 ou 5 personnes pour que nous ayons un député de terrain pour le Genevois Haut-Savoyard.

08:00 | Commentaires (2) | |  Facebook | |  Imprimer | |